Louis Nalpas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Nalpas
Nom de naissance Louis Richard Hubert Nalpas
Naissance
Smyrne, Empire ottoman
Nationalité Drapeau : France Française
Décès
Lézinnes (Yonne)
Profession Producteur de cinéma

Louis Richard Hubert Nalpas, né le à Izmir (Turquie), à l'époque Smyrne (Empire ottoman)[1], et mort le à Lézinnes (Yonne)[2], est un producteur de cinéma français.

Il est le frère du producteur Alex Nalpas, le grand-oncle du réalisateur Mario Nalpas et le cousin germain de l'écrivain Antonin Artaud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un commerçant turc[3], Louis Nalpas travaille d'abord pour son père qui l'envoie le représenter dans plusieurs pays du Moyen-Orient et en Europe. En 1909 il arrive ainsi à Paris et va rapidement conclure avec l'Agence Générale Cinématographique Astaix, Kastor et Lallemand un contrat pour exporter des films en Orient, puis il songe rapidement à concevoir lui-même ces films pour répondre plus précisément à la demande[4].

Par son activité il est en relation avec la société de production Le Film d'Art, et Charles Delac lui en confie bientôt le poste de secrétaire général. Lorsque la guerre éclate, Delac est mobilisé et Nalpas est nommé directeur, avec l'ambition de produire lui-même des films[4],[5].

Après la guerre, il s'installe à Nice, dans le quartier résidentiel de Cimiez, et y crée une nouvelle société de production, Les Films Louis Nalpas, avec la villa Liserb transformée en studio de tournage. Plus tard, il crée avec Serge Sandberg un autre studio, le Ciné-Studio, sur le domaine de Studios de la Victorine, composé de plusieurs plateaux de tournage[4],[6],[5].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur au titre du ministère des Affaires étrangères pour service rendus à l'expansion française à l'étranger (décret du ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Anne Marandet-Legoux, « Louis Richard NALPAS », Geneanet (consulté le 6 octobre 2017).
  2. Registre de l'état-civil de Lézinnes année 1948, acte de décès n° 13.
  3. Dictionnaire des adresses de la ville de Smyrne 1894. N. Annuaire des commerçants de Smyrne et de l'Anatolie, 2e année 1894, p. 116, lire en ligne sur Gallica.
  4. a b et c [PDF] R. Predal, « Fondation et activités des Studios de la Victorine jusqu'en 1930 », sur www.departement06.fr (consulté le 11 octobre 2017).
  5. a et b « N », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 33 | 2001, mis en ligne le 26 juin 2006, consulté le 11 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/98 ; DOI : 10.4000/1895.98
  6. Chronique du cinéma, Éditions Chronique, (ISBN 978-2-36602-031-1, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Demerliac, ... Et le cinéma ne voulut pas de Michel Verne, Bulletin de la Société Jules-Verne no 196, , p. 18-65

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]