Louis Quenault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Quenault
Joseph Frantz et Louis Quenault
Joseph Frantz et Louis Quenault

Naissance
11e arrondissement de Paris
Décès (à 65 ans)
Marseille
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Arme Armée de l'air
Grade Caporal
Conflits Première Guerre mondiale
Faits d'armes Première victoire aérienne de l'histoire
Distinctions Médaille militaire

Louis Jean Eugène Quenault, né le dans le 11e arrondissement de Paris et mort le à Marseille[1], est un aviateur français de la Première Guerre mondiale célèbre pour avoir participé au premier combat aérien victorieux de l’histoire[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

D’origine populaire, Louis Quenault est le fils naturel d’une cuisinière d’origine luxembourgeoise, Marie Lanners. Reconnu à l’âge de treize ans par Eugène-Léon Quenault, il en porte dès lors le nom.

Caporal mécanicien aviateur affecté auprès du sergent-pilote Joseph Frantz au sein de l’escadrille de reconnaissance aérienne escadrille V 24, il est son équipier à bord du biplan Voisin LA III à moteur Salmson, numéro 89 lors de la mission qui les confronte, le , à un avion allemand de reconnaissance Aviatik B.I au-dessus de Jonchery-sur-Vesle (Marne).

Durant le combat aérien qui s’ensuit, Quenault sert la mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914 montée sur le Voisin. Sa deuxième rafale abat l’adversaire. L’Aviatik tombe dans les lignes françaises, ce qui permet d’homologuer officiellement ce succès. L’équipage français remporte ainsi la toute première victoire aérienne de l’histoire. Célébrés par la presse pour leur fait d'armes, les deux hommes sont également récompensés par l’autorité militaire, Frantz étant décoré de la Légion d’honneur tandis que Quenault l’est de la Médaille militaire.

Quenault est ensuite affecté à la division fusiliers marins de Villacoublay le 25 janvier 1915[3]. Marié à deux reprises après la guerre, il vit à Marseille des années Trente à sa mort. Sa dépouille repose au cimetière de Peyruis (Alpes-de-Haute-Provence).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, État-civil numérisé du 11e arrondissement de Paris, année 1892, acte de naissance no 4628 et ses mentions marginales.
  2. Jacques Noetinger, L’aviation, une révolution du XXe siècle, Nouvelles Editions Latines, 2005, p. 44
  3. Fiche du service de l’aéronautique militaire sur le site Mémoire des hommes.

Liens externes[modifier | modifier le code]