Louis Simonneaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis Simonneaux
Biographie
Nom de naissance Louis-Paul-Armand Simonneaux
Naissance
à Servon-sur-Vilaine
Ordination sacerdotale par le
card. Emmanuel Suhard
Décès (à 93 ans)
à Versailles
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Paul Gouyon
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Versailles
Évêque de Versailles

Blason
In evangelium pacis (Ep 6,15)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis Simonneaux, né le à Servon-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine) et mort à Versailles le , est un prélat catholique français, évêque de Versailles de 1967 à 1988, puis évêque émérite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Bretagne, c'est dans les environs de Rennes que Louis Simonneaux reçoit sa formation. Il passe d'abord par le petit séminaire de Châteaugiron, puis rejoint le grand séminaire de Rennes. Il part à Rome étudier au Séminaire français et à l'Université grégorienne. Le cours de ses études est interrompu par son service militaire qu'il effectue de 1937 à 1939 et par la guerre. Fait prisonnier, il reste cinq ans en Allemagne et ne revient en France qu'en 1945. Il reprend alors ses études en passant un certificat de lettres à la Sorbonne, obtient une licence de théologie à l'Institut catholique de Paris et commence un doctorat.

Louis Simonneaux est ordonné prêtre pour le diocèse de Rennes le par le cardinal Emmanuel Suhard, archevêque de Paris. Son ministère débute auprès des jeunes puisqu'il est aumônier des étudiants. Il reçoit par la suite de nombreuses missions comme le cathécuménat des personnes adultes, la coordination d'un secteur de Mission ouvrière, qui le conduisent à devenir vicaire général le .

Il est nommé évêque de Versailles le 30 septembre 1967 et est consacré le 26 novembre suivant par le cardinal Paul Gouyon. Il est à la tête du nouveau diocèse de Versailles, issu du redécoupage de la province de Paris, qui correspond au nouveau département des Yvelines. Pour mieux gérer un diocèse en pleine extension - son épiscopat voit se construire 27 nouvelles églises -, il réorganise le territoire en quatre secteurs confiés à des vicaires épiscopaux, auxquels il laisse une grande liberté. Mgr Simmoneaux doit, comme son prédécesseur, mettre en œuvre les décisions du Concile. C'est pourquoi il crée un conseil presbytéral dans lequel l'évêque s'appuie sur ses prêtres comme collaborateur. Il réagit aussi à la baisse des effectifs dans les séminaires et instaure la formation continue pour les prêtres.

Mgr Simonneaux doit aussi faire face aux scissions engendrées par le Concile, en 1985, lorsque la paroisse de Port-Marly est occupée par une communauté intégriste et échappe à son autorité. Il cherche à dialoguer avec les traditionalistes. Par exemple, il autorise qu'une messe soit dite dans l'ancien rite à la chapelle de l'hôpital de Versailles, en février 1985.

Il démissionne de ses fonctions le 4 juin 1988, à l'âge de 72 ans et c'est Mgr Thomas, coadjuteur depuis décembre 1986, qui lui succède. Il se retire alors à Rennes dans son diocèse d'origine, où il devient aumônier dans une clinique. En 2003, il prend sa retraite dans la maison de retraite saint-Louis de Versailles qu'il avait créée[1]. Il y décède le [2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Parisien, « Mgr Simonneaux est décédé », sur leparisien.fr, (consulté le 21 décembre 2014)
  2. « Mgr Louis Simonneaux est décédé », sur catholique78.fr

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne, Dictionnaire des évêques en France au XXe siècle, Paris, Le Cerf, 2010, 841 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche sur catholic-hierarchy.org