Louis Liger-Belair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis Liger-Belair
Louis Liger-Belair
Portrait en pied du général baron Louis Liger-Belair.

Naissance
Vendeuvre-sur-Barse, Aube
Décès (à 63 ans)
Vosne-Romanée, Côte-d'Or
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1792-1832
Distinctions Comte
Baron de l'Empire 1809
Grand officier de la Légion d'honneur 1820
Grand-croix de Saint-Louis 1826
Hommages Nom gravés en 1836 sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 37e colonne

Louis Liger-Belair, né le à Vendeuvre-sur-Barse dans l'Aube et mort le à Vosne-Romanée, en Côte-d'Or, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sous la Révolution et le Consulat[modifier | modifier le code]

Il entre en service le 12 janvier 1792, comme sous-lieutenant au 29e régiment d’infanterie de ligne. Le 27 août 1793 il passe capitaine adjudant-major à l’armée du Nord et participe à la guerre de Vendée. Avec la colonne infernale n°9 du général Cordellier et du général Crouzat, il participe au massacre des Lucs-sur-Boulogne le 28 février 1794. Le 16 août 1797 il prend les fonctions d’aide de camp du général Beurnonville, et il sert de 1797 à 1800 à l’armée du Nord et à l’armée d’Angleterre. Le 5 février 1799 il est nommé chef d’escadron à la suite au 3e régiment de hussards, et il est devient chef de brigade le 8 décembre 1799. Le 3 octobre 1803 il est affecté comme chef d’état-major de la division de cavalerie du général Tilly, et il rejoint le camp de Montreuil le 13 décembre 1803. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 5 février 1804, et officier de l’ordre le 14 juin 1804.

Général de l'Empire[modifier | modifier le code]

Il participe à la campagne d’Autriche en 1805, et à celle de Prusse et de Pologne en 1806 et 1807. Le 8 novembre 1806 il signe pour la France la capitulation de Magdebourg, et il est promu général de brigade le 15 novembre 1806. Le 31 décembre suivant il prend le commandement de la 1re brigade de la 2e division du 6e corps de la Grande Armée, et le 28 mars 1807 il commande la ville de Malbork.

De 1808 à 1811 : le 18 mai 1808, il est affecté à la 2e division d’infanterie du général Vedel au 2e corps d’observation de la Gironde. Il participe à la campagne d’Espagne ou Guerre d’indépendance espagnole pour les Espagnols. Le 5 juin 1808 les habitants de Santa Cruz de Mudela prennent les armes et attaquent le contingent français qui vit dans le village, tuant de nombreux soldats ; les survivants s'enfuirent vers le nord en direction de Valdepeñas pour rejoindre les troupes du général Roize, commandant le 2e corps d'observation de la Gironde sous le commandement en chef du général Dupont de l'Étang. Le général Roize demande le renfort des troupes du général Liger-Belair qui se rendait en Andalousie. Le 6 juin 1808 avec 500 cuirassiers, 300 soldats, 250 dragons et 60 fantassins, il refusa de contourner la ville de Valdepeñas et voulu la traverser par sa rue principale. La population entière composée de paysans et de femmes se souleva et prit les armes avec tout ce qui lui tombait sous la main pour empêcher son passage. Le général Liger-Belair fit intervenir la cavalerie et les fantassins pour faire refluer les habitants dans leurs maisons auxquelles il ordonna de mettre le feu. L'incendie qui dura trois jours, détruisit 500 maisons et presque la totalité de la ville. Ne pouvant plus la traverser, il envoya un émissaire, le lieutenant Maurice de Tascher, pour rencontrer le maire et trouver un accord pour arrêter les combats. En échange, les Français sans leurs armes pouvaient récupérer leurs morts et la ville pouvait être ravitaillée durant une journée. La bataille de Valdepeñas avec le soulèvement de ses habitants donna l'exemple à la ville voisine de Manzanares qui le même jour attaqua l'hôpital français installé dans le village, ce qui obligea les troupes françaises à quitter la province en attendant des renforts pour traverser l'Andalousie. La guérilla s'intensifia dans La Mancha. Valdepeñas fut considéré comme l'acte le plus héroïque en l'honneur de l'indépendance de la nation espagnole face à l'envahisseur français et au roi Joseph-Napoléon Ier, frère aîné de Napoléon Bonaparte, qui leur était imposé et qui sera chassé en 1813. Le 7 juin 1808 les Français prennent Cordoue et la mettent à sac pendant quatre jours, suscitant après Valdepeñas dans toute l'Andalousie une soif de vengeance. Ces événements conduisirent à la première défaite des armées napoléoniennes face aux troupes espagnoles à Bailén les 19 au 22 juillet 1808. Le général de brigade Louis Liger-Belair est fait prisonnier le 21 juillet 1808, après la capitulation du général Dupont à Bailén. De retour en France le 12 novembre suivant, il retourne en Espagne le 18 décembre pour prendre le commandement de la province de Vitoria. Il est créé baron de l'Empire le 10 février 1809, puis commande la brigade d’infanterie de la 1re division du 4e corps d’armée au mois d'avril. Il est nommé général de division le 31 juillet 1811 et prend la tête de la 2e division d’infanterie du 4e corps d’armée à partir du 1er septembre jusqu'au 1er octobre suivant.

En décembre 1811 il est de retour en France. Le 24 mars 1813 il est nommé commandant de la 3e division militaire, puis le 16 septembre suivant de la 18e division militaire. Il est ensuite relevé de son commandement, remplacé par le général Allix, et rappelé à Paris pour s’expliquer sur l’évacuation sans combat de Dijon le 19 janvier 1814 face aux troupes prussiennes lors de la Campagne de France.

Au service de la Restauration[modifier | modifier le code]

Lors de la Première Restauration sous Louis XVIII, il est fait chevalier de Saint-Louis le 27 juin 1814 et commandeur de la Légion d’honneur le 23 août suivant. Au mois d’octobre, il obtient le commandement de la 4e division militaire à Nancy. Il ne prend aucun commandement pendant les Cent-Jours. Il est créé vicomte le 29 juillet 1819 et commandant de la 2e division militaire à Châlon-sur-Marne. Élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur le 24 août 1820, il est nommé comte par ordonnance royale du 1er avril 1823, lettres patentes du 12 avril 1823. Sous Charles X, il est fait grand-croix de Saint-Louis le 29 octobre 1826, puis devient gouverneur de la 13e division militaire en 1827. Admis à la retraite le 13 août 1832, il meurt le 4 décembre 1835 à Vosne-Romanée.

Dotation[modifier | modifier le code]

  • Le 17 mars 1808, donataire d’une rente de 4 000 francs sur les biens réservés en Westphalie.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason LIGER-BELAIR.jpg
Armes du baron de l'Empire Louis Liger-Belair
" Dazur à une face d'or accompagné de six étoiles d'argent, trois en chef et trois en pointe "

Armoiries attribuées par Lettres patentes du 24 juin 1819 d'après celles octroyées en 1750 à Louis-Nicolas Liger-Belair (°1687 †1752), premier médecin à la cour de Wurttemberg et grand-oncle de Louis Liger-Belair.

Sources[modifier | modifier le code]