Loujain Al-Hathloul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Loujain Al-Hathloul
Image dans Infobox.
Loujain Al-Hathlool en 2016
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
لجين الهذلولVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Site web
Distinctions

Loujain Al-Hathloul (لجين الهذلول, Lužaīn al-haðlūl), née le , est une militante saoudienne des droits de la femme et une figure des médias sociaux. Elle a été classée 3e dans la liste des 100 femmes arabes les plus puissantes en 2015 selon la revue Arabian Business[1],[2].

Biographie et études[modifier | modifier le code]

Originaire d'Arabie saoudite, elle passe une partie de son enfance à Toulon puis obtient son bachelor en français de l'Université de la Colombie-Britannique de Vancouver[3].

Elle était inscrite en master de sociologie à la Sorbonne Abou Dhabi entre 2016 et 2018[3].

Le , l'Université catholique de Louvain lui décerne un doctorat honoris causa[4].

Engagement politique et désobéissance civile[modifier | modifier le code]

Désobéissance civile[modifier | modifier le code]

Le , Loujain Al-Hathloul est arrêtée et détenue, à la prison centrale de Dahaban, pendant 73 jours après une tentative de traverser en voiture la frontière entre les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite. Elle a été arrêtée sur la base des lois interdisant aux femmes de conduire dans le Royaume[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12].

En , Loujain Al-Hathloul et 14 000 autres personnes signent une pétition adressée au roi Salman pour lui demander d'abolir le système de tutelle masculine[13].

Arrestations[modifier | modifier le code]

Le , elle est arrêtée et détenue à l'aéroport international du roi Fahd de Dammam. La raison de son arrestation n'était pas claire et Loujain Al-Hathloul n'a pas été autorisée à consulter un avocat ni à contacter sa famille[14].

Elle a de nouveau été arrêtée le , aux côtés d'Eman al-Nafjan, Aisha Al-Mana, Aziza al-Yousef, Madeha al-Ajroush (en) et de plusieurs hommes impliqués dans la campagne en faveur des droits des femmes en Arabie saoudite[15]. Human Rights Watch a interprété ces arrestations comme un moyen d'effrayer « quiconque exprime son scepticisme quant à l'agenda politique du prince héritier sur les droits de l'Homme »[16].

En , les femmes obtiennent le droit de conduire en Arabie saoudite. Cependant, en , Loujain Al-Hathloul était toujours emprisonnée avec d'autres militants dans la prison centrale de Dhahban[17],[18],[19]. En , le scénariste et producteur Kirk Rudell évoque dans une série de tweets devenus viraux[20] sa rencontre et ses échanges avec Loujain Al-hathloul et son mari Fahad Albutairi, qui ont été repris par le Washington Post sous forme d'article[21]. Son procès s'ouvre le à Riyad[3]. Elle est jugée aux côtés de neuf autres militants saoudiens pour leur action de [22]. Les charges ne sont pas officiellement annoncées mais selon Amnesty International, elle pourrait être jugée pour terrorisme pour avoir violé le décret royal 44A (décret antiterroriste de 2014)[22]. Selon ses proches, elle n'a pas non plus le droit à un avocat et ne connaît pas exactement les charges qui pèsent contre elle[23]. En , le pouvoir saoudien lui propose d'être libérée à condition qu'elle tourne une vidéo dans laquelle elle nie avoir été torturée et violée durant sa détention[24],[25]. Selon ses proches, elle a subi des séances d'électrocution ainsi que des violences sexuelles[24],[23],[21]. Loujain Al-Hathloul refuse et reste en prison[24],[26].

Le 14 octobre 2020, Lina al-Hathloul, sœur de la principale militante saoudienne emprisonnée, Loujain al-Hathloul avait supplié les golfeuses du Ladies European Tour de boycotter l'événement en Arabie saoudite, disant qu'elles ne devaient pas venir jouer dans ce pays, afin de ne pas aider pas le gouvernement à utiliser le sport comme carte de visite[27].

Le 28 décembre 2020, après deux ans de détention provisoire, Loujain Al-Hathloul est condamnée à cinq ans et huit mois de prison, par un tribunal spécialisé dans les affaires antiterroristes[28]. Elle est finalement relâchée le , mais il lui est toujours interdit de quitter le pays[29],[30].

Le 10 mars 2021, la sœur d'Al-Hathloul déclare qu'un tribunal de Riyadh a confirmé la peine de Loujain. Elle est soumise à de nombreuses restrictions, dont une interdiction de 5 ans de voyage[31].

