Louis Faure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Faure
Fonctions
Député des Hautes-Alpes à la Chambre des Cent Jours

(1 mois et 10 jours)
Maire de Briançon
Biographie
Nom de naissance Louis, Étienne, Faure
Date de naissance
Lieu de naissance Briançon (Hautes-Alpes)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Paris (Seine)
Nationalité Drapeau de la France Française
députés des Hautes-Alpes

Louis Faure est un homme politique français né le , à Briançon, et décédé à Paris, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Faure a été administrateur des Hautes-Alpes, lors de la Révolution, puis receveur général des droits réunis à Briançon sous l'Empire. Il passa une grande partie de ses activités à l'amélioration agronomique dans le Briançonnais, et notamment à l'élevage des moutons Mérinos. Afin d'expérimenter ses études, il fit construire une bergerie modèle au Lauzin (commune de Villar-Saint-Pancrace), près du Mélézin, sur les pentes de Peyre-Eyraute, en 1807. Ruiné, il dut se séparer en 1830[1].

Il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur le [2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Conseiller d'arrondissement de 1800 à 1812, et bref maire de Briançon[1], Louis Faure a été député des Hautes-Alpes du au , à la Chambre des Cent Jours[3], il était opposé au retour des Bourbon[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, Louis Faure a publié plusieurs articles dans le Journal d'Agriculture des Hautes-Alpes, ainsi que quelques livres :

  • Le berger des Alpes ou Mémoire sur la manière d'élever, de propager les Bêtes à laine d'Espagne Mérinos, et la race indigène dans le département des Hautes-Alpes, Paris, Fantin,
  • Mémoire sur les prairies artificielles, Paris, Fantin,
  • Statistique rurale et industrielle de l'arrondissement de Briançon, département des Hautes-Alpes, Gap, Allier,
  • De la Révolution française, son origine, ses causes, ses progrès, ses abus, ses vicissitudes et ses résultats obligés, ou l'œuvre de juillet 1789 couronnée et accomplie par celle de juillet 1830, Paris, Delaunay et Dentu, , 201 p.
  • Aperçus philosophiques sur le monde physique et sur le monde intellectuel et moral, servant d'introduction à un grand ouvrage sur ces matières, Carilian-Goeury et Dalmon, Fantin, , 167 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]