Louis de Bourbon-Roussillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis de Bourbon-Roussillon
Image illustrative de l’article Louis de Bourbon-Roussillon
Représentation posthume de Louis de Bourbon-Roussillon.

Titre Comte de Roussillon
Autres titres Amiral de France
Successeur Charles de Bourbon-Roussillon
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon-Roussillon (bâtarde)
Naissance ~ 1450
Décès
Valognes
Père Charles Ier de Bourbon
Mère Jeanne de Bournan
Conjoint Jeanne de Valois
Enfants Charles, comte de Roussillon
Suzanne, comtesse de Roussillon
Anne, dame de Mirebeau

Blason de Louis de Bourbon-Roussillon

Louis de Bourbon-Roussillon, né en 1450 et mort le , est un fils illégitime de Charles Ier de Bourbon, il est à l'origine de la branche illégitime de Bourbon-Roussillon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis de Bourbon-Roussillon, qui serait né en 1450, est le fils illégitime de Charles, duc de Bourbon et Jeanne de Bournan qui était demoiselle d'honneur de la reine Marie d'Anjou. Il avait un frère adultérin, Renaud de Bourbon, qui fut abbé de Saint-Sauveur-le-Vicomte, avant de devenir archevêque de Narbonne à partir de 1473. Louis de Bourbon-Roussillon sera légitimé par lettres patentes en 1463.

Il est connu pour ses multiples services rendus à l'État[1]. Il avait été accordé à Marie, fille de Jean, bâtard de Dunois, mais Louis XI, pour le récompenser de sa fidélité et de son dévouement à sa personne pendant la guerre du Bien public, lui donna en mariage sa propre fille naturelle. En effet, le , le roi Louis XI de France légitime la fille qu'il a eue de sa maîtresse Phélise Regnard, Jeanne de Valois (1447-1519), et lui fait épouser Louis de Bourbon-Roussillon. Elle lui donne un fils, Charles († 1510), et deux filles.

En 1466, Louis XI lui accorde la dignité d'amiral de France. Il devient également gouverneur du Dauphiné. Il est l'un des premiers chevaliers à recevoir le collier de l'ordre de Saint-Michel.

Il mourut le [2], et fut enterré dans l'église du couvent des Cordeliers de Valognes, qu'il avait fondé. Son tombeau est aujourd'hui détruit.

Louis de Bourbon-Roussillon était à la tête de nombreuses seigneuries, il était notamment comte de Roussillon, de Ligny, baron de Landorre, seigneur de Valognes en Cotentin, d'Usson en Auvergne, de Crémieu, Beaurepaire ou Beauregard ?, Vizille, Moras et Cornillon en Dauphiné, et de Montpensier-en-Loudunais.

Descendance[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Jeanne de Valois dame de Mirebeau, il eut :

Il eut aussi un fils illégitime, Jean de Bourbon (1465-1488), qui devint abbé de Seuilly et protonotaire du Saint-Siège[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Louis Achaintre, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de Bourbon, éd. Didot, 1825, p. 178.
  2. On trouve aussi les dates du ou 1486 ou 1487.
  3. http://stephane.thomas.pagesperso-orange.fr/capetien/bourbon_roussillon.htm

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Claire Dechamps, Au plaisir de treshault et trespuissant seigneur Louis bastard de Bourbon gendre de Louis XI. Échanges et commandes artistiques au sein du milieu royal, Fabienne Joubert dir., Paris, Université Paris-Sorbonne, 2014.
  • Claire Dechamps, « Un couple de bibliophiles dans le milieu royal : Louis, bâtard de Bourbon, et son épouse, Jeanne, bâtarde de France », dans Éric Bousmar, Alain Marchandisse, Christophe Masson et Bertrand Schnerb (éditeurs), La bâtardise et l'exercice du pouvoir en Europe du XIIIe au début du XVIe siècle, coll. « Revue du Nord (Hors Série Histoire) » (no 31), (résumé), p. 267-284.
  • Claire Dechamps, « Une commande pour l’éternité : la sépulture de Louis bâtard de Bourbon dans l’église des cordeliers à Valognes au XVe siècle », dans Denise Borlée, Laurence Rivière Ciavaldini (dir.), Mélanges offerts à Fabienne Joubert. Faire et bien faire : commande et création artistiques au Moyen Âge, Rivista d’Arte, Serie quinta, vol. VII, Firenze, Olschki, 2018, p. 391-401.
  • Marie-Lise Fieyre, « Bâtardes alliances : Mariages et fratries chez les Bourbons à la fin du XVe siècle », dans Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753555471, DOI 10.4000/books.pur.44760, lire en ligne), p. 245-256.