Louise Leakey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leakey.
Louise Leakey
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
NairobiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
anthropologue, paléontologue, archéologue, préhistorien, paléoanthropologueVoir et modifier les données sur Wikidata

Louise Leakey, princesse de Merode, née le [1] à Nairobi, est une paléontologue kényane. Elle fait de la recherche et du travail de terrain sur les fossiles humains en Afrique de l'Est.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louise Leakey est née à Nairobi, au Kenya, en Afrique, en 1972, l'année du décès de son grand-père Louis Leakey. Passionnée de préhistoire depuis ses 6 ans, elle se lance définitivement comme paléontologue en 1977.

Louise Leakey a obtenu son Baccalauréat international du Atlantic College (en), et un baccalauréat ès sciences en géologie et en biologie de l'université de Bristol. Plus tard, elle a reçu un doctorat de l'University College de Londres.

En 1993, Louise Leakey a remplacé son père Richard en tant que chef d'expédition sur le terrain pour les expéditions paléontologiques au Turkana (en), dans un environnement aride et hostile. Avec sa mère, Maeve, elle a dirigé le projet de recherche « Koobi Fora », qui a été le programme principal derrière certaines des plus remarquables découvertes de fossiles d'hominidés des deux dernières décennies, les plus récentes découvertes étant le Kenyanthropus platyops.

En 2003, Louise Leakey a épousé le prince Emmanuel de Mérode, anthropologue et primatologue belge, directeur du Parc national des Virunga (République démocratique du Congo). Ils ont deux filles : la princesse Seiya de Merode, née en 2004, et la princesse Alexia de Merode, née en 2006.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mary Bowman-Kruhm, The Leakeys: A Biography, Greenwood Publishing Group, 2005, p. 81

Liens externes[modifier | modifier le code]