Louis Hesselin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Nanteuil, Louis Hesselin, Conseiller d'État, Maitre de la Chambre aux Deniers (1658), burin.
Armoiries portées par Louis Hesselin (notamment utilisées sur certains livres de sa bibliothèque)

Louis Treslon-Cauchon, dit Louis Hesselin (1602-1662)[1], est un aristocrate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre Cauchon (mort avant 1614), auditeur à la Chambre des comptes, seigneur de Condé-sur-Suippe, et d'Élisabeth Morin, il est dit Hesselin du nom de sa grand-mère paternelle.

Seigneur de Condé, maître d'hôtel du Roi et de sa Chambre aux deniers, souvent considéré comme le surintendant des plaisirs du roi, chorégraphe de nombreux ballets où il fit danser le jeune Louis XIV, il fut l'organisateur de brillantes réceptions, tant dans l'hôtel qu'il fit construire par Louis Le Vau, sur l'emplacement de l'actuel no 24 du quai de Béthune à Paris, entre 1640 et 1644, que dans sa campagne de Chantemesle près Corbeil, où il fit embellir le château de Chantemerle et où il reçut notamment Christine de Suède qui put en admirer les jardins et les jeux d'eau.

Hesselin est aussi connu pour sa curiosité, son goût des arts, illustré par l'aménagement de ses demeures, par ses collections et ses relations avec de nombreux artistes. Il fut particulièrement proche du Premier peintre du Roi, Simon Vouet (1590-1649) et de son gendre Michel Dorigny (1616-1665) qui travaillèrent à la décoration de ses résidences.

Il meurt en 1662 à son hôtel parisien où il demeurait seul.

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • « De gueules à un griffon d'or, ailé d'argent »

Il accola à ses armoiries celles des Cauchon :

  • « D'or à deux fasces d'azur et quatorze croix fleuronnées de l'un en l'autre »

Gilles Guérin avait sculpté l'écusson ornant la façade de son hôtel parisien, ceci de façon non conforme à l'héraldique puisque posées comme mari et femme[2]. Dans son portrait gravé par Nanteuil, cette faute d'héraldique n'est pas reproduite : on y retrouve les mêmes armoiries, mais écartelées.

Hommages[modifier | modifier le code]

La municipalité de Corbeil-Essonnes a donné son nom à une voie de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de Moana Weil-Curiel sur mweilcuriel.blogspot.com.
  2. Georges Guillet de Saint-George, Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres des Académies de peinture et de sculpture, 1854, p. 262.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Procès-verbal de pose de scellés après le décès de Louis Hesselin, archives nationales, Y 11111, 8 août 1662.
  • Inventaire après le décès de Louis Hesselin, archives nationales, Minutier central, XX, 310, 31 août 1662.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. de Crèvecœur, Louis Hesselin, amateur parisien, intendant des plaisirs du Roi, Paris, 1895 (en ligne).
  • Moana Weil-Curiel, L'Hôtel Hesselin, l'Île Saint-Louis, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1997, p. 187-196.
  • Moana Weil-Curiel, Recherches sur Louis Hesselin, ses résidences, ses collections, thèse de doctorat de l'EPHE (IVe section), 2001.
  • Moana Weil-Curiel, Louis Hesselin, un temps d'exubérance. Les arts décoratifs sous Louis XIII et Anne d'Autriche, catalogue d'exposition, Paris, galeries nationales du Grand Palais, Réunions des musées nationaux, 2002, p. 49-50.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :