Louis Oger de Cavoye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Oger de Cavoye
Biographie
Naissance
Décès
Autres informations
Propriétaire de

Louis d'Oger, ou d'Augier, marquis de Cavoye, né en 1640, mort en 1716 à l'hôtel de Cavoye, était un gentilhomme français des XVIIe et XVIIIe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un officier tué au service du Roi, il est élevé avec Louis XIV, et conserve la faveur de ce prince toute sa vie, et la mérite par son courage. Il est fait Grand Maréchal des Logis de la maison du roi en 1677.

En 1677, il épouse Louise Philippe de Coëtlogon (1641-1729), fille de René, marquis de Coëtlogon, vicomte de Mejusseaume et baron de Pleugriffet et de Philippe Hélène de Coëtlogon.

Très bel homme, ses succès féminins lui valent un duel retentissant avec Charles de Champlais, marquis de Courcelles, et deux ans de réclusion à la Conciergerie. Ses fonctions et la protection de Louis XIV lui permettent de bénéficier de nombreux privilèges, dont celui de «chaises à porteurs».

Hôtel de Cavoye et autres propriétés[modifier | modifier le code]

Il a laissé son nom à l'hôtel de Cavoye, au 52 rue des Saints-Pères dans le 6e arrondissement de Paris. Il achète cet hôtel le , à Marie-Sidonia de Lénoncourt, épouse du marquis de Courcelles[1]. L'hôtel est le centre d'une société choisie, où figurent Jean Racine et Nicolas Boileau. D'Oger l'embellit et le fait décorer par Mansart et Lepautre, l'architecte du duc d'Orléans, et y meurt en 1716. Il fait reconstruire le corps de logis et le portail sur rue en 1687. Cet hôtel particulier devenu célèbre de nos jours en devenant la demeure de Bernard Tapie.

Pour rester à proximité de Versailles et de la cour du roi, il achète en 1696 au gendre de Vauban, le Château de Voisins à Louveciennes.

Jugement de ses contemporains[modifier | modifier le code]

Saint-Simon :

« Il y a dans les cours des personnages singuliers, qui sans esprit, sans naissance distinguée, et sans entours ni services, percent dans la familiarité de ce qui y est le plus brillant, et font enfin, on ne sait pourquoi, compter le monde avec eux. Tel y fut Cavoye toute sa vie, très petit gentilhomme tout au plus, dont le nom était Oger. Il était grand maréchal des logis de la maison du roi; et le roman qui lui valut cette charge mérite de n’être pas oublié, après avoir dit ce qui le regarde en ce temps-ci[2]. »

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Mathieu da Vinha, Au service du roi : Dans les coulisses de Versailles, Tallandier, (ISBN 9791021010048), chap. 5 (« Le marquis de Cavoye : grand maréchal des logis et frère du Masque de fer? »), p. 101-125.
  • Adrien Huguet, Un grand maréchal des logis de la maison du Roi : Le marquis de Cavoye, 1640-1716, Paris, E. Champion, , XXIII-529 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.