Louis Léopold Chambard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Léopold Chambard
Naissance
Décès
Nom de naissance
Louis Léopold Chambard
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions
Œuvres principales
Marius sur les ruines de Carthage
Modestie, 1861, par Louis-Léopold Chambard. Façade est de la Cour Carrée au Louvre, Paris.

Louis Léopold Chambard, né le à Saint-Amour et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Claude Louis Joseph Marie Chambard, marchand, Chambard est né à Saint-Amour dans le Jura le . Après des cours à l'école municipale de dessin de Lyon[1], il entre à l'Ecole nationale des Beaux-arts de Paris dans le cours de Pierre-Jean David d'Angers[2] et d'Ingres[3] et obtient le Premier prix de Rome de sculpture avec Marius sur les ruines de Carthage en 1837. Son succès le fait admettre à la Villa Médicis de 1838 à 1842. Chambard expose ses premières sculptures au Salon de Paris en 1841. De retour d'Italie, il obtient plusieurs commandes officielles, notamment pour le Louvre. Il meurt à Neuilly-sur-Seine en 1895.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Marius sur les ruines de Carthage,1837
  • Apollon et Coronis, 1842
  • La Parure, 1850
  • Fronton de l'entrée principale de l'École des Mines de Paris (à partir d'un modèle de son maître Jean-François Legendre-Héral) et d'une tête formant la clef de l'archivolte[4] détruits par les travaux de percement du boulevard Saint-Michel et remplacés par des sculptures de Louis-Valentin Élias Robert[5],1851-1854
  • Une suppliante, 1852
  • L'Abondance, 1857
  • L'Inspiration, 1859
  • La Modestie, 1861
  • Enfant portant une coquille, 1863
  • Mercure, 1866
  • La Vengeance, 1868
  • Jean-Jacques Cambacérès, 1876-1877
  • Rouget de l'Isle, 1880
  • Folette, 1882
  • Pompier qui sauve deux enfants d'un incendie, 1885
  • Androclès et le lion reconnaissant, 1888

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Dantès, La Franche-Comté littéraire, scientifique, artistique: Recueil de notices sur les hommes les plus remarquables du Jura, du Doubs et de la Haute-Saône, Genève, 1971, p.27.
  2. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants exposés au Grand palais des Champs-Élysées, 1861, Paris, p.LXVII.
  3. Georges Vigne, Les élèves d'Ingres, Musée Ingres, 1999, p.70.
  4. Archives Nationales, dossiers F21/69 et 93.
  5. « Ecole des Mines », Paris nouveau illustré. Journal périodique publié par l'Illustration,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :