Louis Leubas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Leubas
Description de cette image, également commentée ci-après
Louis Leubas dans Judex (1916)
Naissance
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès
Aiguines (Var)
France
Profession Acteur
Films notables Les Vampires
Judex

Louis Leubas est un acteur français de cinéma muet né en 1870[1] et mort le à Aiguines (Var)[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Comédien de théâtre, il a joué à Paris à l'Athénée, avec Jules Berry, Marcel Lévesque et Georges Tréville, puis au Vaudeville dont il fera partie de la troupe jusqu'en 1913. C'est là que Léonce Perret le remarque et le fait débuter au cinéma dans Main de fer contre la bande aux gants blancs, où il incarnait déjà un banquier qui préfigure son rôle le plus célèbre, celui du banquier corrompu Favraux dans Judex.

Leubas se partagera ensuite entre Feuillade et Perret. Il avait une « gueule » et se spécialisait dans les compositions dramatiques, comme l'abominable Edmond Le Bachelier dans L'Enfant de Paris, auquel il conféra une noirceur spectaculaire. Ce fut son rôle le plus spectaculaire sous la direction de Perret.

Louis Feuillade lui réserva ensuite bien des personnages, et notamment deux différents dans Les Vampires : le père Silence, qui apparaît uniquement dans le 3e épisode, et le terrible Satanas qui prend la direction des Vampires dans les derniers épisodes.

Il joua également avec d'autres réalisateurs tels que Jean Durand et Charles Burguet mais son activité professionnelle prend fin en 1922, année où il se retire près de Toulon. Atteint d'un cancer, il met fin à ses jours ne pouvant plus supporter les souffrances de sa maladie[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. d'après l'âge (62 ans) qui lui est donné à l'annonce de son décès. Les date et lieu précis de sa naissance demeurent inconnus.
  2. Un artiste de cinéma, M. Louis Leuba, se suicide près de Toulon. Le Petit Journal, 20 août 1932, p. 4, disponible sur Gallica.
  3. Mort ou vivant ? Comoedia.
  4. Mort de Louis Leubas. Comoedia, 1er septembre 1932, p. 2, disponible sur Gallica.

Lien externe[modifier | modifier le code]