Louis Faure-Dujarric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Faure-Dujarric
Image dans Infobox.
Louis Faure-Dujarric en 1922
Fonction
Architecte diocésain
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Paul Louis FaureVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Louis Lucien Faure-Dujarric (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Louis Lucien Faure-Dujarric (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Maître
Distinction
Œuvres principales
Stade olympique Yves-du-Manoir, hôtel Dujarric de la Rivière (d), Caisse des dépôts et consignations (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis Faure-Dujarric, né Paul, Louis Faure le à Paris 9e arrondissement, mort le à Nice, est un architecte et un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il sort diplômé de l'école des beaux-arts de Paris le . Il installe son cabinet 21 avenue d'Eylau. En 1922, son domicile est au 45 rue Raynouard.

Auteur de nombreux immeubles parisiens dont le grand magasin des Trois-Quartiers ou d'hôtels particuliers, il est également le concepteur de grands bâtiments sportifs : notamment, le parc des Princes de Boulogne-Billancourt, les tribunes de l'hippodrome de Buenos Aires ou le court central de Roland-Garros.

Louis Faure-Dujarric œuvra avec le Racing Club de France (RCF) pour l'implantation du stade des jeux olympiques d'été de 1924 à Colombes.

Il est l'architecte d'un complexe de 10 bâtiments de grande hauteur sur la colline de Saint-Cloud déployé sur les rues des Gâte-Ceps, du Calvaire et du Bois de Boulogne encerclant un parc privé. Le complexe de style Bauhaus comporte des immeubles avec grandes terrasses, balcons, loggias et vastes baies vitrées. L'ensemble comporte plus de 200 appartements à vocation sociale initialement destinés à la caisse des dépôts et consignations. Sa construction est achevée en 1936.

Avec l'équipe de rugby à XV du RCF, il fut finaliste du championnat de France en 1893.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis Faure-Dujarric (1828-1904) [(d) Voir avec Reasonator], architecte du gouvernement, installé 3, quai Malaquais ; son frère aîné Lucien (1872-ap. 1906) [(d) Voir avec Reasonator] est artiste peintre[1].

Le , il se marie à la mairie du 16e arrondissement avec Émilie Élisabeth Straus.

De 1928 à 1930, il édifie pour son cousin, le pastorien René Dujarric de la Rivière, dans un style moderniste, un hôtel particulier[2] 18 bis, avenue Victor-Hugo (l'actuelle avenue Robert-Schumann), à Boulogne-Billancourt, comprenant une salle immense, étudiée par Gustave Lyon, pouvant accueillir un orgue de Jean Huré († ). Sa femme, Marcelle, organiste, y tiendra un salon musical auquel participent les maîtres les plus célèbres de l'époque, parmi lesquels Marcel Dupré, Louis Vierne, André Marchal, Nadia Boulanger. Les commanditaires y habitent jusqu'à la mort de René en 1969, à l'exception de la période de l'Occupation. L'atelier d'artiste est partiellement inscrit au titre des monuments historiques[3] en 1975.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur (1921) - remise des insignes par Henri Bernstein
  • Chevalier du mérite agricole
  • Officier de l'instruction publique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Affiche due à Lucien Faure-Dujarric.
  2. Notice no IA00119946.
  3. Notice no PA00088083.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]