Louis Verneuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verneuil.

Louis Jacques Marie Collin du Bocage, dit Louis Verneuil, né à Paris le 14 mai 1893, mort le 3 novembre 1952, est un auteur dramatique et scénariste français qui est aussi acteur. Il signe seul trente-huit pièces de théâtre et vingt-cinq autres en collaboration avec Georges Berr.

Son père, Louis Georges Collin, fils d'Auguste Collin (1827-1862) et de Noémi Barbié du Bocage (1829-1904), avait modifié son patronyme, en 1888, pour s'appeler Collin du Bocage, en souvenir de son bisaïeul, le fameux géographe Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825)[1], membre de l'Institut, et de son aïeul, Jean-Guillaume Barbié du Bocage (1793-1843), lui-même géographe réputé[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Verneuil est dans les années 1930 l'un des rois du théâtre de boulevard, aussi souvent à l'affiche que Sacha Guitry ; et l'un des champions, avec Marcel Pagnol, du théâtre filmé.

Il signe, soixante-trois pièces en trois ou quatre actes, dont trente-huit seul et vingt-cinq autres en collaboration avec Georges Berr (1867-1942). S'y ajoutent seize pièces en un acte, cinq revues et vingt-six films. Plus des trois-quarts de cette centaine d'œuvres, écrites et produites en vingt-cinq ans, sont des succès.

Parmi les plus fameuses  : Pour avoir Adrienne, Le Fauteuil 47, Azaïs, Maître Bolbec et son mari, toutes pièces devenues des films, de même que Ma cousine de Varsovie, L'Amant de madame Vidal, Une femme ravie, avec la volcanique Elvire Popesco. La Banque Némo, autre film tiré d'une autre de ses pièces et réalisé par Marguerite Viel, est victime de la censure en 1934. Monsieur Lamberthier, jouée dans dix-neuf pays, manque d'être portée à l'écran par Carl Theodor Dreyer ; Alfred Hitchcock lui doit l'idée de I confess (La Loi du silence), et René Clair l'une des trouvailles de It happened tomorrow (C'est arrivé demain). Henri-Georges Clouzot réalise également, parmi ses premiers films, des adaptations de pièces de Louis Verneuil (Tout pour l'amour, Caprice de princesse, 1933).

En 1923, il prend la direction à la fois du Théâtre de la Renaissance et du Théâtre Antoine (du 1er octobre 1923 au 30 septembre 1928).

Estimant que « jusqu'en 1930, la collaboration avec l'Allemagne était souhaitable. Depuis 1933, elle était insensée. En 1940, elle est devenue criminelle », Louis Verneuil se réfugie, sous l'occupation, aux États-Unis où son succès ne se dément pas, dont une adaptation en anglais de La Vie parisienne d'Offenbach (1941, 1942, 1945). En 1942, ses droits d'auteur sont confisqués par les autorités allemandes, qui bannissent ses œuvres en 1943. Louis Verneuil avait établi l'édition de son théâtre complet en douze volumes ; quatre seulement sont parus, truffés de précieuses préfaces.

Il avait épousé, le 9 mars 1921 à Paris 17e, Lysiane Bernhardt (1896-1977), la petite-fille de Sarah Bernhardt (1844-1923) pour laquelle il écrivit deux pièces: Régine Armand qu'elle joua elle-même le 20 avril 1922 au Théâtre Sarah-Bernhardt, ainsi que Daniel (créée le 10 novembre 1920 au Théâtre Sarah-Bernhardt) qui voit la dernière dernière apparition en public de la grande tragédienne, à Turin, à l'automne 1922, avant sa disparition en mars 1923. Ils divorcèrent dès l'été 1923.

Il a entretenu ensuite une longue liaison avec Elvire Popesco (1896-1993) devenue son égérie et son interprète-partenaire fétiche, de novembre 1923 à février 1937, dans une dizaine de pièces, de Ma cousine de Varsovie (Théâtre Michel, 1923) à Pile ou face (Théâtre de l'Odéon, 1934), en passant par L'Amant de Madame Vidal (Théâtre de Paris, 1928) ou Une femme ravie (Théâtre de Paris, 1932), et sept films (Dora Nelson, Sa meilleure cliente, Le Roi, L'Habit vert, Ma cousine de Varsovie, Une femme chipée et L'Amant de Madame Vidal).

Il épouse enfin, le 22 juillet 1937 à Paris 16e, Germaine Feydeau (1890-1940), la fille de Georges Feydeau (1862-1921), dont Louis Verneuil avait été le jeune ami et un fervent admirateur.

