Loulou (film, 1980)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loulou.

Loulou est un film français réalisé Maurice Pialat et sorti le 3 septembre 1980[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nelly n'en peut plus de sa petite vie rangée auprès d'André, son mari. Ainsi, elle fait de Loulou son amant, dans le but de devenir heureuse...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Genèse du film[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le scénario d'Arlette Langmann s'inspire fortement de sa liaison avec Maurice Pialat[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage laisse la place à l'improvisation des acteurs et aux aléas du tournage. Par exemple, le fait que le lit s'écroule dans la scène d'amour entre Nelly et Loulou n'était pas prévu[3].

Maurice Pialat n'a pas pu tourner toutes les scènes qu'il souhaitait tourner. À la fin du tournage, Isabelle Huppert a dû partir aux États-Unis pour tourner La Porte du paradis de Michael Cimino et n'a pu tourner les raccords que quelques mois plus tard. Quant à Gérard Depardieu, il y a certains raccords qu'il n'a jamais pu tourner[4].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le critique Maximilian Le Cain dit avoir été bouleversé par Loulou[5].

Le critique Olivier Nicklaus voit dans Loulou un grand film politique en ce qu'il montre le décalage entre les classes sociales[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiches du cinéma : Tous les films de 1980, L'Office catholique français du cinéma,‎ 1981, p. 289.
  2. Arlette Langmann, « Loulou, c'était notre histoire », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 51.
  3. Isabelle Huppert, « Ce qu'on avait tourné, on avait l'impression de l'avoir vécu », Cahiers du cinéma, no 576,‎ , p. 47-48.
  4. Serge Kaganski, « L'Amour existe », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Fabien Bouly, Noël Herpe, Maximilian Le Cain et Glenn Norton, « Maurice Pialat (1925 – 2003) – A Tribute », Senses of cinema, no 25,‎ (lire en ligne).
  6. Olivier Nicklaus, « Loulou », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]