Louis Lewandowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Lewandowski
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Académie prussienne des Arts (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Genre artistique

Louis Lewandowski ( - ), né à Września, District de Posen, Royaume de Prusse, est un compositeur prussien, également directeur musical et chef de chœur de la Nouvelle synagogue de Berlin.

Il a grandement contribué à la liturgie du service des synagogues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant, avec ses frères, il accompagne son père quand celui-ci dirige les services à Wreschen, dans le grand-duché de Posen. Après la mort de sa mère, à l'âge de douze ans, Il quitte sa Pologne natale pour étudier le piano et le chant à Berlin . Il chante d'abord dans le chœur du Cantor Ascher Lion[1],[2].

Il étudie pendant trois ans avec Adolf Bernhard Marx et assiste aux cours de composition de l'Académie des arts de Berlin, où ses professeurs sont Carl Friedrich Rungenhagen et Eduard Grell.

C'est grâce à l'appui d'Alexandre Mendelssohn, un cousin de Felix Mendelssohn, qu'il eut la chance d'être le premier étudiant juif à entrer à l'Académie des Arts de Berlin[3].

Il commence à composer, mais frappé par une maladie nerveuse, il doit cesser de travailler pendant quatre ans.

Au cours de sa maladie, il entend chanter le Hazzan Hirsch Weintraub, et impressionné par son interprétation , il décide de se consacrer à la musique rituelle de synagogue.

Avec les encouragements de Cantor Lichtenstein, Lewandowski commence à composer des prières avec harmonie à quatre voix. Il écrit également des récitatifs simples, afin que tous puissent les chanter. En 1864, il est invité à devenir le chef de chœur de la nouvelle synagogue de Berlin, pour laquelle il composera l'ensemble du service musical. Ses arrangements d'anciennes mélodies hébraïques pour chœur, cantor, et orgue sont considérés comme des œuvres magistrales, et se caractérisent par une grande simplicité et un profond sentiment religieux. C'est à cette époque qu'il a publié des compositions comme, Kol rinah pour solo et deux voix et Todah Vezimrah pour plein-chœur et Cantor. Ces derniers font partie du répertoire professionnel et sont encore régulièrement en usage .

Lewadowski a également composé des psaumes, des symphonies, des cantates, et des chants.

Il a enseigné à l'École libre juive, au séminaire juif; de nombreux élèves de Lewandowski sont devenus des chantres de premier plan .

Il a fondé l'Institut des musiciens âgés et indigents [4].

En 1866, le gouvernement allemand lui donne le titre de Directeur Musical Royal .

Lewandowski est mort à Berlin en 1894. Il est enterré avec sa femme Hélène dans le cimetière de Weißensee. Sur la pierre tombale on peut lire l'inscription: das Liebe macht Lied unsterblich! (L'amour rend la mélodie immortelle!)[5].

Parmi ses compositions pour la synagogue, qui sont encore largement chantées aujourd'hui , figurent , Uvenucho Yomaret Zacharti Lach pour Rosh Hashana, ainsi que Ve'al Chata'im pour Yom Kippour[6],[7].

Stamps of Germany (DDR) 1990, MiNr 3358

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1990 , la poste allemande crée un timbre à son effigie.

Aujourd'hui, la musique de Lewandowski forme une partie centrale du service des synagogues dans les communautés de réforme, libérales, conservatrices et orthodoxes. Il est chanté à travers le monde; de l'Europe à l'Australie et de l'Amérique à l'Afrique du Sud. La plupart des synagogues orthodoxes à travers le monde ne permettent plus les chœurs mixtes et orgue, si bien que cette musique a été arrangée pour chœur a capella masculin. Même dans les communautés sans chœur, on peut entendre les mélodies de Lewandowski soit scandées par le chantre ou à l'unisson communal.

En 2011, le festival annuel de musique d'orgue Louis Lewandowski Festival est créé et nommé en son honneur[8].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]