Louis Dorigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dorigny.
Louis Dorigny
Interior of Chiesa dei Gesuiti (Venice) - Ceiling of transept.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
VéroneVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Maître
Père
Fratrie
Distinctions

Louis Dorigny, né le à Paris et mort le (à 88 ans) à Vérone en Italie, est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du peintre et graveur Michel Dorigny et par sa mère, née Jeanne-Angélique Vouet, petit-fils de Simon Vouet, il peignit à fresque la coupole de la cathédrale de Trente et grava la Descente des Sarrasins à Ostie d'après Raphaël.

Il est lauréat d'un deuxième grand prix de Rome pour Le Roi donnant la paix à l'Europe en 1671 ainsi qu'en 1672[1], il réside à l'Académie de France à Rome installée au Palais Mancini de 1672 à 1676[2]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Il avait le génie facile et propre pour les grandes compositions. » - François Basan[3]
  • « Louis Dorigny fut un des plus savants graveurs qui aient associé la pointe au burin. » - Paul Lacroix[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives de l'art français », sur /gallica.bnf.fr.
  2. « Louis Dorigny », sur www.villamedici.it.
  3. François Basan, Dictionnaire des graveurs anciens et modernes depuis l'origine de la gravure, Paris, 1767.
  4. Paul Lacroix, L'ancienne France - Peintres et graveurs, Firmin-Didot et Cie, 1888.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Basan, Dictionnaire des graveurs anciens et modernes dpouis l'origine de la gravure, avec une notice des principales estampes qiu'ils ont gravés, chez De Lormel, Saillant, Veuve Durand, Durand et Dessaint, Paris, 1767.
  • Paul Lacroix, L'ancienne France - Peintres et graveurs, Firmin-Didot et Cie, Paris, 1888, réédition B.N.F. 2012.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]