Louis Favre (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Favre
Description de cette image, également commentée ci-après
Louis Favre-Guillarmod
Naissance
Boudry (Suisse)
Décès
Neuchâtel (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Domaines professeur, naturaliste, historien, écrivain, archéologue, dessinateur et aquarelliste
Institutions Gymnase de Neuchâtel

Louis Favre né le à Boudry et mort[1] le à Neuchâtel est un professeur[2], naturaliste, historien, écrivain, archéologue et dessinateur. Il est membre de la Société des sciences naturelles de Neuchâtel[3], directeur du Gymnase de Neuchâtel et l’un des fondateurs du Musée d'histoire naturelle Neuchâtelois. Il illustra certaines œuvres de son professeur et ami, Louis Agassiz[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Favre fait ses classes au Collège de Neuchâtel et ensuite au Gymnase () où il suivra, entre autres, l’enseignement d’Henri Ladame[5] et de Louis Agassiz dont il écrira la biographie en 1881. À cette époque, Louis Favre est en pension chez sa sœur Augustine qui a épousé Henri Ladame. En 1839, il entame une année de philosophie qu’il interrompt en 1840 pour devenir maître de la classe supérieure du collège du Locle. On le retrouve ensuite maître principal à La Chaux-de-Fonds. Il prit part à la fondation du Muséum d'histoire naturelle de Neuchâtel. En 1848, il épouse Marie Jacot-Guillarmod, artiste peintre de talent qui contribuera ensuite, au côté de son mari, à l’illustration d’ouvrages de sciences naturelles. En 1849, la famille est de retour à Neuchâtel. En 1858, naissance de leur unique enfant, Paul. Marie décède en 1871 tandis que Paul est âgé de 13 ans[6]. De 1873 à 1890, Louis Favre sera le directeur du Gymnase cantonal. Auteur de plusieurs romans, encyclopédiste éclectique, tour à tour pédagogue, mécanicien, littérateur, historien, naturaliste, dessinateur, et critique d'art. Il laisse une œuvre importante et une correspondance riche qui sont conservées à la bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. Une courte maladie l'emporte le [7]. Il fut enterré à Neuchâtel au cimetière du Mail, aujourd'hui transformé en jardin public, son monument funéraire n'a pas été conservé[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les champignons comestibles du canton de Neuchatel et les espèces vénéneuses avec lesquelles ils pourraient être confondus, ed. Imprimerie de C. Leidecker, 1861
  • Nouvelles Jurassiennes, ed. Librairie S. Delachaux, 1870
  • Le pinson des colombettes, suivi de: Le chat sauvage du Gor de Brayes, ed. Sandoz et Fishbacher, 1876
  • Louis Agassiz son activité à Neuchâtel comme naturaliste et comme professeur de 1832 à 1846, 1881
  • Récits neuchâtelois,ed. A. Imer., F. Payot, 1886
  • Guide du voyageur dans le canton de Neuchàtel, avec Louis Guillaume, 1891.

Hommages[modifier | modifier le code]

Boudry et Neuchâtel, toutes deux communes du canton de Neuchâtel, ont une rue qui porte son nom.

Favre est l’abréviation botanique standard de Louis Favre (écrivain).

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliothèque universelle et revue suisse, page 6411, ed. Bureau de la Bibliothèque universelle, 1904.
  2. Musée neuchâtelois: revue d'histoire régionale, page 279, ed. Imprimerie centrale, 1870
  3. Bulletin de la Société neuchâteloise des sciences naturelles, vol. 4, 1858
  4. Les champignons comestibles du canton de Neuchâtel et les espèces vénéneuses avec lesquelles ils pourraient être confondus
  5. Société neuchateloise des sciences naturelles, Bulletin, Tome XXXIII, année 1904-1905, imprimerie Wolfrath & Sperlé, Neuchâtel, 1907
  6. a et b Les veillées du Musée de l'Areuse
  7. Historique de la ville de Boudry

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Schlup, Anita Froidevaux, Madeleine Schneider-Grellet, Fernand Donzé, Anthologie de la littérature neuchâteloise, 1848-1998, vol. 27 de Cahiers de l'Institut neuchâtelois, ed. G. Attinger, 1998.
  • Auguste Châtelain. Louis Favre, In: Musée neuchâtelois, Neuchâtel: 1906, p. 237-251.

Sources externes[modifier | modifier le code]