En décémbre 2021, Loujain Al-Hathloul porte plainte contre trois anciens officiers de renseignements américains, Marc Baiier, Ryan Adams et Daniel Gericke, ainsi que leur ancien employeur, DarkMatter, une puissante société de cybersurveillance émiratie, proche du gouvernement du prince héritier Mohammed ben Zayed Al Nahyane. Elle accuse les officiers d'avoir piraté son mobile, ce qui a conduit à son enlèvement aux ÉAU et son expulsion de l'Arabie saoudite où elle a été détenue, emprisonnée et torturée[32],[33].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2020 : Bertha-und-Carl-Benz-Preis
  • 2 octobre 2020, le Prix Liberté 2020 est remis aux sœurs de Loujain Al-Hathloul en son nom[34] lors du Forum mondial Normandie pour la Paix.

Par ailleurs, sa candidature pour le prix Nobel de la paix 2019 a été déposée par Hélène Laverdière, députée canadienne, et portée par Nicholas Kristof, journaliste américain[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Loujain Alhathloul » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « The 100 Most Powerful Arab Women 2015 », Arabian Business,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) « From a retail tycoon to Amal Clooney: meet the Arab World's most powerful women », Al Bawaba,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b c et d « Un Nobel pour la féministe Loujain al-Hathloul, le prix de la liberté », Libération, (consulté le )
  4. « Loujain Al-Hathloul, militante des droits des femmes saoudienne, va recevoir un doctorat honoris causa de l'UCLouvain », sur RTBF Info, (consulté le )
  5. (en) « Saudi Women Released After Defying Driving Ban », sur Time, (consulté le )
  6. (en) Robert Mackey, « Saudi Women Free After 73 Days in Jail for Driving », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  7. (en-GB) « The Saudi women jailed for driving have reportedly been released from prison », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Ahmed Al Omran, « Saudi Arabia Releases Two Women Drivers From Jail », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  9. (en-GB) « Saudi women drivers 'freed from jail' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en) « Saudi women's rights campaigners 'freed from prison' », Mail Online,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Megan Specia, « Women who defied Saudi Arabia's driving ban freed after months in jail », sur Mashable (consulté le )
  12. (en-US) « Saudi women who defied driving ban ‘freed from jail’ », France 24,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (en) « Saudi Arabia: Women’s Rights Advocates Arrested », sur Human Rights Watch, (consulté le )
  14. (en) « The Saudi women jailed for driving have reportedly been released from prison », sur The Independent, (consulté le )
  15. (en) « Saudi Arabia: Chilling smear campaign against women’s rights defenders », sur www.amnesty.org (consulté le )
  16. (en) « Saudi Arabia 'arrests women's rights activists' », Al Jazeera (consulté le )
  17. (en) « Saudi women can now drive — but activists jailed », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (en) « Saudi driving ban ends as women's rights activists remain jailed », Al Jazeera (consulté le )
  19. (en) « Saudi Arabia: Reports of torture and sexual harassment of detained activists », Amnesty International (consulté le )
  20. (en) « This Viral Twitter Thread About The Fate Of A Young Saudi Arabian Couple Is Devastating », sur BuzzFeed News (consulté le )
  21. a et b (en) « The tragedy of Fahad Albutairi and Loujain al-Hathloul », The Washington Post,
  22. a et b « Arabie saoudite : début du procès de la militante du droit des femmes Loujain al-Hathloul », sur France 24, (consulté le )
  23. a et b « Le procès de Loujain Al-Hathloul, figure du féminisme saoudien, s’ouvre à Riyad », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. a b et c « Arabie Saoudite : la militante emprisonnée Loujain Al-Hathloul refuse de revenir sur ses accusations de torture », sur RTBF Info, (consulté le )
  25. « Arabie saoudite: la militante emprisonnée Loujain al-Hathloul sous pression », sur RFI, (consulté le )
  26. BFMTV, « Arabie Saoudite: une militante emprisonnée refuse d'être libérée si elle doit nier qu'elle a été torturée », sur BFMTV (consulté le )
  27. (en) « 'Grubby charade': Sister of leading jailed Saudi women's activist begs Ladies European Tour golfers to boycott Saudi event », sur Independent (consulté le )
  28. « Loujain al-Hathloul, militante saoudienne des droits humains, condamnée à cinq ans et huit mois de prison », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « Loujain al-Hathloul: Saudi activist released from prison », sur Middle East Eye (consulté le )
  30. https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-militante-saoudienne-loujain-al-hathloul-liberee-20210210 Consulté le 10 février 2021
  31. (en) « Loujain al-Hathloul: Saudi activist 'loses appeal against sentence' », sur Press TV (consulté le )
  32. « D’anciens espions américains mis en cause dans l’arrestation de la Saoudienne Loujain al-Hathloul », sur France 24 (consulté le )
  33. (en) « Saudi women’s rights activist sues three ex-US intel operatives over hacking for UAE », sur The Guardian (consulté le )
  34. https://www.2idhp.eu/actualites/433-prix-liberte-2020---retour-sur-la-ceremonie-de-remise-du-prix.html

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :