Louis Nucéra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis Nucera)
Aller à : navigation, rechercher
Louis Nucéra
Naissance
Nice (France)
Décès (à 72 ans)
Carros, Alpes-Maritimes
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Louis Nucéra, né le à Nice et mort le à Carros, est un écrivain français qui reçut le Prix Interallié en 1981 et le Grand prix de littérature de l'Académie française en 1993 pour l’ensemble de son œuvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tour à tour employé de banque, journaliste, attaché de presse dans une maison de disques, directeur littéraire chez Lattès, Louis Nucéra est surtout connu comme écrivain et son importante passion importante pour le cyclisme, thème de nombre de ses ouvrages. En 1970, il publie son premier roman, L’Obstiné. Au travers de son œuvre, il retrace la vie des immigrés italiens (Le Ruban rouge) ; il évoque ses amitiés avec Cioran, Kessel, Picasso, Cocteau, Hardellet, Brassens ou Moretti (Mes Ports d’attache). Il raconte également son enfance niçoise (Avenue des Diables-bleus).

Louis Nucéra est mort dans l'arrière-pays niçois, le 9 août 2000, dans la zone industrielle de Carros (Alpes-Maritimes). Il fut renversé de son vélo par une voiture. En hommage à son ami, Bernard Morlino a alors écrit Louis Nucéra, achevé d'imprimer (éd. Le Castor Astral).

La Bibliothèque Louis-Nucéra de Nice

La bibliothèque municipale à vocation régionale de Nice (BMVR) porte son nom. Elle est détentrice de la majeure partie de ses manuscrits, tapuscrits ainsi que des notes complémentaires, dossiers de presse et photographies.

Écrivain cycliste[modifier | modifier le code]

« Je suis venu au monde à l'ombre précaire d'une bicyclette suspendue entre ciel et terre ». Tel est l'incipit que Louis Nucéra place en ouverture du livre Mes rayons de soleil[1]. Le titre de cet ouvrage est anodin et n'annonce pas vraiment ce dont les quelque 270 pages traitent par la suite. Pas même un vélo sur la couverture de l'édition d'origine, sur quoi on voit un paysage vallonné où le vert décline ses nuances.

Louis Nucéra y fait le récit d'une « grande boucle » à vélo de 4 813 kilomètres. En effet, le 6 mai 1985 à 8 h. 30, il s'élance de Livry-Gargan où le champion Antonin Magne exploita une ferme. Louis Nucéra ne suit pas n'importe quel parcours : il a choisi de refaire les étapes que les coureurs du Tour de France ont suivies, en 1949. C'est aussi le Tour que Fausto Coppi, admiré par l'auteur, avait remporté.

Au-delà d'un simple récit factuel, se bornant à décrire les particularités de chaque étape, Louis Nucéra donne à comprendre sa passion pour le vélo, les joies et les difficultés qu'il éprouve à rouler. C'est aussi un exercice d'admiration pour les cyclistes qui l'ont précédé sur les routes de 1949.ra

Prix Louis-Nucéra[modifier | modifier le code]

L'association « Lire à Saint-Étienne » a créé le prix « Les Soleils de Nucéra » (ou prix Louis-Nucéra) en 2002. Récompensant un roman publié dans l'année, dont le thème principal concerne le cyclisme, il est remis sur le podium de la course cycliste Paris-Nice à l'étape de Saint-Étienne, ou dans la ville-étape la plus proche.

Les lauréats sont :

  • 2002. Paul Fournel, Besoin de Vélo, Le Seuil ;
  • 2003. Patrick Menant, Tour d'enfance, éd. Italiques ;
  • 2004. Jean Bobet, Lapize. Celui-là était un as, La Table ronde ;
  • 2005. Olivier Roche, La Course, éd. Françoise Truffaut ;
  • 2006. Annie Degroote, Les Amants de la petite reine, Presses de la Cité ;
  • 2007. Maxime Schmitt, Vélo volé, Gallimard ;
  • 2008. Diego Audemard et Jean-Christophe Perrot, Tandems africains, Presses de la Renaissance ;
  • 2009. François Bott, Vel d'Hiv, Le Cherche-Midi ;
  • 2010. Jean-Noël Blanc, Le Nez à la fenêtre, Gallimard ;
  • 2011. Bruno Bayon, Tourmalet, Grasset ;
  • 2012. Christian Le Goff, Dernières Pédalées, éd. Amalthée ;
  • 2013. Christian Laborde, Tour de France, nostalgie, éd. Hors-collection ;
  • 2014. Bernard Chambaz, Dernières Nouvelles du martin-pêcheur, Flammarion ;
  • 2015. Jean-Paul Vespini, Gino le Juste. Bartali, une autre histoire de l'Italie, Le Pas-d'oiseau ;
  • 2016. Jean-Émmanuel Ducoin, Bernard, François, Paul et les autres, éd. Anne Carrière ;
  • 2017. Philippe Lorette, La Saison commençait, Le Pas-d'oiseau.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1970 : L'obstiné
  • 1971 : Le greffier
  • 1973 : Cocteau - Moretti, l'âge du verseau
  • 1973 : Les chats « Il n'y a pas de quoi fouetter un homme »
  • 1974 : L'Ami
  • 1975 : Dora, dans l'enfer du camp de concentration où les savants nazis préparaient la conquête de l'espace
  • 1977 : La Kermesse aux idoles
  • 1979 : Avenue des Diables-Bleus
  • 1980 : Les Roues de la fortune
  • 1981 : Le Chemin de la Lanterne
  • 1983 : Entre chien et chat
  • 1984 : Le kiosque à musique
  • 1987 : Mes rayons de soleil
  • 1989 : La chanson de Maria
  • 1990 : Principauté de Monaco
  • 1991 : Le ruban rouge
  • 1994 : Mes ports d'attache
  • 1997 : Le roi René
  • 1994 : Villages perchés de Provence et de la Riviera
  • 1998 : Ils s'aimaient
  • 1998 : Parc national du Mercantour. Montagnes du soleil, avec Christine Michiels et Bertrand Bodin
  • 2000 : Une Bouffée d'air frais
  • 2000 : Saint-Malo, le rêve breton d'une enfance niçoise
  • 2001 : Les contes du lapin agile
  • 2001 : Brassens, délit d'amitié, présenté et préfacé par Bernard Morlino.
  • 2001 : Les Chats de Paris, avec Joseph Delteil
  • 2001 : Sa majesté le chat
  • 2008 : Le goût de Nice, avec Jacques Barozzi, Louis Aragon, et Max Gallo
  • 2010 : Ils ont éclairé mon chemin, anthologie de critiques littéraires réunies et présentées par Bernard Morlino.

Publications[modifier | modifier le code]

La Mémoire d'un siècle (Conférences), 2006, Éditions Vaillant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Nucéra, Mes Rayons de soleil, Paris, Grasset, , 274 p. p. (ISBN 978-2246-351412)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1999 Nice, de Colette à Louis Nucera, 1999, éditions du collège Fabre, Nice, avec Nicole Vaillant.
  • 2001 Louis Nucéra, achevé d'imprimer. Bernard Morlino, Le Castor Astral.

Liens externes[modifier | modifier le code]