Il écrit et publie également aux États-Unis, où nombre de ses pièces sont reprises entre 1919 et 1952, La vie merveilleuse de Sarah Bernhard, et le premier tome d'un extraordinaire livre de souvenirs professionnels Rideau à neuf heures. Pour Broadway, dans les dernières années de sa vie, il écrit encore et met en scène Love and let love (jouée du 19 octobre au 1er décembre 1951, avec entre autres Ginger Rogers) et Affairs of State qui connaît un grand succès avec 610 représentations (jouée du 25 septembre au 4 novembre 1950 au Royale Theatre, puis reprise du 6 novembre 1950 au 8 mars 1952 au Music Box Theatre).

De retour en France, riche mais déprimé, il met en scène de nouveau Elvire Popesco dans une reprise de L'Amant de Madame Vidal (créée le 17 avril 1952 au Théâtre Antoine), mais il se suicide le 3 novembre 1952 en se tranchant la gorge au Grand Hôtel Terminus, qui est à proximité immédiate de la gare Saint-Lazare, où Feydeau avait lui-même vécu les dernières années de sa vie avant son internement à la clinique du docteur Fouquart. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (division 84).

La famille Collin du Bocage, dont Olivier Collin du Bocage, commissaire priseur, descendant du demi-frère de Louis Verneuil, est détentrice du droit d'auteur et des droits moraux de son œuvre.

De 1967 à 1985, seize de ses pièces sont diffusées à la télévision française dans la série Au théâtre ce soir, la première enregistrée au Théâtre Marigny le 26 avril 1967 : Pour avoir Adrienne, dans une mise en scène de Pierre Mondy, avec Jean Poiret, Michel Serrault, Danièle Lebrun, etc.

En 1988, Ma cousine de Varsovie est reprise au Théâtre de la Michodière.

Citations de Louis Verneuil :

- « Les auteurs qui pillent sans vergogne leurs aînés ont parfois du talent : ils "volent" de succès en succès. »

- « Les femmes ne se souviennent que des hommes qui les ont fait rire et les hommes des femmes qui les ont fait pleurer. »

Théâtre[modifier | modifier le code]

Auteur
  • 1910 : La Verve folle, 3 septembre (Revue), Casino d'Houlgate
  • 1911 : Houlgate-Revue, 21-26 aout (Revue), Casino d'Houlgate
  • 1911  : Et allez donc !…, 8 décembre (Revue en un acte), Théâtre Fémina
  • 1912 : Le Tout Petit Faust, 26 janvier (un acte), Théâtre Fémina
  • 1912 : J'attends quelqu'un !… (Fais ça pour moi !…), 4 mars (un acte), Théâtre Fémina
  • 1912  : Hautes Etudes, 17 mai (un acte), Théâtre Fémina
  • 1912 : Tu vas un peu fort ! , 21 novembre (un acte), Théâtre Fémina
  • 1913  : La Revue du Moulin (Je me fais rougir), en col. avec Valentin Tarault, 3 janvier (Revue), Moulin Rouge
  • 1913 : Le Danger de l'autre, 3 janvier (un acte), Théâtre de la Comédie royale
  • 1913 : L'Intransigeant, en col. avec Louis Boucot, 5 décembre (un acte), Théâtre Impérial
  • 1915 : La Maison du passeur, en col. avec Paul Armont, 28 janvier (un acte), Théâtre du Châtelet
  • 1915  : 1915, en col. avec Rip, avec Yvonne Printemps, 22 avril (Revue), Théâtre du Palais-Royal
  • 1915 : Visions de gloire, 18 septembre (Revue), Théâtre du Vaudeville
  • 1915  : La Nouvelle revue 1915, en col. avec Rip, 6 octobre (Revue), Théâtre Antoine
  • 1915 : Double Emploi, 12 novembre (un acte), Théâtre Antoine
  • 1916  : La Charrette anglaise, en col. avec Georges Berr, 31 mai (trois actes), Théâtre du Gymnase
  • 1917 : Monsieur Beverley, en col. avec Georges Berr, 28 février (quatre actes), Théâtre Antoine
  • 1917  : La Jeune Fille au bain, avec Louis Verneuil, 30 avril (un acte), Théâtre Antoine, puis en octobre au Théâtre Edouard VII
  • 1917  : Mon Œuvre !…, en col. avec Georges Berr, 21 septembre (trois actes), Théâtre de l'Athénée
  • 1918  : Le Traité d'Auteuil, avec Gaby Morlay, Louis Verneuil, Félix Galipaux et André Lefaur, 12 novembre (trois actes), Théâtre Antoine
  • 1919  : Pour avoir Adrienne, avec Raimu, Charlotte Lysès et Louis Verneuil, 7 mai (trois actes), Théâtre Michel
  • 1920 : Mademoiselle ma mère, avec Gaby Morlay, Denise Grey, Louis Verneuil, André Lefaur, Félix Galipaux, André Alerme, etc., 24 février (trois actes), Théâtre Fémina
  • 1920 : L'Inconnu, 1er septembre (quatre actes), Théâtre Antoine
  • 1920  : Daniel, avec Sarah Bernhardt, 9 novembre (quatre actes), Théâtre Sarah-Bernhardt
  • 1921 : L'amant de cœur, 26 février (trois actes), Théâtre de la Potinière
  • 1921 : La Dame en Rose (d'après Le Satyre Georges Berr et Marcel Guillemaud), en col. avec Ivan Caryll (musique), 29 avril (Opérette en trois actes), Théâtre des Bouffes Parisiens
  • 1921 : L'enfant terrible
  • 1921 : Un jeune ménage, 12 novembre (quatre actes), Galeries Saint-Hubert, Bruxelles, puis 16 mai 1922, Théâtre de la Potinière
  • 1922 : Régine Armand, avec Sarah Bernhardt, 12 janvier (quatre actes), Galeries Saint-Hubert, Bruxelles, puis 20 avril, Théâtre Sarah-Bernhardt
  • 1922 : La Pomme, 12 septembre (trois actes), Théâtre Michel
  • 1923 : La Maîtresse de bridge, 29 septembre (trois actes), Théâtre des Nouveautés
  • 1923  : Le Fauteuil 47, avec Andrée Mégard, Gaby Morlay, Louis Verneuil, Arquillière, Georges Tréville, etc., 6 octobre (quatre actes), Théâtre Antoine
  • 1923 : Ma cousine de Varsovie, avec Elvire Popesco, 22 décembre (trois actes), Théâtre Michel
  • 1924 : Lison, 30 aout (trois actes), Théâtre Daunou
  • 1924 : Pile ou Face, avec Elvire Popesco, Louis Verneuil, André Lefaur, etc., 20 octobre (cinq actes), Théâtre Antoine
  • 1924 : En Famille, 18 décembre (quatre actes), Théâtre de L'Avenue
  • 1925 : J'aime Frédéric
  • 1925  : Du sang sur l'hermine, avec Elvire Popesco, 4 septembre (un acte), Théâtre des Champs-Élysées
  • 1925  : La joie d'Aimer, avec Elvire Popesco et Louis Verneuil, 30 septembre (quatre actes), Théâtre du Gymnase
  • 1925 : Le mariage de Maman, en col. avec Georges Berr, 22 novembre (quatre actes), Théâtre Antoine
  • 1925 : Azaïs, en col. avec Georges Berr, 27 novembre (trois actes), Théâtre des Variétés
  • 1926 : La Réussite
  • 1926 : Maitre Bolbec et son mari, en col. avec Georges Berr, avec Madeleine, Soria, Lucien Rozenberg, etc., 13 octobre (trois actes), Théâtre de l'Athénée
  • 1927 : Tu m'épouseras !…, avec Elvire Popesco, Louis Verneuil et Saturnin Fabre, 17 février (quatre actes), Théâtre de Paris
  • 1927 : Mademoiselle Flute, en col. avec Georges Berr, avec Maud Loty et André Lefaur, 15 mai (quatre actes), Théâtre des Variétés
  • 1927 : Satan, novembre, Théâtre Antoine
  • 1928 : Monsieur Lamberthier, avec André Brulé et Madeleine Lély, 8 novembre (trois actes), Théâtre Antoine
  • 1928  : Le Passage de Vénus, en col. avec Georges Berr, avec Saturnin Fabre, etc., 23 février (trois actes), Théâtre Sarah-Bernhardt
  • 1928 : L'honnête Mrs Cheyney (d'après Frédéric Lonsdale), 26 février (trois actes), Théâtre Daunou
  • 1928 : L'amant de Madame Vidal, avec Elvire Popesco, Louis Verneuil, 6 mars (trois actes), Théâtre de Paris
  • 1928 : Ma sœur et moi, en col. avec Georges Berr, 12 avril (trois actes), Théâtre Athénée
  • 1928 : La Course à l'Étoile, avec Elvire Popesco et Louis Verneuil, 17 novembre (quatre actes), Théâtre de Paris
  • 1929  : Boulard et ses filles, en col. avec Charles Cuvillier (musique), St-Granier et Jean Le Seyeux (couplets), avec Max Dearly, 7 novembre (Opérette en 3 actes), Théâtre Marigny
  • 1929 : Monsieur Floche
  • 1930 : Guignol (ou Un cambrioleur), en col. avec Georges Berr, avec Jules Berry, Suzi Prim, Saturnin Fabre, etc., 6 mars (quatre actes), Théâtre de la Potinière
  • 1930 : Miss France, en col. avec Georges Berr, 19 avril (quatre actes), Théâtre Édouard VII
  • 1931 : La Banque Nemo, avec Victor Boucher, Charlotte Lysès, Saturnin Fabre, Blanche Montel, René Bergeron, Gustave Gallet, etc., 21 novembre (trois actes), Théâtre de la Michodière
  • 1931 : Les Autres
  • 1932 : Les Evénements de Béotie, en col. avec Georges Berr, 21 janvier (trois actes), Théâtre de l'Athénée
  • 1932 : Avril, en col. avec Georges Berr, 27 septembre (trois actes), Théâtre des Variétés
  • 1932 : Une femme ravie, avec Elvire Popesco et Louis Verneuil, 24 décembre (quatre actes), Théâtre de Paris
  • 1933 : Parlez-moi d'amour, en col. avec Georges Berr, avec Marguerite Deval, Renée Devillers et Pierre Fresnay, 23 novembre (quatre actes), Théâtre Michel
  • 1934 : Le Mari que j'ai voulu, avec Harry Baur, Alice Cocéa et Marguerite Pierry, 24 février (quatre actes), Théâtre des Mathurins
  • 1934 : L'École des Contribuables, en col. avec Georges Berr, avec André Luguet, Huguette Duflos et Saturnin Fabre, 2 mars (trois actes), Théâtre Marigny
  • 1934 : Mon crime !…, en col. avec Georges Berr, avec Edwige Feuillère, Pauley et Alerme, 12 mars (trois actes), Théâtre des Variétés
  • 1934 : La belle Isabelle (ou Une femme dans la nuit), en col. avec Georges Berr, avec Jane Marnac et Duvallès, 12 avril (trois actes), Théâtre du Palais-Royal
  • 1935 : Vive le Roi !…, avec Elvire Popesco, Louis Verneuil, Louis Seigner, etc., 25 octobre (trois actes), Théâtre de l'Odéon
  • 1935 : Les Fontaines lumineuses, en col. avec Georges Berr, avec Louvigny, Saturnin Fabre, Jacques de Féraudy, Marcel Simon, etc. 8 novembre (trois actes), Théâtre des Variétés
  • 1936 : Un Monsieur qui s'explique, 26 mars (un acte), ABC
  • 1936 : Un homme à la mer
  • 1937 : Une femme d'un autre âge, en col. avec Georges Berr, 26 février (quatre actes), Théâtre Saint-Georges
  • 1937 : Le Rosier de Madame Husson, en col. avec Casimir Oberfeld (musique), 17 septembre (Opérette en deux actes), Théâtre de la Porte Saint-Martin
  • 1937 : Le Train pour Venise (ou Caroline), en col. avec Georges Berr, avec Huguette Duflos, Louis Verneuil, Armontel, Alerme et Roger Vieuille, 16 décembre (trois actes), Théâtre Saint-Georges; adapté au cinéma sous le titre Le Train pour Venise par André Berthomieu
  • 1937 : Féérie blanche, 22 décembre (Revue), Théâtre Mogador
  • 1938 : Léonidas, 7 octobre (quatre actes), Théâtre de Paris
  • 1938  : Le coffre-fort vivant, en col. avec Georges Berr, Joseph Szula et Jean Sautreuil (musique), 17 décembre (Opérette en deux actes), Théâtre du Châtelet
  • 1938 : La femme de ma vie, 28 décembre (trois actes), Galeries Saint-Hubert, Bruxelles
  • 1938 : La Féerie blanche revue opérette de Casimir Oberfeld, livret Louis Verneuil, lyrics André Hornez, Théâtre Mogador
  • 1939 : Fascicule noir, 29 décembre (trois actes), Théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1955 : Les Trois Messieurs de Bois-Guillaume (ou Les Chantrel), 29 janvier (trois actes), Théâtre des Variétés


