Louis de Thomassin de Peynier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis de Thomassin de Peynier
Biographie
Naissance

Aix-en-Provence
Décès
(à 89 ans)
Aix-en-Provence
Activité
Marquis de Peynier

Louis de Thomassin de Peynier, né à Aix-en-Provence le et mort dans la même ville le est un seigneur puis marquis de Peynier, juriste, conseiller puis président à mortier au parlement de Provence.

Il est intendant aux Îles du Vent de l'Amérique de 1763 à 1772 et de 1775 à 1783.

Famille[modifier | modifier le code]

Louis de Thomassin de Peynier est le fils de Jean-Louis François de Thomassin de Peynier (mort en 1722), seigneur de Peynier, et de Jeanne de Thomassin de Saint-Paul (morte en 1720).

Il épouse Anne Dupuy de la Moutte (1705-1785) à Aix en 1726, dont sont issus notamment :

  1. Jean-Luc de Thomassin de Peynier (1727-1807), conseiller puis président à mortier au Parlement de Provence (1748), baron de Trets ;
  2. Marie Anne Thérèse, née en 1729 à Peynier ;
  3. Alexandre Henry (1729-1736) ;
  4. Antoine de Thomassin de Peynier (1731-1809), chevalier, chef d'escadre dans la Marine royale, chevalier puis commandeur de l'ordre royal de Saint-Louis, membre de l'ordre de Cincinnati, comte de Peynier, gouverneur de Saint-Domingue (1789-1790) ;
  5. Marie Gabrielle de Thomassin de Peynier (1733-1772), abbesse d'Hyères en 1769 ;
  6. Jacques-Louis-Auguste de Thomassin de Peynier (1734-1815), chanoine-comte de Saint-Victor de Marseille, abbé d'Aiguebelle, membre de l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Marseille ;
  7. Michel Marie Sextius de Thomassin de Peynier (1736-1765), chevalier, officier sur les vaisseaux du Roi ;
  8. Madeleine de Thomassin de Peynier (1737-1815), religieuse bénédictine ;
  9. Marie Henriette de Thomassin de Peynier (1739-1800), qui épouse en 1757 à Aix Jacques-Henri de Lieuron, écuyer de Saint-Chamas ;
  10. Angélique Thérèse de Thomassin de Peynier (1744-1810), qui épouse en 1770 à Aix Etienne-François Baudil Senchon de Bournissac (né en 1729, guillotiné en 1792).

Possessions[modifier | modifier le code]

Louis de Thomassin de Peynier possède plusieurs seigneuries et domaines en basse Provence principalement, mais aussi dans les actuelles Alpes-de-Haute-Provence. Il devient seigneur de Peynier en 1722, à la mort de son père. En 1743, il obtient le titre de marquis pour la terre de Peynier. Il est également seigneur d'Ainac (commune de La Robine-sur-Galabre), de Taillas (Le Castellet) et des domaines de La Clappe et de Bédejun (actuelle commune de Chaudon-Norante).

Carrière de parlementaire[modifier | modifier le code]

D'abord conseiller au parlement de Provence en 1726, il devient président à mortier en 1742.

Carrière dans l'administration coloniale[modifier | modifier le code]

Il devient intendant de la Martinique et de Sainte-Lucie de 1763[1] à 1772[2], ainsi que de la Guadeloupe entre 1763 et 1765[3]. À nouveau intendant à la Guadeloupe de 1775 à 1780, il revient en Martinique de 1780[4] à 1783[5].

Révolution[modifier | modifier le code]

En mars 1789, Louis de Thomassin de Peynier est assiégé dans son château de Peynier lors d'une émeute qui fait suite à la rédaction des cahiers de doléances. Pendant la Révolution, il n'émigre pas, et meurt à Aix en 1794[6].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach royal, année 1765, p. 111.
  2. S. Daney de Marcillac, Histoire de la Martinique depuis la colonisation jusqu’en 1815, Fort-Royal, E. Ruelle, 1846, t. IV, p. 65-66
  3. A. Lacour, Histoire de la Guadeloupe, Basse-Terre, 1855, p. 295 et 312.
  4. S. Daney de Marcillac, Histoire de la Martinique depuis la colonisation jusqu’en 1815, Fort-Royal, E. Ruelle, 1846, t. IV, p. 153.
  5. S. Daney de Marcillac, Histoire de la Martinique depuis la colonisation jusqu’en 1815, Fort-Royal, E. Ruelle, 1846, t. IV, p. 242
  6. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, État civil de la ville d’Aix-en-Provence, section Piques, 10 brumaire an III/31 octobre 1794.