Louis Méjan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis Méjean)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méjan.
Louis Méjan
Fonction
Sénateur de la Troisième République (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
LézanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfants
François Méjan (d)
Lucie-Violette Méjan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis Gédéon Méjan, né le à Codognan et mort le à Lézan, est un haut fonctionnaire et un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Méjan est issu d'une famille protestante, il est frère de pasteurs. Il réalise une thèse de droit à l'université de Paris, en 1900, consacrée à « L’émiettement du sol dans la petite propriété rurale en France »[1]. Il entre dans la haute fonction publique et participe à des cabinets ministériels, d'abord avec Ernest Monis, garde des sceaux du gouvernement Waldeck Rousseau, puis auprès d'Aristide Briand, lorsque celui-ci est rapporteur de la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905. Louis Méjean joue un rôle important pour la rédaction du rapport et des textes d'application de cette loi[2] ; selon Nicolas Roussellier, il s'attache à « conforter les principes libéraux de la loi »[3]. Il a ensuite à appliquer la loi comme directeur des Cultes[3].

Le , il est nommé préfet du Tarn, puis en septembre de la même année, devient directeur de l'imprimerie nationale.

Conseiller général du Gard, il est élu sénateur du Gard en 1924, inscrit au groupe de la Gauche radicale. Réélu en janvier 1930, il démissionne, en juin 1930, de son siège de sénateur et du conseil général du Gard.

Il se marie avec Lucie Jauréguiberry. Leur fils, François Méjan, est conseiller d'État (1960-1978), conseiller juridique de l'Église réformée de France, et président de la Société de l'histoire du protestantisme français (1978-1982)[4]. Leur fille, Lucie-Violette Méjan, est auteure d'une thèse sur la séparation des Églises et de l'État dans laquelle elle étudie le rôle de Louis Méjan[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de doctorat de droit, Université de Paris, éd. A. Chevalier-Marescq, 1900, 342 p. [lire en ligne]
  2. a et b [compte rendu] René Metz, « L. V. Méjan, La Séparation des Églises et de l’État. L'œuvre de Louis Méjan, dernier directeur de l'administration autonome des cultes. Préface de Gabriel Le Bras, 1959 », Revue des sciences religieuses, 1963, vol.37, n°1 p. 101-103 [lire en ligne].
  3. a et b Nicolas Roussellier, La Force de gouverner : le pouvoir exécutif en France (XIXe-XXe siècles, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2015, p. 138, n. 55.
  4. Pierre Bolle, « François Méjan », dans André Encrevé (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 5 Les Protestants, Paris, Beauchesne, (ISBN 2701012619), p. 330-331.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]