Louis Théodore Kleinmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kleinmann.

Louis Théodore Kleinmann
Naissance 21 juillet 1907
Brumath
Décès 14 juillet 1979
Strasbourg
Grade colonel
Hommages Citoyen d'honneur de l'Université de Mayence

Louis Théodore Kleinmann (né le 21 juillet 1907 à Brumath, mort le 14 juillet 1979 à Strasbourg) est un officier français, surnommé père de la ville de Mayence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Théodore Kleinmann se forme en 1929-1930 à l'École militaire de Saint-Maixent.

Il est ensuite nommé lieutenant le 1er octobre 1932 à l'ouvrage du Hackenberg, le plus important de tous les ouvrages de la Ligne Maginot. Il étudie l’allemand au Centre d'Études Germaniques en 1935-1936. Sa mission est inconnue, probablement agent d'infiltration en Allemagne. En 1939, il est nommé capitaine dans la 62e division d'infanterie.

Via l'Espagne et le Portugal, il voyage à Casablanca et finalement à Sidi bel-Abbès où il rejoint la maison-mère de la Légion étrangère. En , Louis Théodore Kleinmann est fait chevalier de la Légion d'honneur pour la libération d'Alsace avec le 2e Zouaves "les Vosges" en septembre 1944.

Comme commandant français de la ville Mayence après , son rôle est décisif pour la refondation de l’université Johannes Gutenberg de Mayence en coopération avec Raymond Schmittlein : ce qui lui vaudra d'être nommé citoyen d'honneur de l'Université. Il travaille beaucoup avec Emil Kraus, le maire de Mayence de 1945 à 1949 (le maire précédent, Rudolph Walther, installé par les Américains, est remplacé le ).

Le commandant Kleinmann a aussi des engagements civiques forts ; il s'investit notamment dans la reprise du carnaval de Mayence et le sauvetage du grand clocher de l'église Saint-Étienne de Mayence, du Palais Ostein et de tous les bâtiments autour de la Schillerplatz.

Il est ensuite nommé commandant à Pirmasens et travaille pour le Haut-Commissaire adjoint à Bad Godesberg. L'été 1953, il est attaché au bataillon en Corée, où il est blessé et excelle. À la fin de la guerre de Corée, il est envoyé en Indochine où le Bataillon de Corée est intégré au Groupement Mobile n° 100 (GM 100) basé à An Khê (vi) sur les hauts-plateaux du Centre-Vietnam. Après la chute de Dien Bien Phu, le général Salan donne l'ordre d'évacuer An Khê le 20 juin 1954. Au cours de cette évacuation (en) le GM 100 (3 500 hommes) est pris dans une embuscade Vietminh (16 000 hommes). Le commandant Kleinmann assurait l'arrière-garde avec le bataillon II/Corée. Par son habileté, il réussit à sauver 497 hommes sur 834 de son bataillon.

Il rentre en octobre 1955 en Allemagne. Après Mayence, il est nommé lieutenant-colonel et chef de « groupement de coordination et de liaison » à Baden-Baden. Il est « Officier de liaison » et nommé colonel, et par la suite récipiendaire de l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne en 1966.

Il meurt à Strasbourg et est enterré à Brumath.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Friedrich Schütz: Louis Théodore Kleinmann (1907-1979). Französischer Stadtkommandant von Mainz 1945/46: der „Vater der Stadt“, à Ut omnes unum sint – tome 2: Gründungspersönlichkeiten der Johannes Gutenberg-Universität, p. 9-21, Michael Kissener (edit.) / Helmut Mathy (edit.), (ISBN 978-3-515-08781-0)
    • extrait sur Google Books
    • Bernard Fall:"Indochine 1946-1962", R.Laffont, 1962
    • Marc André: "Louis Kleinmann, un Brumathois en Indochine", Bull. Soc. d'Hist. et d'Arch. de Brumath et environs, N° 25, déc 1997.
    • "L'Odyssée du GM 100", Plon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]