Louis Conneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conneau.
Louis Conneau
Naissance
Paris
Décès (à 74 ans)
Chaville
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1874 –
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 10e Division de Cavalerie
1er corps de cavalerie
Corps de cavalerie Conneau
Distinctions Légion d'honneur
Croix de Guerre 1914-1918


Louis, Napoléon, Eugène, Joseph Conneau, (né le à Paris et décédé le à Chaville et inhumé au cimetière Montmartre), est un général français, sorti de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr de la "Grande promotion" (1874/1876).

Naissance et jeunesse au Palais des Tuileries[modifier | modifier le code]

Il est le fils du docteur Enrico, François, Alexandre, dit Henri Conneau, grand ami de Napoléon III, qui avait aidé le futur souverain à s'évader de sa prison de Ham et devint le 1er médecin de l'empereur et de l'impératrice. Louis Conneau, dont tous les prénoms sont inspirés de la famille Bonaparte (ce sont ceux des frères de l'Empereur et celui d'Eugène de Beauharnais) est né et fut élevé au Palais des Tuileries avec le Prince impérial, plus jeune que lui de deux mois seulement, et resta jusqu'à la fin son compagnon[1] et son ami le plus intime. Il le suivit même à l'Académie militaire royale de Woolwich, où il fut admis, en 1873, comme cadet au titre étranger. Mais l'année d'après, il entrait à Saint-Cyr, et en sortait, en 1876, sous-lieutenant au 23e Dragons. Deux amis, un unique serment, en vieux français provincial : Passavant le meillor.

Louis Conneau épousa, le 30 juin 1900, Adèle Marguerite Fourrier, dont il eut trois enfants.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

À la déclaration de guerre en 1914, il était général de division et commandait la 10e division de cavalerie, qu'il porta immédiatement en couverture devant Lunéville. En octobre, il était mis à la tête du 1er corps de cavalerie jusqu'en 1917, qui prenait part aux opérations de Sarrebourg, puis, la retraite terminée et l'offensive reprise, jouait dans la bataille un rôle très important, qui se continuait par un appui vigoureux donné à la Ve armée dans les affaires de Berry-au-Bac, Pontavert et Sissonne (1er - 15 septembre). Vint alors la Course à la mer, où, à deux reprises, le général Louis Conneau eut sous ses ordres une masse énorme formée par l'ensemble des 1er et 2e corps des cavaleries française et anglaise. Jamais pareil rassemblement d'escadrons n'avait opéré sous un même chef.

Au cours de la guerre de tranchées, le corps Conneau changea assez souvent de destination, prêtant son concours, tantôt à une armée, tantôt à une autre, ou opérant pour son compte avec des divisions d'infanterie qui lui étaient adjointes. Passé au cadre de réserve par limite d'âge en 1918, le général Conneau commanda, à Châlons-sur-Marne, la 6e région au plus fort des bombardements allemands.

Décorations[modifier | modifier le code]

Il a été fait successivement commandeur, puis grand officier de la Légion d'honneur pour prendre rang le 1er avril 1917, et le gouvernement britannique lui avait conféré le Grand cordon de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges (GCMG). Le général Louis Conneau était aussi décoré de la croix de Chevalier de l'Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare, d'officier de l'Ordre de Notre-Dame de Guadalupe et de la Médaille de Sardaigne[réf. nécessaire]. Le général Louis Conneau était Grand-Croix de l'ordre de Sainte-Anne de Russie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un autre de leurs compagnons de jeux fut Charles Corvisart, également fils de médecin et futur général.

Bibliographie[modifier | modifier le code]