Louis Matout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Matout
Louis Matout.png

Autoportrait dessiné (1882).

Naissance
Décès
(à 76 ans)
Paris 6e arrondissement
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Distinctions

Louis Matout, né à Renwez (Ardennes) le , mort à Paris le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine modeste, c'est grâce à la générosité d'un architecte rencontré sur un des chantiers ou il travaille pendant sa jeunesse que ce dernier l'aide à être admis à l'École des beaux-arts de Paris.

Il commence à exposer ses œuvres au Salon de 1833. En 1852, le ministre des beaux-arts, Achille Fould, lui passe commande d'un tableau sur le sujet d'Ambroise Paré faisant la ligature pour remplacer la fresque centrale alors délabrée peinte par Esprit Antoine Gibelin en 1778, ainsi que les deux fresques qui la cantonnaient, pour la décoration du grand amphithéâtre de l'école de Médecine. Pour recouvrir ces trois fresques il commande également deux autres tableaux : l'un représentant Lanfranc et l'autre représentant Desault. Ces trois tableaux disparurent, ainsi que le reste des fresques de Gibelin, dans un incendie le 8 octobre 1889. Sa notoriété lui vient d'ailleurs à l'époque de ses travaux de décoration de différents munuments publics tels que les églises Saint-Gervais, Saint Merri et Saint Sulpice, ou encore les cathédrales d’Alger, de La Rochelle et d’Angoulême[1],[2].

Le général Antoine Alfred Eugène Chanzy, député des Ardennes et ambassadeur de France en Russie, recommanda Louis Matout à Edmond Turquet, sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique et aux Beaux-arts, dans une lettre du 24 juin 1879 pour qu'on lui passe des commandes[1].

Il reçoit la décoration de chevalier de la Légion d'honneur en 1857.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
En Agérie

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1849 : Le Goût
  • 1875 : Danse Antique
  • 1879 : Jésus chez Simon le pharisien, hors-concours, achat de l'État pour la cathédrale de La Rochelle

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  • Catalogue interministériel des Dépôts d'Œuvres d'Art de l'État