Louise Dupré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louise Dupré
Description de l'image Louise Dupré.jpg.
Naissance (73 ans)
Sherbrooke, Canada
Activité principale
Romancière, poète, dramaturge
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

La Memoria (1996)
Tout comme elle (2006)

Louise Dupré, née le à Sherbrooke, est une poète[1], romancière[2] et professeure[3] québécoise à la retraite[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait des études supérieures à l'Université de Sherbrooke, puis à l'Université de Montréal, où elle décroche un doctorat en lettres grâce à une thèse sur la poésie québécoise au féminin. Entre 1981 et 1984, elle travaille au sein du comité de lecture des éditions Remue-Ménage, puis entre au comité de rédaction de la revue universitaire Voix et Images. Elle en est la directrice de 1995 à 1998[5].

Après plusieurs recueils de poésie, elle publie en 1996 son premier roman La Memoria, sur la difficile acceptation d'une rupture amoureuse et d'un abandon. Le roman, qui reçoit un excellent accueil public et critique, remporte le Prix de la Société des écrivains canadiens et le Prix Ringuet de l'Académie des lettres du Québec.

Également dramaturge, elle écrit en 2006 la pièce Tout comme elle, où 50 comédiennes évoluent dans une mise en scène de Brigitte Haentjens[6].

Elle est une participante de longue date au festival littéraire Metropolis bleu[7].

Elle a enseigné la littérature au Cégep de Thetford avant de devenir professeure à l'Université du Québec à Montréal[8].

Ses textes poétiques, ses fictions et ses critiques littéraires sont parus dans différentes revues et anthologies au Québec et à l’étranger; plusieurs ont aussi été traduits[5].

L’écrivaine propose une œuvre ancrée dans le quotidien, mais néanmoins traversée par des thèmes forts tels que le deuil et la souffrance. Elle s’attarde à la manière de composer avec les épreuves dans l’immédiat et la durée[9].

Elle est membre de l'Académie des lettres du Québec depuis 1999 et membre de la Société royale du Canada depuis 2002.

Style littéraire[modifier | modifier le code]

« Remplis d’humanisme et du désir de rejoindre l’autre, ses poèmes sont souvent une manière de recentrer le monde, d’entrer en contact avec lui. Les thèmes de la sororité, de la filiation, de la mémoire collective, de la lumière et de l’enfance traversent son œuvre. Son désir de changer le monde creuse un espace dans son travail pour mettre en scène des injustices, les dénoncer avec une colère toujours plus forte que la douleur. Il y a dans son travail quelque chose de fantomatique, qui tient au sentiment d’être hantée. »

— Anthologie de la poésie actuelle des femmes au Québec 2000 | 2020, Vanessa Bell et Catherine Cormier-Larose, Montréal, Les éditions du Remue-Ménage, 2021, 288 p. (ISBN 9782890917347)

Impact et rayonnement[modifier | modifier le code]

Elle est considérée par ses pairs comme une monument de la littérature québécoise et de la cause féministe, notamment en raison de son implication dès la fondation aux édition du remue-ménage[10]. Elle contribue également à l'établissement de voix poétiques féminines au Québec en enseignant la création littéraire à l'Université du Québec à Montréal pendant 20 ans[10].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Essai[modifier | modifier le code]

  • Stratégies du vertige. Trois poètes : Nicole Brossard, Madeleine Gagnon, France Théoret, Montréal, Remue-Ménage, 1989, 127 p. (ISBN 9782890910843)

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Elles sont amies, elles sont de vastes vivantes », sur Le Devoir (consulté le )
  2. « Le roman de la résistance de Louise Dupré », sur La Presse, (consulté le )
  3. Blandine Campion, « « Louise Dupré; Beauté et résurrection » », Le Devoir,‎ , p. D7
  4. Kevin Lambert, « Les pratiques de la théorie : créer à l’université, entretien avec Louise Dupré et Martine Delvaux », Spirale : arts • lettres • sciences humaines, no 270,‎ , p. 24–29 (ISSN 0225-9044 et 1923-3213, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « Recherche - L'Île », sur www.litterature.org (consulté le )
  6. Mélissa Proulx, « Tout comme elle : Féminin pluriel », sur Voir.ca (consulté le )
  7. « « En bref: Le monde est de plus en plus Métropolis Bleu » », Le Devoir,‎ , page B7
  8. « « Deux nouveaux venus à l'Académie des lettres du Québec » », Le Soleil,‎ , p. C6
  9. Julie Roy, « Les suggestions de lecture de Louise Dupré », sur L’actualité, (consulté le )
  10. a et b Vanessa Bell et Catherine Cormier-Larose, Anthologie de la poésie actuelle des femmes au Québec 2000 | 2020, Montréal, Les éditions du Remue-Ménage, , 288 p. (ISBN 9782890917347)
  11. « « En bref: Prix de la radio publique » », La Presse,‎ , p. D11
  12. Patrick Bilodeau, « Aki Shimazaki remporte le prix Hervé-Foulon pour son roman Tsubaki », sur revue.leslibraires.ca, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]