Louis Guillaume Fulconis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Guillaume Fulconis
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Enfant

Louis Guillaume Fulconis né à Avignon le et mort à Paris (7ème) le [1],[2] est un sculpteur français.

Il est l'auteur de statues en plâtre, en marbre, en bronze comme La Fortune. Ses statues en pierre ornent de nombreuses églises. Il a réalisé la Coupo Santo, symbole de la Provence mistralienne[3]. Il est le père du peintre et sculpteur Victor Fulconis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Guillaume Fulconis est le fils de Pierre-Louis Fulconis, originaire de Saint-Étienne-de-Tinée[4]. Pierre-Louis quitte son village du Haut Pays niçois pour travailler à Marseille où il se marie. En 1812, le couple rejoint Avignon, six ans plus tard naît Louis Guillaume.

Ses parents meurent en 1829, ce qui le contraint à travailler tout en suivant des cours à l'école des beaux-arts d'Avignon. Après avoir travaillé comme marbrier et ornemaniste à Avignon puis à Marseille, il est attiré par les nouvelles possibilités offertes par l'Algérie en 1835. Devenu entrepreneur sculpteur, il noue des amitiés chez les francs-maçons de la loge Bélisaire du Grand Orient de France[5] Le peintre Hippolyte Lazerges le retrouve dans ses ateliers d'Alger, puis en Normandie et à Paris[6],[7].

Les œuvres de Fulconis, statues et bustes, ornent des bâtiments officiels, palais, églises, mosquées, et sont réputées jusqu'en métropole. Au début de la dégradation économique de l'Algérie, il part pour Paris en 1851 avec sa femme Éloïse Marché et son fils Victor[8]. Il restaure des églises[9] et expose à Paris au Salon de 1857 à 1872[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Actéon (1861), château de Fontainebleau.
Crucifixion et martyre de saint Étienne (1872), cathédrale Notre-Dame de Rouen, chapelle Saint-Étienne-de-la-Grande-Église.

Algérie[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Œuvres non localisées[modifier | modifier le code]

  • Canéphore algérienne[27].
  • Céres et la Fortune[28].
  • Jiaccobi[29].
  • Jouvenet, buste en plâtre[30].

Sculpture d'édition[modifier | modifier le code]

  • Le Prince impérial, 1859, biscuit[31].

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1859 : Camille Raspail[29].
  • 1861 : Retour du Marché[32].
  • 1863 : Les Cerises[33].
  • 1868 : La Princesse Clémence[34].
  • 1869 : Mauresque d'Alger[35] ; Juive d'Alger[36].
  • 1870 : Juif d'Alger essayeur de métaux ; Femme kabyle filant[37].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Revue du Louvre et des musées de France, Conseil des musées nationaux, (présentation en ligne), p. 93 :

    « Louis Guillaume Fulconis, ayant suivi les cours de l'école des Beaux-arts d'Avignon, exerce d'abord son art en Algérie. De retour en France après 1851, il collabore sous le Second Empire au grand chantier du Louvre… »

  2. Son acte de décès (n°398) dans les registres de décès du 7ème arrondissement de Paris pour l'année 1873
  3. Gérard Monnier, L'Art et ses institutions en France, Editions Gallimard, , 464 p. (ISBN 978-2-07-253440-9, lire en ligne).
  4. « La Coupo Santo à Saint-Etienne de Tinée - Felibrige », sur www.felibrige.org (consulté le ) : « Inauguration du chemin Louis Guillaume Fulconis pour honorer ses ascendants stéphanois. »
  5. « Louis Guillaume Fulconis », sur www.fulconis.com (consulté le ) : « Premier sculpteur français de l’histoire de l’Algérie, premier statuaire du « gothique retrouvé » normand et premier sculpteur élu par Roumanille et Mistral pour le Félibrige des Primadiés, Louis Guillaume Fulconis s’est montré pionnier en sculpture ethnographique comme en sculpture néogothique. »
  6. Seine-Maritime (France) Commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, Commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, (lire en ligne).
  7. a et b André Pierre Fulconis, Louis Guillaume Fulconis, Imprimerie Nationale, A. P. Fulconis, , 685 p. (ISBN 2-9523511-0-4), p. 42 :

    « Les quatre grands chantiers connus à ce jour de Louis Guillaume, la Djemâa el Kébir, la Dar Hassan Pacha faisant face à la Ketchaoua jouxtant celle-ci, ont tous les quatre été classés monuments historiques par l'État algérien... »

