Louis Hippolyte Joseph de Maurès de Malartic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malartic.
Louis Hippolyte Joseph de Maurès de Malartic
Le château et le parc de Montricoux.jpg

Le château de Montricoux, propriété de la famille de Maurès de Malartic en 1730

Fonctions
Chef militaire Chouan
Titres de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Sauvage
Activité
Famille
de Malartic
Fratrie
Autres informations
Grade militaire
Conflit

Louis Hippolyte Joseph de Maurès de Malartic, né à Montauban le 1er mars 1769, mort à Paris le 30 juillet 1832, est un officier français, émigré et chef chouan dit Sauvage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Amable-Gabriel-Louis-Francois de Malartic (1765-1828), chevalier, comte de Montricoux[1], vicomte de Saint-Antonin, seigneur de Saint-Geniès, et de dame Elisabeth de Favantines[2].

Il est le neveu et filleul du comte de Malartic, lieutenant général et gouverneur de l'Ile de France en 1792, dont il fut aussi l'aide de camp[3].

Il est le frère cadet de Amable-Pierre-Hippolyte-Joseph de Maurès de Malartic, député de Seine-Inférieure de 1824 à 1828[4].

Il épouse Perrine-Pauline de Fontenu.

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Cadet gentilhomme en 1783 à l'école royale militaire, puis enseigne aux Gardes-française en 1785 et sous-lieutenant en 1789[5].

Régiment des Gardes-françaises (1691-1789)

Émigration[modifier | modifier le code]

À la suite de la Révolution, il émigre[6] et passe en Amérique, ou il fera deux campagnes au Canada contre les indiens en 1790 et 1791 dans les troupes étrangères de l'armée américaine[7].

Aide de camp du général Saint-Clair, il fut blessé plusieurs fois et pour sa brillante conduite fut admis dans la société des Cincinnati créé par Washington[5]'[8].

De retour en Europe, de 1793 à 1795 il est à l'armée de Condé au corps des hussards de Salm-Kirburg en Hollande et Allemagne[3], puis il est incorporé avec son régiment dans les hussards de Homspech[5] au service de l'Angleterre.

Chouannerie[modifier | modifier le code]

En 1799, il est major-général de l'armée royale du Maine lors de la troisième guerre de Vendée (1799-1800).

Chef d'état-major du comte de Bourmont[9]'[10], il signe la paix conclue avec le gouvernement du Consulat le 4 février 1800 à Angers[11]'[12].

Restauration[modifier | modifier le code]

Nommé maréchal de camp le 30 décembre 1814, il commande les départements de la Drôme et de la Vienne

En 1815 lors de la petite chouannerie, Joseph Fouché le charge d'une mission de pacification en Vendée[13]'[10]'[14].

En 1830[5], sous Louis-Philippe, il refuse le serment à la Monarchie de Juillet et démissionne de ses fonctions[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de l'Académie impériale des sciences, Volume Tome 2; Série 6, Ch. Douladoure, (lire en ligne), p. 160
  2. a et b « Base Léonore - Notice LH/1702/45 - Malartic Louis Hippolyte Joseph. », sur culture.gouv.fr
  3. a, b et c Malartic, Anne-Joseph-Hippolyte de Maurès (1730-1800 ; comte de), Journal des campagnes au Canada de 1755 à 1760 / par le comte de Maurès de Malartic,... ; publ. par son arrière petit-neveu le comte Gabriel de Maurès de Malartic et par Paul Gaffarel (lire en ligne)
  4. « Amable, Pierre, Hippolyte, Joseph de Maurès de Malartic », sur assemblee-nationale.fr
  5. a, b, c et d Claude Augustin de Tercier, Mémoires politiques et militaires du général Tercier (1770-1816): Campagnes d'Amérique, guerres ..., E. Plon, Nourrit et cie, (lire en ligne), p. 321, 322
  6. A. Leipzig, Biographie moderne, ou Dictionnaire biographique, Volume 3, Malartic., Besson, libraire, (lire en ligne), p. 250
  7. T. Lamathière, Panthéon de la Légion d'honneur. 19, E. Dentu (Paris), 1875-1911 (lire en ligne), p. 45, 46
  8. Société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers, Bulletin de la Société archéologique, historique littéraire & scientifique du Gers, Impr. F. Cocharaux (Auch), (lire en ligne), p. 253
  9. Commission historique et archéologique de la Mayenne, Bulletin de la commission historique et archéologique de la Mayenne, Laval; Laval Procès-verbaux et documents, Laval, A. Goupil, (lire en ligne), p. 166
  10. a et b Ambrugeac, Louis Alexandre Marie (1771-1844 ; comte d'), Mémoire relatif à l'armée royale du Maine ou de la Sarthe et pays adjacents, en 1815 ; avec des observations générales sur les négociations qui furent entamées par le gouvernement de Bonaparte sur les deux rives de la Loire, aussitôt que l'appel aux armes y fut fait au nom du roi, impr. de Le Normant (Paris), (lire en ligne), p. 18
  11. Société historique et archéologique du Maine, Revue historique et archéologique du Maine, (lire en ligne), p. 30
  12. Bernard de La Frégeolière, Henry René (1759-1835), Émigration et chouannerie, mémoires du général Bernard de La Frégeolière - Reynold de Bernard de La Frégeolière, Librairie des bibliophiles (Paris), (lire en ligne), p. 157
  13. Foulaines, François-Nicolas Dufriche de (1767-18..), Campagnes des armées de Condé et de Bourbon , suivies de celles de 1814 et 1815,... par le chevalier F.-N. de Foulaines, impr. de Goetschy (Paris), (lire en ligne), p. XX
  14. Duchaffault, Gabriel (Gal Cte), Relation des événements qui ont eu lieu dans la Vendée depuis le 27 mai jusqu'au 10 juin 1815, par M. le Gal Cte Gabriel Duchaffault, Dentu (Paris), (lire en ligne), p. 5

Articles connexes[modifier | modifier le code]