Louis Mandin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Mandin, né le à Paris et mort le au bagne de Sonnenburg, est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mandin grandit dans la Creuse, à Bussière-Dunoise où il est clerc de notaire pendant six ans. Il devient ensuite attaché parlementaire du député creusois Alphonse Defumade (1844-1923), qui le fait monter à Paris où il publie ses premiers poèmes.

Il est publié par la revue Pan (no 2, 1909) et Paul Léautaud le retient pour son anthologie Poètes d'Aujourd'hui (3e éd., 1929). Il publie avec son ami Paul Fort, une Histoire de la poésie depuis 1850 (1926). Il produit quelques écrits dont le roman Le Lion et son Jean-Fille (1932). Louis Mandin était également secrétaire de rédaction au Mercure de France. Il publia également en 1927 L'aurore du soir, la caresse de jouvence préfacé par son beau frère le poète essayiste Francisco Contreras Valenzuela. Louis Mandin a théorisé le vers de 14 syllabes, d'une césure de 6/8, qui sera dénommé vers "mandinien". N’acceptant pas la défaite de 1940, le poète a fondé un des tout premiers réseaux de résistance, La Vérité française; parmi ses compagnons, un autre creusois, le docteur Julien Lafaye, originaire de Saint-Étienne-de-Fursac. Ils auront le temps de faire paraître 32 numéros de leur journal clandestin, avant d’être dénoncés et arrêtés. Louis Mandin, arrêté le 25 novembre 1941, déporté en septembre 1942, sera battu à mort par un détenu polonais au service des nazis, le 28 juin 1943.

Son épouse, la ribéracoise Marie Louise Alphonse, arrêtée le 25 novembre 1941, incarcérée à Fresnes, déportée le 17 septembre 1942 à la prison de Karlsruhe puis aux bagnes d'Anrath, Lübeck-Lauerhof, Cottbus et aux camps de Ravensbrück et de Mauthausen, mourra au camp de Bergen-Belsen en avril 1945.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • 1905, Les Sommeils, La Plume, Paris.
  • 1907, Ombres voluptueuses, Sansot, Paris.
  • 1912, Ariel esclave, Société du Mercure de France, Paris.
  • 1914, Les Saisons ferventes, Société du Mercure de France, Paris.
  • 1920, Notre passion, Renaissance du Livre, Paris.
  • 1927, La Caresse de jouvence, éditions de La Phalange, Paris.
  • 1927, Histoire de la Poésie française depuis 1850, en collaboration avec Paul Fort, Flammarion, Paris.
  • 1938, L'Aurore du soir, florilège personnel de ses œuvres.

Sources[modifier | modifier le code]

  • La résistance et ses poètes (France 1940-1945), Seghers, 1974
  • Ad. Van Bever & Paul Léautaud, Poètes d'aujourd'hui, tome 2, Mercure de France, 1929 (pages 230 à242).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :