Louis Rochet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Rochet
Image dans Infobox.
Portrait de Louis Rochet par Étienne Carjat.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Sculpteur, mongolisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Charles Rochet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Œuvres principales

Louis Éléonore Rochet, né à Paris le , où il est mort dans le 11e arrondissement le [1], est un sculpteur et mongoliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Rochet est le frère ainé de Charles Rochet (1815-1900), lui aussi sculpteur. Ils réaliseront en commun plusieurs œuvres, notamment le groupe Charlemagne et ses Leudes (1878) sur le côté du parvis de Notre-Dame de Paris.

Louis Rochet, fils d'un ciseleur, entre à l'École des beaux-arts de Paris où il est l'élève de David d'Angers. Il présente sa première œuvre au Salon de 1838. Il obtient une médaille de troisième classe au Salon de 1841 et à l’Exposition universelle de 1855. Durant toute sa vie, il fournira un travail abondant. Il sera élevé au grade de grand-croix de la Légion d'honneur en 1856.

Il est l'auteur en 1846 d'un Manuel de la langue chinoise vulgaire. Durant les quatre dernières années de sa vie, il enseigne les « langues tartares » (mongol et mandchou) à l'Institut national des langues et civilisations orientales. En 1875, il publie le Manuel de la langue chinoise vulgaire et les Sentences, maximes et proverbes mandchous et mongols.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Lous Rochet, Sentences, maximes et proverbes mantchoux et mongols, Paris, Maisonneuve et Cie, (OCLC 5128470, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Louis Rochet par son frère Charles
  2. Notice no PA14000067, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Monument à madame de Sévigné – Grignan », notice sur e-monumen.net'.
  4. Dossier sur la statue sur le site Inalco.fr.
  5. À Reims, le maréchal d’Erlon ambassadeur du foot féminin.
  6. Gérard Bellemin et Jacques Coutaz, Saint-Franc in 1000 ans d'histoire de la Savoie : L'Avant-Pays Savoyard, Magland, NEVA Editions, , 1154 p. (ISBN 978-2-35055-199-9), p. 717-718.
  7. Les statues du Louvre - Aile turgot - La statue L'Afrique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stanislas Lami, « Rochet (Louis) », dans Dictionnaire des sculpteurs de l'École française, t. Quatrième : N-Z, Librairie ancienne Honoré Champion, (lire en ligne).
  • André Rochet, Louis Rochet : sculpteur sinologue, 1813-1878, Éditions A. Bonne, 1978, 374 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]