Louis de Bussy d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bussy.
Louis de Bussy d'Amboise
Louis de Bussy d'Amboise,collection du château de Beauregard.
Louis de Bussy d'Amboise,
collection du château de Beauregard.

Titre Seigneur de Bussy
Biographie
Dynastie Maison d'Amboise
Naissance
Décès
La Coutancière à Brain-sur-Allonnes
Père Jacques de Clermont d’Amboise
Mère Catherine de Beauvau

Blason fam fr Amboise.svg

Louis de Clermont d'Amboise, seigneur de Bussy (1549-1579) dit Bussy d'Amboise est un gentilhomme et un épéiste réputé de la cour d'Henri III. Il était le favori de François d'Anjou, frère du roi, et un galant de la reine Marguerite de Valois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis de Bussy d'Amboise,
portrait affiché dans l'antichambre des hommes de guerre, château de Bussy-Rabutin, XVIIe siècle.

Fils de Jacques de Clermont d’Amboise, seigneur de Bussy, et de Catherine de Beauvau, Louis embrasse de bonne heure la carrière des armes dans laquelle il ne tarde pas à se distinguer par sa bravoure et son intrépidité.

Lors du massacre de la Saint-Barthélemy (1572), il assassine son cousin huguenot Antoine de Clermont, marquis de Reynel[1],[2], avec qui il était en procès. Il s'empare ensuite de son château.

Au service du duc d'Alençon, frère cadet et rival du roi Henri III, il devient son favori. Il se fait très rapidement connaître à la cour où il s'impose et parvient à devenir le galant de Marguerite, la sœur du roi et du duc d'Alençon.

En 1576, François d'Alençon reçoit l'Anjou en apanage. Monsieur, désormais duc d'Anjou, nomme Bussy gouverneur de son duché et commandant du château d'Angers.

Par son attitude méprisante et provocatrice à l'égard des partisans du roi, Bussy participe aux tensions qui règnent à la cour entre le roi et son frère. Bussy se moque ouvertement des mignons du roi avec qui il se bat fréquemment en duel. Il aide le duc d'Alençon à s'enfuir de la cour où Henri III le retient.

Bussy est finalement victime de son arrogance. Le 19 août 1579, alors qu'il tentait de séduire Françoise de Maridor, il est tué lors d'un guet-apens tendu au château de La Coutancière par Charles de Chambes, comte de Montsoreau et mari de la dame[3].

Représentations culturelles[modifier | modifier le code]

Bussy d'Amboise a été mis en scène par le dramaturge anglais George Chapman dans sa pièce The Tragedy of Bussy D'Ambois (en) (1607)[4].

Le gouverneur du duché d'Anjou devient également le protagoniste principal du roman La Dame de Monsoreau d'Alexandre Dumas. Très idéalisé, Bussy est dépeint comme un « héros antique (...) qui, fort de sa puissance, parle haut à son prince et lui dispute la dame de ses pensées[5]. » Le romancier fait mourir Bussy à Paris avec un an d'avance (8 juin 1578).

Le personnage est successivement interprété par Nicolas Silberg dans l'adaptation télévisuelle diffusée en 1971[6], puis par Thomas Jouannet dans une transcription très libre du roman dumasien en 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Théodore Beauvais de Préau & Antoine-Alexandre Barbier, Biographie universelle classique, Charles Gosselin, 1829, Volume 1, p.413.
  2. Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire moderne » (no 27), , 333 p. (ISBN 2-85944-247-2, présentation en ligne, lire en ligne), p. 102.
  3. Mouton 1912, p. 293-295.
  4. (en) Andrew Lang, History of English literature : from Beowulf to Swinburne, Longmans, Green & Co., 1921, p. 249-250, lire en ligne.
  5. Michel Arrous (dir.), Dumas, une lecture de l'histoire, Paris, Maisonneuve et Larose, , 617 p. (ISBN 2-7068-1648-1, présentation en ligne), p. 48.
  6. Jacques Baudou et Jean-Jacques Schleret, Les Feuilletons historiques de la télévision française, Éditions Huitième Art, 1992, 234 p., (ISBN 2-908905-02-7).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • Pierre de L'Estoile (édition établie par Madeleine Lazard et Gilbert Schrenck), Registre-journal du règne de Henri III, t. III : 1579-1581, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français » (no 487), , 232 p. (ISBN 2-600-00233-2, présentation en ligne).
  • Louis de Bussy d'Amboise, Les stances inédites de Bussy d'Amboise : publiées par André Joubert, Château-Gontier, Imprimerie-librairie H. Leclerc, , 7 p. (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Louis de Clermont, seigneur de Bussy d'Amboise,
huile sur toile d'Édouard Pingret,
château de Versailles, 1835.
Copie d'un portrait du XVIe siècle conservé au château de Beauregard.
  • Arthur Bertrand, « Documents inédits pour servir à l'histoire du Maine (1576-1579) : le Maine, l'Anjou et Bussy-d'Amboise, 1576 ; pillage des faubourgs du Mans, 1577 », Revue historique et archéologique du Maine, Mamers / Le Mans, G. Fleury & A. Dangin / Pellechat, vol. II,‎ , p. 275-314 (lire en ligne).
  • Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi : l'autorité nobiliaire en Anjou pendant les Guerres de religion, 1560-1598, Paris, Belin, coll. « Essais d'histoire moderne », , 314 p. (ISBN 2-7011-2976-1, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Claude Derblay, Une héroïne de Brantôme, Renée de Bussy d'Amboise, maréchale de Balagny, princesse de Cambrai, Paris, Plon, , 255 p. (présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) Mack P. Holt, The Duke of Anjou and the Politique Struggle during the Wars of Religion, Londres / New York / Melbourne, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Studies in Early Modern History », , XIII-242 p. (ISBN 0-521-32232-4, présentation en ligne).
  • André Joubert, Un mignon de la cour de Henri III : Louis de Clermont, sieur de Bussy d'Amboise, gouverneur d'Anjou, Paris, Librairie E. Lechevalier, , VIII-280 p. (présentation en ligne, lire en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Nicolas Le Roux, La faveur du Roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », , 805 p. (ISBN 2-87673-311-0, présentation en ligne), [présentation en ligne]
    Réédition : Nicolas Le Roux, La faveur du Roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Les classiques de Champ Vallon », , 2e éd. (1re éd. 2001), 805 p. (ISBN 978-2-87673-907-9, présentation en ligne).
  • Jacques Levron, La véritable histoire de la dame de Montsoreau, Rennes, Éditions Ouest-France, (1re éd. 1938, Société d'éditions et d'imprimerie), 104 p. (ISBN 978-2-7373-5801-2, présentation en ligne).
  • Léo Mouton, Bussy d'Amboise et Madame de Montsoreau, d'après des documents inédits, Paris, Librairie Hachette et Cie, , 358 p. (présentation en ligne).
  • Marie-Christine Natta, « La représentation du favori du prince dans La Dame de Monsoreau », dans Michel Arrous (dir.), Dumas, une lecture de l'histoire, Paris, Maisonneuve et Larose, , 617 p. (ISBN 2-7068-1648-1, présentation en ligne), p. 41-60.
  • Loris Petris, « « Une amitié si sainte » : Marguerite de Valois et Pibrac au miroir de L'ombre de Bussy », Albineana, Cahiers d'Aubigné, Niort, no 24 « La Cour de Nérac au temps de Henri de Navarre et de Marguerite de Valois »,‎ , p. 273-289 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]