Louis de Gouyon Matignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis de Gouyon Matignon
Louis de Gouyon Matignon en 2013.
Louis de Gouyon Matignon en 2013.
Fonctions
Président du Parti européen
En fonction depuis le [1]
Biographie
Date de naissance (26 ans)
Lieu de naissance Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Parti européen
Diplômé de Panthéon-Assas
Panthéon-Sorbonne

Louis de Gouyon Matignon, né le à Paris, est un étudiant et écrivain français.

Se présentant comme le porte-parole des gens du voyage, fondateur de sa propre maison d'auto-édition LGM éditions, proche des mouvements indépendantistes basques et ancien directeur de campagne d'un candidat aux élections présidentielles de Côte d'Ivoire, il est l'un des premiers Européens à avoir intégré l'université Kim Il-sung à Pyongyang ; un film documentaire lui a été consacré : GADJO – Un prince chez les Manouches.

Biographie[modifier | modifier le code]

À 16 ans, grâce à la musique de Django Reinhardt, Louis de Gouyon Matignon rencontre[2] des gens du voyage. À 20 ans, après avoir appris à parler couramment le romani[3] et participé à de nombreux voyages missionnaires, il crée l'association Défense de la Culture Tsigane. Alors assistant parlementaire auprès de Pierre Hérisson, sénateur de Haute-Savoie, il publie en octobre 2012 un premier ouvrage aux éditions L'Harmattan : Dictionnaire tsigane – Dialecte des Sínté (octobre 2012) préfacé par Jack Lang, Marcel Campion et Pierre Hérisson.

L'année d'après, il publie un deuxième ouvrage aux éditions Michalon : Gens du voyage, je vous aime ; il est depuis présenté comme le porte-parole[1],[4],[5],[6],[7],[8],[9] de la communauté des gens du voyage. Sur les conseils de Daniel Cohn-Bendit[réf. nécessaire], il fonde le Parti européen et présente une liste aux élections européennes qui arrive en 18e position sur 25 [10] ,[11].

En mai 2014, il publie un troisième ouvrage aux éditions L'Harmattan : Apprendre le tsigane préfacé par Michel Onfray et quelques mois plus tard, ARTE diffuse un film documentaire[12] qui lui est consacré : GADJO - Un prince chez les Manouches. En janvier 2015, il publie un quatrième ouvrage aux éditions L'Harmattan : Jazz manouche - La discothèque idéale. En février, il crée la maison d'édition LGM éditions[13] et publie un cinquième ouvrage aux éditions LGM éditions : Tropical – L'histoire folle du monde forain.

En mars 2015, il devient directeur de la campagne électorale du député Gnangbo Kacou, candidat aux élections présidentielles de Côte d'Ivoire (0,60% des voix). À son retour en France, alors qu'il est engagé aux côtés de Nuit debout[14], il publie un sixième ouvrage aux éditions Les Éditions de Juillet : Testament manouche. En juin 2016, il visite la Corée du Nord[15]. En décembre 2016, après avoir rencontré d'anciens membres d'ETA, il publie Pays basque libre ! aux éditions L'Harmattan.

En février 2017, il devient l'un des premiers[16] Européens à intégrer l'université Kim Il-sung en Corée du Nord ; deux mois plus tard, il est rapatrié[17] en France. En juin 2017, il publie[18],[19] Dictionnaire nord-coréen préfacé par le père Philippe Blot (Missions étrangères de Paris) aux éditions L'Harmattan. Toutefois, le témoignage de Louis de Gouyon Matignon sur son séjour en Corée du Nord et les conditions de la rédaction de son Dictionnaire sont remis en question par une autre Française ayant étudié un mois dans ce pays[20][réf. à confirmer] ainsi que par le témoignage d'un étudiant qui y a étudié un semestre. [réf. souhaitée][21]. En octobre 2017, alors qu'il se rend aux États-Unis d'Amérique, le U.S. Department of Homeland Security, après plus de quatre heures passées en cellule, l'expulse en raison de son « statut à risque en lien avec des activités en Corée du Nord »[22].

