Loup de Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint Loup de Limoges est un évêque de Limoges, mort en 632. Il est honoré par des ostensions et fêté le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Vitrail représentant saint Loup (église de Saint-Germain-de-Belvès).
La châsse de saint Loup lors des ostensions de 2016 à Limoges.

Selon la légende, ce prêtre est chargé de la garde du tombeau de saint Martial[1], dont la vénération conduit à l'édification de l'église Saint-Sauveur, qui deviendra l'abbaye Saint-Martial de Limoges.

Sous le règne de Clotaire II, il est choisi comme évêque mais refuse la charge ; c'est alors qu'il aurait guéri le fils du roi qui l'aurait nommé évêque en 614[1].

Il participe à la création de l'abbaye de Solignac, fondée par saint Éloi en 631[1]. Il meurt peu après, le [1],[2]. Il est enterré dans la basilique Saint-Martial jusqu'en 1158, date à laquelle ses restes sont déplacés dans un reliquaire déposé dans l'église Saint-Michel-des-Lions à Limoges[1]. Une confrérie d'hommes, la Confrérie de saint Loup[3] est garante du culte du saint et participe aux ostensions limousines, lors desquelles la châsse contenant les reliques de saint Loup est portée lors des processions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Loup de Limoges » (archive) sur le site Martyrs et Saints, consulté le 21 février 2021.
  2. Saint Loup évêque de Limoges (✝ 632), Nominis, consulté le 21 février 2021.
  3. [PDF] Confrérie Saint Loup, p. 23-24, sur le site de la Confrérie des pénitents.