Louis Richelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant français
image illustrant un architecte image illustrant l’Ille-et-Vilaine
Cet article est une ébauche concernant une personnalité française, un architecte et l’Ille-et-Vilaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richelot.
Louis Richelot
Présentation
Nom de naissance Louis-Guy-Marie-Rose Richelot
Naissance
Rennes
Décès
Rennes
Nationalité France Française
Mouvement néoclassicisme
Activités Architecte
Compléments
Comme architecte du département d'Ille-et-Vilaine, précède Léonce Couëtoux.

Louis Guy Richelot, né en 1786 à Rennes et mort en 1855 dans la même ville, est un architecte français. Il occupe le poste nouvellement créé d'architecte du département d'Ille-et-Vilaine de 1828 à 1843, et celui d'architecte diocésain de 1838 à 1845.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé chez Félix Anfray, ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussée d’Ille-et-Vilaine, sur le canal d’Ille-et-Rance, puis chez Antoine-Marie Peyre, il travaille au Dépôt Général de la Guerre pour les cartes et plans de Paris, puis sur le chantier de la cathédrale Saint-Pierre de Rennes avec Philippe Binet et Mathurin Crucy. Il effectue un voyage en Italie, entre 1824 et 1825, dans le but d'approfondir ses connaissances[1]. Il occupe les postes d'architecte du département d’Ille-et-Vilaine de 1828 à 1843 et d'architecte des édifices diocésains de 1838 à 1845[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

À la ville de Rennes, il fut notamment précédé par Charles Millardet et suivi par Jean-Baptiste Martenot.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaëlle de Carné, « L’architecture néo-classique à Rennes à travers l’œuvre de Louis Richelot, 1786-1855 », Bulletin de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, t. 88, 1986, p. 91-102.
  • Gaëlle de Carné, « Réminiscences palladiennes : le tribunal et la sous-préfecture de Redon », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 63, 1986, p. 434-439.
  • Périg Bouju, Comme un air d’Italie : Louis Richelot et l’introduction du palladianisme à Rennes, Place Publique, no 7, 2010, p. 79-83.
  • Jean-Yves Veillard, Rennes au XIXe siècle : architectes, urbanisme et architecture, Rennes, Éditions du Thabor, 1978, 518 pages, p. 234 à 237.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Yves Veillard ne fait que le supposer, sans en donner la date. Jean-Yves Veillard, Rennes au XIXe siècle : architectes, urbanisme et architecture, Rennes, Éditions du Thabor, 1978, 518 pages, p. 234 à 237.
  2. Périg Bouju, Architecture et lieux de pouvoir en Bretagne : XVIIIe siècle-XXe siècle, Université Rennes 2, novembre 2011.
  3. « Notice no IA00130939 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Notice no PA00090675 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Notice no IA00007913 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Notice no PA00090494 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no IA00007653 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no IA00007383 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no IA00130806 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no PA00090521 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no IA00130853 », base Mérimée, ministère français de la Culture