Louis Nicolas Dubois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois.
Louis Nicolas Dubois
PrefetDubois.png
Louis Nicolas Dubois (1758-1847), premier préfet de police (1800 - 1810)
Fonctions
Maire
Vitry-sur-Seine
-
Député
-
Préfet de police de Paris
-
-
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Distinction

Louis Nicolas Pierre Joseph, comte Dubois est un magistrat français, né à Lille le et mort à Paris le . Il fut le premier préfet de police de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Nicolas Dubois fit ses études de droit à Paris et devint avocat au Parlement de Paris, puis procureur au Châtelet en 1783. Après la Révolution française, il fut commissaire du directoire près de la 10e municipalité de la capitale puis nommé juge au Tribunal civil du département de la Seine le 1er frimaire an IV (22 novembre 1795).

Après le 18 brumaire, il entra, grâce à la protection de son ami Réal[1], au Bureau central chargé de la police de Paris puis il fut placé à la tête de la préfecture de police de Paris dont il devint le premier titulaire le 8 mars 1800, juste après sa création par l’arrêté des consuls du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800).

En tant que préfet, il ordonne le déménagement de la morgue, située au grand Châtelet, vers le quai du Marché-Neuf, et modernise celle-ci en l'aménageant de façon à favoriser l'identification des cadavres. En 1804, il prescrit l'organisation officielle des maisons closes[2].

Très ambitieux, il ne tarda pas à entrer en conflit avec son ministre de tutelle, Fouché. Bonaparte, ravi de diviser pour régner, attisa cette rivalité et, pour conforter la position de Dubois, le nomma conseiller d'État, commandeur de la Légion d'honneur et comte de l'Empire. Mais après la disgrâce de Fouché en juin 1810, le maintien de Dubois ne présenta plus aucun intérêt pour Napoléon. L'absence du préfet de police lors de l'incendie de l’ambassade d’Autriche lors de la fête organisée par le prince de Schwarzenberg ambassadeur d'Autriche en France, pour célébrer le mariage entre Napoléon et l'impératrice Marie-Louise, fournit le prétexte de sa disgrâce. Il fut remplacé par Étienne-Denis Pasquier.

Selon ce dernier : « c’était un homme de peu d’esprit, sans méchanceté, mais sans aucun principe arrêté sur quoi que ce fût. Le pouvoir absolu ne pouvait rencontrer un instrument plus docile et plus dévoué. Uniquement occupé du soin de conserver sa place et d’accroître sa fortune, il était peu difficile sur le choix des moyens qui pouvaient lui assurer ce double avantage. Sorti d’une étude de procureur dans laquelle il avait achevé son éducation, ses manières étaient communes pour ne pas dire triviales, et ses liaisons se ressentaient du mauvais goût dont toute sa personne portait l’empreinte. Il avait assez récemment épousé la fille d’une femme de chambre avec laquelle on lui avait connu, pendant de longues années, une intimité fort scandaleuse. Ce mariage avait ajouté à la déconsidération dont il était atteint, et on comprenait difficilement qu’un pareil homme eût trouvé le moyen de conserver aussi longtemps une place de cette importance. » [réf. nécessaire]

Après son renvoi, Dubois réintégra le Conseil d'État et fut chargé, en 1811, d'une enquête sur les prisons, puis d'un rapport sur la disette à la suite duquel il fut appelé au conseil des subsistances.

Il adhéra à la déchéance de Napoléon et se rallia à Louis XVIII sous la Première Restauration. Pendant les Cent-Jours, il fut élu représentant de la Seine à la Chambre des Cent-Jours et proposa, le 24 juin 1815, l’abolition de la confiscation des biens[3]. Il fut maire de Vitry de 1819 à 1821. Il quitta la vie publique sous la Seconde Restauration pour profiter de la belle fortune qu'il avait amassée à l'aide de procédés souvent peu recommandables.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Arvengas, « Le Comte Dubois, premier Préfet de Police (1758-1847) », Revue du Nord, t. 39, no 154,‎ , p. 125-146 (lire en ligne).
  • Alfred Fierro, André Palluel-Guillard, Jean Tulard, Histoire et dictionnaire du Consulat et de l'Empire, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1995 - (ISBN 2-221-05858-5)
  • Jean Tulard, « Louis-Nicolas Dubois, premier préfet de police (1758-1847) », Revue de l'Institut Napoléon, no 58,‎ , p. 9-14.
  • « Louis Nicolas Dubois », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les deux hommes avaient été tous deux procureurs au Châtelet de Paris avant la Révolution.
  2. Violette de Barbès, Cinquante ans de trottoir, Alain Lefeuvre, , p. 18
  3. Il en profita pour adresser de nouvelles louanges à l'Empereur dont il avait voté la déchéance un an auparavant : « Le grand acte de dévouement qui vient d’avoir lieu, dit-il, le sacrifice magnanime fait par l’empereur à la face de l’Europe, est un grand exemple pour vous d’être justes ; vous dire un mot de cette belle page d’histoire de Napoléon, c’est tourner naturellement vos esprits vers le développement d’une conception généreuse, l’abolition de la confiscation des biens. »

Liens externes[modifier | modifier le code]