Louis Merley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Merley
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Louis Merley, né à Outre-Furan le et mort à Paris (8e arrondissement) le , est un médailleur et sculpteur français. Sa production sculpturale est mineure, mais il a beaucoup œuvré en glyptique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Merley naît à Outre-Furan[1] dans une famille d'armuriers et graveurs sur armes. À la suite de son père, Jean-Baptiste Merley, il reçoit un enseignement de son frère Pierre (1804-1837), puis suit les cours de David d'Angers à l'École des beaux-arts de Paris[2]. Il obtient le grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine en 1843 avec Arion sauvé des flots[3].

Il remporte le prix de 10 000 francs pour le concours en vue de l'émission de la nouvelle pièce française de 20 francs-or (louis d'or ou napoléon) émise par la Deuxième République . Cette pièce est frappée en 1849, 1850 et 1851, et un module de 10 francs-or (demi-louis) en 1850 et 1851. Ces pièces, émises à des tirages assez faibles, restent plus rares que les autres louis d'or de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Le dessin reprend l'effigie de la déesse Cérès, couronnée d'épis, proche de celle gravée par Eugène-André Oudiné à la même époque, mais regard dirigé à droite. Ce médailleur ne produira que ce type de monnaie.

Ce dessin de monnaie sera reproduit en module de 5 francs-or en 1878 et 1889 (quelques dizaines de pièces rarissimes) et au module de 10 francs-or en 1878, 1889, 1895, 1896 et 1899. Seules les trois dernières années ont des tirages plus importants mais restent très rares.

Il enseigne à l'École des beaux-arts de Paris et a pour élèves entre autres Alfred Borel (1902-1997) et Hubert Ponscarme (1827-1903). Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur. Une rue de Saint-Étienne porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Médaille[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commune rattachée à Saint-Étienne en 1855.
  2. La gravure sur armes de Saint-Étienne Notice sur le site Beaux-arts.blog.fr.
  3. Il était le seul compétiteur.
  4. Image et description sur le site CNAP.fr].
  5. Différentes œuvres de Merley sur le site Noms.rues.st.etienne.free.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externbes[modifier | modifier le code]