Louis de France (1244-1260)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis de France
Illustration.
Le prince Louis en prière, représenté sur un vitrail de la cathédrale de Chartres (aquarelle de la collection Gaignières, XVIIe siècle)
Fonctions
Héritier du trône de France
Successeur Philippe (son frère cadet)
Biographie
Dynastie Capétiens
Date de naissance
Date de décès (à 15 ans)
Lieu de décès Paris
Sépulture Abbaye de Royaumont
Père Louis IX, roi de France
Mère Marguerite de Provence

Louis de France (1244-1260)

Louis de France ( - Paris, ), fils aîné du roi Louis IX (Saint Louis), est le prince héritier du trône de France, de sa naissance à sa mort prématurée, à l'âge de 15 ans et 10 mois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis de France naît le 24 février 1244[1]. Il est le premier fils de Saint-Louis et de Marguerite de Provence (1221-1295) après Blanche (1240-1243) et Isabelle (1242-1271). Le prince Louis est considéré comme héritier du trône de France dès sa naissance.

À la mort de sa grand-mère Blanche de Castille en novembre 1252, qui assurait le gouvernement du royaume de France pendant le séjour du roi en Terre Sainte (1248-1254) dans le cadre de la Septième croisade, le jeune Louis assure l'intérim nominal du pouvoir royal, sous le contrôle effectif de son oncle Alphonse de Poitiers, jusqu'au retour en France de son père en juillet 1254[2].

Par un traité signé à Paris, le , le jeune Louis est fiancé à l'infante Bérengère (es), née en 1253, fille aînée d'Alphonse X, roi de Castille, qui, étant alors dépourvu de descendance mâle, venait de faire reconnaître la princesse comme héritière du trône. Le projet matrimonial visait donc l'unification future de ces deux royaumes, à travers le mariage des deux héritiers présomptifs[3]. Ce rêve fut cependant de courte durée : dès octobre 1255, la naissance d'un héritier mâle, Ferdinand, venait remettre en cause les droits de sa sœur Bérengère au trône castillan.

D'après des sources contemporaines, le jeune Louis présentait des aptitudes similaires à celles de son père (qui veilla soigneusement à son éducation) et avait tout pour devenir le digne successeur de Saint Louis.

Le prince héritier meurt prématurément en janvier 1260, à l'âge de 15 ans et 10 mois, emporté par un mal de ventre foudroyant, probablement une appendicite[4].

Tombe du prince héritier Louis de France

Le cercueil du prince aurait été porté par son frère Philippe devenu héritier, son père ainsi que par les rois Henri III d'Angleterre et Thibaut II de Navarre. Il est inhumé à l'abbaye de Royaumont aux côtés de son oncle Philippe-Dagobert (1222-1234), de sa sœur Blanche (1240-1243) et de son frère Jean (1248). Sous le règne de Louis XVIII, en 1817, ses cendres seront transférées à la basilique Saint-Denis.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Carolus-Barré, « Le prince héritier Louis (1244-1260) et l'intérim du pouvoir royal, de la mort de Blanche de Castille (novembre 1252) au retour de Saint Louis en France (juillet 1254) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 114, no 4,‎ , p. 588-596 (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carolus-Barré 1970, p. 588.
  2. Carolus-Barré 1970.
  3. Carolus-Barré 1970, p. 590.
  4. Gérard Sivéry, Philippe III le Hardi, 2003, Fayard, p. 16, (ISBN 2-213-61486-5)