Intervenant sur Europe 1[14],[23],[24], Sud Radio[25], Radio Notre-Dame[26] et Fréquence Protestante, il a publié de nombreuses tribunes dans Libération[27], Le Plus de L'Obs[28] et Le Huffington Post[29]. Louis de Gouyon Matignon est intervenu au Conseil de l'Europe[30],[31], à l'Institut d'études politiques de Grenoble[32], à l'Institut d'études politiques de Paris[33] ou encore à l'Université Panthéon-Assas[34]. Il est membre de l'Association de la noblesse bretonne (ANB) Tudjentil Breizh.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • O TARNÉ – Portrait de la nouvelle génération tsigane de Louis de Gouyon Matignon
  • GADJO - Un prince chez les Manouches de Flora Desprats, ARTE, 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.lesinrocks.com/2014/09/17/actualite/louis-gouyon-matignon-aristo-chez-les-tsiganes-11524371/
  2. http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-louis-de-gouyon-matignon-2012-10-11
  3. Célia Lebur, « Gadjo aristo, avocat des Tsiganes », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne)
  4. http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/ce-n-est-qu-un-pansement-05-05-2014-3815431.php
  5. http://www.metronews.fr/paris/louis-de-gouyon-matignon-grace-aux-tziganes-j-ai-compris-l-europe/mnee!40sGzaiKPT0w/
  6. http://www.konbini.com/fr/tendances-2/louis-de-gouyon-matignon/
  7. http://www.cafebabel.fr/politique/article/louis-de-gouyon-matignon-leurope-tsigane.html
  8. http://www.voicesofyouth.org/fr/posts/1-jeune--1-voix--louis--l-infatigable-defenseur-de-la-culture-et-population-tsiganes-
  9. http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/gadjo-un-prince-chez-les-manouches,84071750.php
  10. http://www.lefigaro.fr/elections/europeennes-2014/resultats/ile-de-france-et-francais-hf/paris/paris/
  11. http://www.lepoint.fr/europeennes-2014/europeennes-le-petit-prince-des-roms-a-l-assaut-du-parlement-15-05-2014-1823066_2095.php
  12. http://www.arte.tv/guide/fr/049450-000/louis-prince-des-gadje
  13. http://www.streetpress.com/sujet/1424967822-pour-quelques-dollars-de-plus-une-maison-d-edition-dediee-la-culture-tsigane
  14. a et b « "Nuit Debout" : "On ne veut plus de politiques qui trichent" », europe1.fr, (consulté le 16 septembre 2017)
  15. https://www.francebleu.fr/emissions/basque-connection/pays-basque/basque-connection-100
  16. http://etudiant.lefigaro.fr/article/quand-des-etudiants-francais-s-aventurent-en-coree-du-nord_4139f452-5a87-11e7-9bb8-f4ad8e4a4fd1/
  17. http://www.france24.com/fr/20170912-francais-coree-nord-jai-etudie-a-pyongyang-kim-jong
  18. http://www.twentymagazine.fr/articles/twenties/portrait-de-twenty/mon-fabuleux-voyage-en-cor%C3%A9e-du-nord-1
  19. http://www.twentymagazine.fr/articles/twenties/portrait-de-twenty/mon-fabuleux-voyage-en-cor%C3%A9e-du-nord-2
  20. « Lettre ouverte à Louis de Gouyon Matignon », AIGU COREA,‎ (lire en ligne)
  21. O de N, « Être étudiant occidental à Pyongyang (première partie) - Association d'amitié franco-coréenne », Association d'amitié franco-coréenne,‎ (lire en ligne)
  22. https://www.francebleu.fr/emissions/basque-connection/pays-basque/louis-de-gouyon-matignon-s-est-connecte
  23. http://www.europe1.fr/emissions/le-grand-direct-de-l-actu/le-grand-direct-de-lactu-comprenez-vous-le-coup-de-gueule-de-xavier-bertrand-contre-les-gens-du-voyage-2508161
  24. http://www.europe1.fr/emissions/le-grand-direct-de-l-actu/le-grand-direct-de-lactu-la-place-de-la-republique-evacuee-ce-matin-le-gouvernement-a-t-il-raison-de-vouloir-mettre-fin-au-mouvement-nuit-debout-2716624
  25. https://www.youtube.com/watch?v=-TxJ2dS5yQM
  26. https://www.dailymotion.com/search/louis%20de%20gouyon%20matignon%20radio%20notre%20dame
  27. http://www.liberation.fr/auteur/15335-louis-de-gouyon-matignon
  28. http://leplus.nouvelobs.com/louisdegouyonmatignon
  29. http://www.huffingtonpost.fr/louis-de-gouyon-matignon/
  30. https://www.youtube.com/watch?v=SmXxkGlVtn0
  31. http://www.ertf.org/index.php/8-news/192-romani-language-day
  32. http://ecoleicietmaintenant.e-monsite.com/agenda/evenements-organises-par-l-association/conference-louis-de-gouyon-matignon.html
  33. http://www.sciencespo.fr/evenements/index.php?id=2252
  34. https://allevents.in/events/roms-citoyens-europ%C3%A9ens-envers-et-contre-tous/1434446146770198

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :