Louis Varlez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Joseph Albert Varlez (né le 26 novembre 1863 à Anvers, mort le 20 octobre 1930 à Genève) est un spécialiste du chômage et de la migration.

Famille[modifier | modifier le code]

Son grand-père Louis Varlez (1792 Lens - 1874 Bruxelles) était un des premiers docteurs homéopathes de Belgique et il soigna le prince Léopold fils de Léopold II. Son père, Émile Varlez (°1830 Bruxelles + 1885 Malines), était procureur du Roi à Malines. Sa mère, Marie Maeterlinck (°1843 Gand + 1917 Gand), était une petite-fille de l’architecte Louis Roelandt (°1786 Nieuport + 1864 Gand) et cousine de l’écrivain Maurice Maeterlinck (° 1862 Gand + 1949 Nice). Un de ses beau-fils était Louis Fredericq (°1892 Gand + 1981 Gand) était recteur de l’université de Gand (1936-1938), gouverneur de la province de Flandre-Orientale (1938-1939), chef de cabinet du Roi Léopold III (1939 – 1945).

Après des études à l’Université libre de Bruxelles (ULB), il s’installe à Gand où il devient avocat.

Problématique du chômage[modifier | modifier le code]

Participant activement aux travaux du cercle libéral d’études économiques et sociales, fondé par les professeurs Albert Carlier et Remi De Ridder, il affirme très vite ses préférences pour les problèmes sociologiques. Le sort de la classe ouvrière le préoccupe surtout.

Varlez s’attelle alors au problème du chômage involontaire et, faisant preuve de pionnier, il propose une solution appelée à connaître un grand retentissement. Sur son initiative, la ville de Gand crée, le 20 octobre 1900, un fonds d’assurance. Au secours payé par les Caisses Syndicales viendront s’ajouter des subsides consentis par la commune ou par le gouvernement. Ce système sera largement suivi dans le monde sous le nom du « système de Gand ».

En 1906, la Societa Umanitaria organise à Milan un congrès international pour la lutte contre le chômage; Varlez y fait adopter le projet d’établir un groupement permanent s’intéressant au problème et il est chargé de réaliser cette proposition. De là naît, en 1910, l’association internationale pour la lutte contre le chômage (avec siège à Gand) ; Varlez en est sous la présidence de Léon Bourgeois, le secrétaire général.

En 1913, Varlez est chargé de faire, à la faculté de droit de l’Université de Gand, les cours de l’économie politique, de la législation comparée du travail et de la législation consulaire. Cette nomination a fait quelque bruit : un ministre du gouvernement catholique homogène ouvrait les portes de l’Université à un candidat incroyant et d’opinion anticléricale !

Après la guerre 14-18, il fait partie de la délégation belge à la conférence de la Paix à Paris. Il commence alors une carrière comme haut fonctionnaire international. Dès 1919, il a été nommé au secrétariat de la Société des Nations (SDN) à Londres, et il participe comme tel aux travaux de la conférence internationale du travail à Washington.

Problématique de la migration[modifier | modifier le code]

En 1920, Varlez prend au Bureau international du travail (BIT) la direction des services du chômage et des migrations.

Atteint par la limite d’âge en 1928, Louis Varlez abandonne ses fonctions permanentes, mais continue à collaborer aux travaux du Bureau en qualité de membre expert. C’est ainsi qu’il part en mission faire un voyage autour du monde pour étudier les grandes migrations; au terme de ce périple, il introduit un rapport d’un réel intérêt scientifique.

Lors de ce voyage Louis Varlez fut assisté par Lucien Brunin et en 2013 un livre fut publié se basant sur des textes et photos de ce dernier.

Louis Varlez mourut à Genève, le 20 octobre 1930 et y fut incinéré.

A Gand il y a la rue "Louis Varlezstraat"

En 2010, l’université de Gand commença une série de conférences sous le titre « Varlezlezingen » .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Baron Louis Fredericq, Notes sur la famille Varlez-De Ridder, Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..
  • (nl) Jasmien Van Daele, Van Gent tot Genève. Louis Varlez. Een biografie, Gand, Academia Press-Amsab-Liberaal Archief, .
  • Louis Varlez, Les Quartiers Varlez 5e génération,
  • « Histoire du libéralisme social / ANNEXE congrès CGSLB 2008 », sur Cgslb.be
  • Lucien Brunin - UN TOUR DU MONDE