Louis Saillant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Saillant
Louis Saillant Humanité 4-11-1944.jpg
Portrait publié dans l'Humanité du 4 novembre 1944.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fonctionnaire, syndicaliste, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata

Louis Saillant,né le à Valence (Drôme) et mort le à Paris, est un syndicaliste et un résistant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ouvrier sculpteur sur bois[1], adhérent de la Fédération CGT du bois, Louis Saillant est d'abord proche de Léon Jouhaux et de la tendance non-communiste de la CGT, majoritaire jusqu'en 1945.

Le , alors que René Belin vient de dissoudre les organisations syndicales, il est un des signataires du Manifeste des Douze, acte fondateur du syndicalisme français dans son opposition à Vichy. Comme la plupart des signataires de ce manifeste, il rejoindra rapidement le mouvement de Résistance «Libération-Nord». Il sera dès lors un résistant pugnace et infatigable.

Ainsi, en , il organise une fédération clandestine CGT des PTT. Le , avec Robert Bothereau, il organise clandestinement au Perreux, dans la banlieue parisienne, une rencontre avec les ex-unitaires Henri Raynaud et André Tollet. Cette rencontre est à l'origine des Accords du Perreux qui met un terme à la division de la CGT tant sur le plan de l'action que de l'organisation.

Il est le représentant de la CGT au Conseil national de la Résistance (CNR), dont il prend la présidence le . On le retrouvera ensuite à Alger, comme représentant de la CGT au GPRF. En il est délégué par le CNR à l'Assemblée consultative provisoire. Il y siège jusqu'à la dissolution de celle-ci, en août 1945.

À la Libération, il entre au Bureau confédéral. En mars 1946, à l'issue de la «Conférence syndicale mondiale», qui se tient à Paris sous la présidence de Léon Jouhaux et en présence de trois cents délégués de soixante-cinq pays, naîtra la Fédération syndicale mondiale, dont il deviendra le secrétaire général jusqu'en 1968.

Alors qu'au sein de la CGT, il animait un groupe « centriste », situé entre les amis de Jouhaux et les communistes menés par Benoît Frachon, lors de la scission de décembre 1947, il reste au Bureau confédéral, refusant de rejoindre Jouhaux et Bothereau dans la nouvelle CGT-Force ouvrière.

Membre du Mouvement de la paix, il reçoit le prix Lénine pour la paix en 1958.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'organisation de la paix et l'unité syndicale internationale - Rapport présenté au Comité Confédéral National du 27, 28 et 29 mars 1945. CGT, 1945
  • La FSM au service des travailleurs de tous les pays (1945-1960), éd. MSM, 1960
  • Les chemins de l'unité syndicale - VIe congrès syndical mondial (Varsovie, 10/1965), éd. FSM, 1965

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article annexe[modifier | modifier le code]