  8. La Revue du Louvre et des musées de France, Conseil des musées nationaux, (lire en ligne).
  9. « La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-arts », sur Gallica, (consulté le ).
  10. Frédéric Mistral, Lis Isclo D'or : Les Îles D'or, Didier, (lire en ligne).
  11. « Atena Sculpture en bronze patiné l'Allégorie de la Fortune d'après Jean de Bologne, signé Fulconis », sur www.google.com (consulté le ).
  12. Gérard Monnier, L'Art et ses institutions en France, Editions Gallimard, , 464 p. (ISBN 978-2-07-253440-9, lire en ligne).
  13. Alexandre Fromentin, Notre-Dame de Bon Secours : pèlerinage artistique et religieux, E. Cagniard, (lire en ligne).
  14. Inventaire général des œuvres d'art appartenant à la ville de Paris, Chaix, (lire en ligne).
  15. « La Mer de bronze, Moïse et Aaron », notice no PM76002157, base Joconde, ministère français de la Culture.
  16. Fête du couronnement de Notre-Dame de la Délivrande : notice par les PR. PP. Missionnaires du diocèse de Bayeux, Chénel, Libraire de Mgr. L'Évêque de Bayeux et Lisieux, (lire en ligne).
  17. La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-arts, Bureaux de la Gazette des beaux-arts., (lire en ligne).
  18. Gilbert Houlet, Normandie, Hachette, (lire en ligne).
  19. « Archives de l'art français », sur www.archive.org (consulté le ), p. 260.
  20. Revue du XIXe siècle : les lettres, les arts, la philosophie, romans et voyages, (lire en ligne).
  21. Revue du XIXe siècle : les lettres, les arts, la philosophie, romans et voyages, (lire en ligne), p. 456.
  22. L'abbaye Saint-Ouen de Rouen : des origines à nos jours, Société de l'histoire de Normandie, , 224 p. (ISBN 978-2-85351-014-1, lire en ligne).
  23. Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, H. Boissel, (lire en ligne).
  24. Théodore Licquet, Rouen, son histoire, ses monuments et ses environs : guide nécessaire aux voyageurs pour bien connaître cette capitale de la Normandie, et les localités voisines les plus intéressantes, A. le Brument, (lire en ligne).
  25. Paul Joanne, Normandie ..., Hachette, (lire en ligne).
  26. « Buste du comte Eugène Guyot (1808-1868) », notice sur photo.rmn.fr.
  27. Stéphane Richemond, Les Orientalistes : dictionnaire des sculpteurs, XIXe-XXe siècles, Paris, Les Éditions de l'Amateur, , 222 p. (ISBN 978-2-85917-484-2, lire en ligne).
  28. (en) Pierre Kjellberg, Bronzes of the 19th Century : Dictionary of Sculptors, Schiffer Pub., , 684 p. (ISBN 978-0-88740-629-4, lire en ligne).
  29. a et b Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, dessins, modeles, Veuve Hérissany, (lire en ligne).
  30. Valérie Rousseau-Lagarde, Roger-Louis Chavanon, Jean Esselinck et Centre culturel français de Turin, Marianne, image féminine de la République : Centre culturel français … Turin, 29 avril-26 mai 1989 : exposition, Le Centre, (lire en ligne).
  31. Serge Grandjean, Françoise de Franclieu et Réunion des musées nationaux (France), Souvenirs de la famille impériale : de Napoléon Ier à Napoléon III, (lire en ligne), p. 117 :

    « Le buste du prince impérial a été exécuté en 1865 en même temps que la statue, le représentant en pied avec son chien Néro. Il servit d'étude pour la statue. […] Signé en creux, sur le socle : « Fulconis 1859 ». Cachet d'atelier : « Fulconis ». »

  32. François Guillaume Dumas et Ludovic Baschet, Catalogue illustré Salon ..., (lire en ligne).
  33. Société des artistes français Salon, Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Elysées ..., Charles de Mourgues frères, (lire en ligne).
  34. Société des artistes français Salon, Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Elysées ..., Charles de Mourgues frères, (lire en ligne).
  35. Société des artistes français pour l'exposition des Beaux Arts, Explication des ouvrages de peinture sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés..., Société des artistes français, (lire en ligne).
  36. Œuvres d'art : groupe I, classes l à 5, E. Dentu, (lire en ligne).
  37. Société des artistes français Salon, Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants exposés au Grand palais des Champs-Élysées, Charles de Mourgues frères, (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Pierre Fulconis, Louis Guillaume Fulconis (1818-1873) Statuaire (Provence, Algérie, Normandie, Paris), Paris, Fulconis (auto-édition), , 685 p. (ISBN 978-2-9523511-0-2).
  • Patrick Daum, Vie et œuvre des sculpteurs Guillaume Fulconis (1818-1873) et Victor Fulconis (1851-1913), Marseille, , 640 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]