Adaptation


Comédien
Coauteur
  • 1920 : La maison du passeur, épisode de la Guerre de 1914 ; drame en un acte, coécrit avec Paul Armont[3]

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Sépulture[modifier | modifier le code]

Tombe de Louis Verneuil (cimetière du Père Lachaise, division 84).

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 84).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Gauteur, À propos de Louis Verneuil, Séguier, 2007
  • Louis Verneuil, La Vie merveilleuse de Sarah Bernhardt, Brentano's, New York, 1942
  • Louis Verneuil, Théâtre complet, Tomes 1, 2, 3, 4, Brentano's, New York, 1941, 1942, 1944
  • Louis Verneuil, Rideau à neuf heures (Souvenirs de théâtre), Tome 1, Éditions des deux rives, Paris, 1945
  • Lysiane Bernhardt, Sarah Bernhardt, ma grand-mère, Éditions du Pavois, 1945
  • Charles Ford, Elvire Popesco, reine du boulevard, Éditions France-Empire, 1989

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des orientalistes de langue française, Éditions Karthala, 2008, p. 47
  2. Dominique Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l'expansion coloniale au XIXe siècle, Albin Michel, 1993
  3. Paul Armont et Louis Verneuil, La maison du passeur, épisode de la Guerre de 1914; drame en un acte, Paris, Librairie Théâtrale,‎ (OCLC 57244184)