Louis Fursy Henri Compère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Compère.
Louis Fursy Henri Compère
Naissance
Péronne
Décès (à 65 ans)
Paris
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de Naples Royaume de Naples
Drapeau du Royaume de Naples Royaume de Naples
Grade Général de division
Années de service 17841807
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Grand dignitaire de l'Ordre royal des Deux-Siciles
Chevalier de Saint-Louis
Famille Claude Antoine Compère (frère)

Louis Fursy Henri Compère, né le à Péronne (Somme), mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le frère du général Claude Antoine Compère et le fils d’un bourgeois, conseiller du roi et contrôleur du grenier à sel de Péronne, Louis Quentin Compère.

Il est engagé en 1784 comme canonnier dans un régiment de Grenoble[1]. En 1794, il est promu chef de brigade, puis le 1er mai de la même année, général de brigade. Il sert dans l’armée du Danube qui fait campagne dans le sud de l’Allemagne en 1799 et prend part aux batailles d’Ostrach et de Stockach. Le 24 mars, il est gravement blessé à la jambe près de Tuttlingen, ce qui l’écarte des champs de bataille quelques années, jusqu’en 1802[1].

Le 18 octobre 1805, il commande à la bataille de Vérone une brigade de la division de Gaspard Amédée Gardanne, qui supporte l’assaut initial des voltigeurs d’André Masséna. Puis, il doit réordonner ses soldats pour repousser une contre-attaque de hussards autrichiens[2]. Du 29 au 31 octobre 1805, il mène ses troupes à la bataille de Caldiero[3]. Le 4 juillet 1806, il commande une brigade sous les ordres de Jean Reynier à la bataille de Maida[4] ; il y mène également l’assaut du 1er régiment d'infanterie légère contre les Anglais. Touché par une balle, il continuer de haranguer ses troupes face à l’ennemi, qui le fait finalement prisonnier[5]. Libéré, il est promu général de division en 1807. Napoléon lui remet également l’insigne de commandeur de la Légion d'honneur[6] le 25 prairial an XII (14 juin 1804).

En retraite à partir de 1807, il devient pour un temps gouverneur de Naples.

En 1814, il démissionne du service de Naples pour ne pas prendre les armes contre la France[7] et rentre à Paris. Il doit quitter la capitale après le retour de Louis XVIII et s'établit à Bondy.

En 1821, il est fait chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis. Ce sera le dernier titre de Louis Fursy Henri Compère.

Il meurt à Paris le 27 mars 1833 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise le lendemain[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Louis Fursy Henri Compere » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b et c Le comédien, les gendarmes et le général, des bondynois d’adoption connus en leur temps, site personnel sur Bondy
  2. Schneid 2002, p. 27
  3. Schneid 2002, p. 167
  4. Schneid 2002, p. 221
  5. Schneid 2002, p. 53
  6. « Notice no LH/578/69 », base Léonore, ministère français de la Culture
  7. Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur,‎ (ISBN 2-909034-29-1), p. 83

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]