Louis Julius Gallois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gallois (homonymie).
Louis Julius Gallois
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Distinction

Louis Julius Gallois (° ~ 1775 - † 1849), célèbre négociant en vin[n 1] au début du XIXe siècle[1], a été maire de Bercy (Seine).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le département de la Seine et ses communes avant la réorganisation administrative de 1860.
Le département de la Seine et ses communes avant la réorganisation administrative de 1860.

Fort de l’appui de son ami Élie Decazes, alors ministre de la Police[2], Louis Gallois est nommé maire de la commune de Bercy (département de la Seine) le 20 décembre 1815[3]. Il exerce cette charge jusqu’en 1821[4],[n 2] avant d’accepter celle de juge au tribunal de commerce de la Seine[3]. Julius Gallois acquît le Petit-Château de Bercy (appelé plus communément au XVIIIe siècle le Pâté-Pâris pour son architecture très originale et en référence aux frères Pâris qui en furent les maîtres d'ouvrage) et qui appartenait à Monsieur de Chabons maire de Bercy jusqu'en 1815 [5]. Il y créa la halle aux vins, tradition qui perdura jusqu’au XXe siècle et il créa le lotissement avec artères et bâtiments. Propriétaire du sol, il donna à ces artères des appellations à sa gloire : la « rue Gallois » (son nom de famille), la « rue Louis » (son prénom), la « rue Laroche » (le nom de son pays natal), la « rue Sainte-Anne » (sa femme se prénommant Anne) et la « rue Léopold » (prénom de son fils)[6]. Le Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet (1886-1984) mentionne encore la rue Gallois, la rue Laroche et la rue Léopold, toutes trois situées dans les entrepôts de Bercy.

C’est sous son mandat de maire que survint le 31 juillet 1820 un terrible incendie qui ravagea une grande partie des magasins de vins de Bercy, portant atteinte au commerce des liquides[7]. Le maire fit le récit de ce sinistre sous forme d’une lettre publiée au Moniteur universel[8]. Un décret du 11 janvier 1808 interdisait toute construction à moins de 50 toises du mur des Fermiers généraux, mais le roi Louis XVIII, sollicité d’accompagner le mouvement de charité envers les victimes, accorda une exception par son ordonnance du 8 août 1820 et l’on put reconstruire les précieux magasins de vins[9].

Son fils, Louis Gallois de Naives (1800-1867), fait comte de Naives par Napoléon III, époux en 1813 de Sophie Malwine Joséphine Mortier (fille du duc de Trévise), père de Louis Félix Gallois et beau-père de Nathalie Rose Joachime Bochet (fille d'Edme Bochet et portraiturée par Jean-Auguste-Dominique Ingres), fut contraint de détruire le château lors de la construction des voies de chemins de fer Paris-Lyon. En 1835, il s'était associé à un certain Emmanuel Courvoisier pour fonder la maison de cognac du même nom. Louis Gallois, comte de Naives décède en 1867.

Louis Julius Gallois est mort âgé de 74 ans, en l’an 1849[1]. Il repose au cimetière de Bercy. Il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur avant de se retirer en Seine-et-Oise[3].

Pour Lucien Lambeau sa sépulture a une « allure quelque peu prétentieuse » et « affecte le style de la [R]enaissance[10] ». Cette sépulture a été restaurée par Armando Faria Ribeiro[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Distillerie d’eau-de-vie de cognac Courvoisier, actuellement Courvoisier (S.A.) Jarnac (Charente), 24 rue du Docteur Roux » : « Maire de Bercy, il créa dans ce quartier de Paris les plus grands entrepôts français de vins et spiritueux. Napoléon 1er lui-même visita ces
    entrepôts le 10 février 1811. »
  2. La commune de Bercy disparaîtra en 1860 : son territoire est alors annexé par la 12e arrondissement de Paris (l’ancienne commune a donné son nom au 47e quartier de Paris dit de Bercy) et Charenton-le-Pont (où se trouve le centre commercial « Bercy 2 »).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Silvia Marzagalli et Hubert Bonin, Négoces, ports et océans : XVIe – XXe siècles, Presses Univ de Bordeaux, (ISBN 9782867812477, présentation en ligne), p. 115-116.
  2. M. Froment, La police dévoilée depuis la Restauration sous Messieurs Franchet et Delavau, et sous Vidocq…, t. 1er, Paris, chez les marchands de nouveautés, , 2d éd. (lire en ligne), p. 287.
  3. a b et c Alfred Sabatier (de Bercy), Bercy, son histoire, son commerce, Paris, chez Gayet, (lire en ligne), p. 55.
  4. Chapelle Julius Gallois
  5. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jds_0021-8103_1916_num_14_4_4542 p. 150
  6. Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, 25 cm, pages 98-99.
  7. Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, 25 cm, pages 335 et suivantes.
  8. Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, 25 cm, pages 443-445 : Pièce justificative no 26 : Lettre de M. Gallois, Maire de Bercy, relatant l’incendie des magasins de vins, arrivé le 31 juillet 1820, lettre du 4 août 1820 publiée dans le numéro du lundi 7 août 1820 du Moniteur universel.
  9. Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, 25 cm, pages 338-339.
  10. Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, 25 cm, page 203.
  11. http://www.armando-faria-ribeiro.fr/AFR/Tombeau.html. Consulté le 8 juillet 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  • Metropolitan Museum of New-York : « Portraits by Ingres - Image of an epoch »
  • Société de l'Histoire de l'Art Français : « Lettres d'Ingres à Marcotte d'Argenteuil » par Daniel Ternois, 2001
  • Archives Famille Panckoucke et Marcotte de Quivières
  • Lucien Lambeau, Bercy : histoire des communes annexées à Paris en 1859, édité par Ernest Leroux à Paris sous les auspices de la préfecture de la Seine, direction des affaires départementales, 1910, 506 pages, 25 cm.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]