Louis de Vaucelles de Ravigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre-Louis-Henri
de Vaucelles de Ravigny
Fonctions
Député de la Mayenne
Conseiller général de la Mayenne
Maire de Champfrémont (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
français
Activités
Autres informations
Propriétaire de

Alexandre-Louis-Henri de Vaucelles de Ravigny (Argentan, - Paris, ), est un égyptologue et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Emmanuel-Alexandre de Vaucelles, seigneur de Ravigny, maire de Champfrémont, et de Henriette Le Forestier de La Durandière, il est égyptologue et propriétaire à La Poôté.

Il est élu député du grand collège de la Mayenne le 28 octobre 1830, en remplacement de Michel du Mans de Bourglevesque, démissionnaire. Il prête serment au gouvernement de Louis-Philippe, mais n'a qu'un rôle parlementaire effacé, et échoue, le 5 juillet 1831, dans le 4e collège du même département (Mayenne extra-muros) face à Marie-Théodore de Rumigny. Il se représente sans plus de succès, le 21 juin 1834.

D'un esprit ouvert à toutes les sciences, il apprend en quelques mois l'arabe et acquiert à l'école de Champollion des notions suffisantes sur les hiéroglyphes pour entreprendre un voyage en Égypte. Parti de Marseille le 27 janvier 1826, il arrive le lendemain à Alexandrie où il reste jusqu'à mi-mars avant de rejoindre le Caire. Il remonte le Nil jusqu'à Ouadi Halfa, au sud de la première cataracte puis redescend le fleuve en explorant ses deux rives. C'est ainsi qu'il voit tous les principaux temples, recueillant avec la plus grande attention les cartouches des personnages qui les ont fait construire, augmenter ou réparer.

De ce voyage, il publie deux ouvrages, un journal de voyage daté de 1826, et, en 1829, une Chronologie des monuments antiques de la Nubie dans lequel il est le premier à nommer la plupart des pharaons, des Ptolémées et des empereurs romains qui ont bâti ou augmentés ces monuments. Il écrit dans cet ouvrage :

« Pendant un voyage que je fis en Nubie en 1826, pour étudier les antiquités de cette intéressante contrée, je m'aperçus que la lecture des légendes hiéroglyphiques des rois pouvait seule fournir le moyen de déterminer l'âge de ses temples. Les découvertes de M. Champollion le jeune venaient d'être publiées. Profitant alors des notions qu'elles me donnaient, je recueillis avec la plus grande attention tous les cartouches des princes qui ont construit ces ouvrages ou qui les ont réparés et augmentés. »

— Chronologie des monuments antiques de la Nubie, page 8

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]