Louis Sanders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanders.
Louis Sanders
Nom de naissance Élie Robert-Nicoud
Naissance (54 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Grand prix du roman noir français du festival du film policier de Cognac 2003
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Louis Sanders, pseudonyme de Élie Robert-Nicoud, né le à Paris, est un écrivain français, spécialisé dans le roman policier et la littérature d'enfance et de jeunesse[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élie Robert-Nicoud étudie les lettres classiques au lycée Condorcet, puis l'anglais à l'université Paris IV-Sorbonne où il obtient une maîtrise. Il vit un temps à Canterbury, en Angleterre, avant de s"inscrire à l'université de St Andrews, sur la côte Est de l'Écosse, puis pendant trois ans à l'université de Cambridge, ce qui lui permet de rédiger une thèse de doctorat ès lettres sur Evelyn Waugh et la conversion au catholicisme des écrivains britanniques entre 1890 et 1945. Il en tire le sujet de sa première publication, un essai intitulé La Plaisanterie métaphysique ou l'Angleterre pervertie (1990).

Après avoir épousé une Anglaise, il revient vivre en France, s'installe dans le Périgord et amorce une carrière de traducteur. Il travaille pour les éditions Ramsay, puis chez Payot & Rivages, où il dirige brièvement une collection de littérature étrangère, et traduit notamment Elmore Leonard, Ed McBain, Peter Corris, Eva Ibbotson et Chaïm Potok.

Sa vie en Dordogne au sein d'une communauté anglaise lui inspire le sujet de son premier roman policier, Février (1999), qu'il fait paraître en ayant recours pour la première fois au pseudonyme Louis Sanders. Il obtient le grand prix du roman noir français du festival du film de Cognac 2003 pour Passe-temps pour les âmes ignobles (2002), qui raconte les mésaventures de plusieurs Anglais, habitant en Dordogne, qui découvrent par hasard qu'un roman, mis en vente dans une librairie locale, révèlent bon nombre de leurs forfaits et qui cherchent à en retrouver l'auteur, ce qui occasionne une série de morts violentes.

Louis Sanders a également publié un roman d'aventures (Les Naufrageurs, 2004) et quelques ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Périgord noir, Paris, Éditions Thierry Magnier, coll. « Nouvelles », 2009, 132 p. (ISBN 978-2-84420-757-9), en collaboration

Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Taisez-vous, s’il vous plaît, Paris, Éditions Syros Jeunesse, coll. « Souris noire », 2000, 92 p. (ISBN 2-84146-774-0)
  • Monsieur Marval est mort, Paris, Éditions Syros Jeunesse, coll. « Souris noire », 2001, 90 p. (ISBN 2-84146-945-X)
  • Victime Delta, Paris, Éditions Syros, coll. « Rat noir », 2007, 107 p. (ISBN 978-2-7485-0579-5)

Essais (signés Élie Robert-Nicoud)[modifier | modifier le code]

  • La Plaisanterie métaphysique ou l'Angleterre pervertie (1990)
  • Scènes de boxe (2017)[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Louis Sanders », sur K-Libre, (consulté le 5 juillet 2014).
  2. Thomas Morales, « Folies à Pigalle », sur Causeur, (consulté le 5 juillet 2014)
  3. Eric Libiot, « Un fait d'hiver raconté par Louis Sanders », sur L’Express, (consulté le 5 juillet 2014).
  4. Présentation dans L'invité culture sur France Culture, le 11 juillet 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]