Louis Picquet du Boisguy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis Picquet du Boisguy
Naissance 11 janvier 1774
Fougères
Décès 1804 (à 30 ans)
Paris ?
Origine Français, Breton
Allégeance Flag of the Kingdom of France (1814-1830).svg Association bretonne
Flag of Royalist France.svg Chouan
Grade Lieutenant-colonel
Années de service 1793 ~ 1794-1800
Conflits Chouannerie
Guerre de Vendée
Faits d'armes Virée de Galerne
Bataille d'Entrammes
Bataille de Fougères
Siège de Granville
Siège d'Angers
Bataille du Mans
Combat de Mellé
Combat de Saint-Brice-en-Coglès
Combat des Houlettes
Combat du Châtellier
Deuxième bataille de Saint-James
Bataille des Tombettes
Famille Famille Picquet de La Motte et du Boisguy

Emblème

Louis Marie Picquet du Boisguy, né le à Fougères et mort en 1804, était un chef chouan breton pendant la Révolution française.
Il était le frère et l'un des capitaines du général chouan Aimé Picquet du Boisguy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Picquet du Boisguy combattit avec son frère Aimé dès le début de la guerre. Il participa à la révolte de la Saint-Joseph contre la conscription, ainsi qu'à la Virée de Galerne. Il se fit notamment remarquer lors du siège d'Angers, où, avec ses hommes, il attaqua les portes de la ville à la hache. Il devint par la suite un capitaine chouan sous les ordres de son frère.

Toutefois, le 10 juillet 1794, lors de l'attaque du Châtellier, les Républicains, retranchés, se défendirent efficacement. Lors du combat, Louis du Boisguy eut le bras droit fracassé par une balle. L'os ayant été brisé en plusieurs morceaux, Louis du Boisguy dut être amputé. Il ne se remit jamais vraiment de cette blessure, puisque sa santé se détériora au cours du temps. Cela mit un frein à ses activités militaires et sa présence se raréfia, bien qu'il participa encore à quelques combats. Il participa toutefois activement à la Chouannerie de 1799.

Au début de l'année 1800, il signa la paix mais fut exilé à Chartres. Quelque temps après, pour un motif inconnu, il fut arrêté et détenu pendant 8 mois en prison à Paris, avant d'être relâché. Mais malade, sa santé fragilisée par sa blessure, Louis du Boisguy mourut en 1804.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie du Breil de Pontbriand, Un chouan, le général du Boisguy, 1904, réédition la Découvrance, Rennes, 1994, 476 p. (ISBN 2910452018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]