Louis Lacour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacour.
Louis Lacour
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Louis Lacour de La PijardièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Louis Lacour, né à Nantes le et mort à Montpellier le , est un bibliothécaire et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré à l'École des chartes, Louis Lacour de La Pijardière obtient son diplôme d'archiviste paléographe en 1854[1]. Il est pendant douze ans bibliothécaire à Sainte-Geneviève, puis il est nommé archiviste de l'Hérault en 1872. Sa passion pour les autographes de Molière et son suicide en 1891 lui ont valu d'inspirer le personnage principal d'un roman policier écrit par Jeanne Galzy en 1956 : Le parfum de l'œillet[2]

Il a notamment publié et annoté des textes de Bonaventure Des Périers, Brantôme (en collaboration avec Prosper Mérimée), Jean de La Bruyère, François de La Rochefoucauld, Armand de Gontaut, duc de Lauzun, Marguerite de Valois, Louis-Sébastien Mercier, Molière, Montesquieu, Jean Passerat, François Rabelais, Jean-François Regnard, Mathurin Régnier, parmi lesquels beaucoup d'inédits.

On lui doit par ailleurs des mémoires sur les Garçons de café de Paris, sur le Parc-aux-cerfs du roi Louis XV, sur la Question des femmes à l'Académie, sur la Découverte d'un autographe de Molière dans les archives de l'Hérault et sur beaucoup d'autres sujets. Il a créé également une revue historique mensuelle, Les Chroniques du Languedoc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherche nominale sur theses.enc.sorbonne.fr.
  2. Michèle Verdelhan-Bourgade, « Jeanne Galzy, témoin de Montpellier », Bulletin historique de la ville de Montpellier,‎ , p98-107 (ISSN 0758-332X)

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Jules Lermina, Dictionnaire universel illustré, biographique et bibliographique, de la France contemporaine, 1885, p. 868 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]