Louis-Désiré Véron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis Véron)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Véron.
Louis Véron
Louis Véron - engraving - Mirecourt 1855- Google Books.jpg

Louis Véron, directeur du Constitutionnel et auteur des Mémoires d'un Bourgeois de Paris.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Fonction

Louis-Désiré Véron, né le et mort le à Paris, est un journaliste et homme politique français, directeur de l'Opéra de Paris de 1831 à 1835.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reçu docteur en médecine en 1823[1], Louis Véron fait fortune en exploitant la pâte pectorale du pharmacien Regnauld, après la mort de celui-ci[1]. Il se désintéresse dès lors de la médecine et commence une carrière de journaliste, publiant des articles politiques dans le journal La Quotidienne et en tenant la rubrique théâtrale dans Le Messager des Chambres.

En 1829, il fonde la Revue de Paris dans laquelle il inaugure la formule « la suite au prochain numéro » en publiant des romans-feuilletons[2].

Le 28 février 1831, il est nommé directeur de l'Opéra de Paris[1], y restant jusqu'au 1er septembre 1835. Il inaugure la situation de directeur-entrepreneur de l'Opéra, l'exploitant à son propre compte sous le contrôle du Gouvernement et avec l'aide de ce dernier. Il y réussit d'ailleurs très bien et est un des rares directeurs de l'institution à faire des bénéfices.

Il devient aussi copropriétaire et directeur du Constitutionnel en 1838. Il en devient le seul propriétaire en 1844 et n'hésite pas à payer 100 000 francs, somme énorme pour l'époque, pour y faire paraître en feuilleton Le Juif errant d'Eugène Sue. Sous sa direction, Le Constitutionnel soutient la politique de Thiers.

Sous le Second Empire, il est élu député au Corps législatif en 1852 et 1857.

Tombe de Louis Désiré Veron (cimetière du Père Lachaise, division 67)

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mémoires d'un Bourgeois de Paris, comprenant la fin de l'Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, la République jusqu'au rétablissement de l'Empire, 1853-1855, de Gonet, 6 volumes. Texte sur Gallica, Librairie nouvelle, 1856 : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5
  • Cinq cent mille francs de rente, Librairie nouvelle, 1855
  • Quatre ans de règne. Où allons-nous ?, 1857
  • Nouveaux Mémoires d'un bourgeois de Paris, Librairie internationale, 1866.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Claude A. Planchon, « Le Fabuleux Destin du Docteur Véron », Vesalius - Acta Internationalia Historiae Medicinae, vol. X, no 1,‎ , p. 20-24 (lire en ligne [PDF])
  2. Franck Ferrand, Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 5 avril 2011