Louise Otis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louise Otis (Matane[1], ancienne juge de la Cour d'appel du Québec, est présidente du tribunal Administratif de l’OCDE et du tribunal d’appel de l’OIF. Elle est également membre du tribunal administratif de l’EUMETSAT[2]. Officière de l'Ordre national du Québec depuis 2003, elle a conçu et implanté dans une cour d'appel l'un des premiers systèmes de conciliation judiciaire au monde[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Matane, diplômée de la Faculté de droit de l'Université Laval et membre du Barreau du Québec depuis 1975, elle se spécialise en droit du travail et en droit administratif[3], et intervient comme avocate aux côtés de salariés ou de leaders syndicaux. En 1990, elle est nommée juge à la Cour supérieure du Québec puis en 1993 à la Cour d'appel. Appelée à y traiter des affaires concernant aussi bien le droit civil, droit criminel ou droit familial, elle constate et déplore dans ce dernier type de dossiers que de nombreux justiciables s'endettent pour voir leur affaire jugée. Elle met en place un système original de médiations judiciaires supervisées par des juges, tout en garantissant l'indépendance entre la procédure de médiation et un éventuel procès si la procédure échoue. Après une phase pilote de deux ans où elle est en butte aux critiques et à l'hostilité des juges craignant de perdre leur pouvoir, son système devient permanent au Québec, et il est finalement adopté par ses homologues. Par la suite, il s'étend à l'ensemble du Canada et sert de modèle à des initiatives françaises et belges. Elle y est appelée ainsi qu'en Haïti, au Brésil, en Russie et en Chine pour former des juges médiateurs partout au Canada[4].

En 2007 elle contribue à la création d'un nouveau système de justice administrative à l'ONU en collaboration avec Mary Gaudron (en), juge à la Haute Cour d'Australie. Ce système de médiation a recours à des ombudsmen et à des greffiers qui se déplacent pour entendre les différentes causes[4],[5]. En 2011, elle reçoit la médaille du Barreau du Québec[6] et devient boursière Boulton Senior à la Faculté de droit le L'université McGill[7]. Elle est officière de l'ordre du Canada depuis 2015[8],[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Honorable juge Louise Otis, Université de Sherbrooke, consulté en ligne le 29 novembre 2019.
  2. « Nomination », sur lapresse.ca (consulté le 5 mars 2016)
  3. a et b « Louise Otis », sur Ordre national du Québec (consulté le 5 avril 2016)
  4. a et b « Louise Otis, Droit au cœur », sur premieresenaffaires.com (consulté le 5 avril 2016)
  5. « Repenser la justice », sur ledevoir.com (consulté le 5 avril 2016)
  6. « Me Louise Otis, O.Q., Ad. E », sur Barreau du Québec (consulté le 9 avril 2016)
  7. « La médiation en action » (consulté le 10 avril 2016)
  8. « Ordre du Canada : dix-sept Québécois nommés », sur Canoe.ca (consulté le 10 avril 2016)
  9. « Nominations au sein de l'Ordre du Canada » (consulté le 10 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]