Louis Canet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canet.
Louis Canet
Louis Canet, Jean Marx et Louis Duchesne (1843-1922) à Rome..jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Mgr Duchesne, à l'avant-plan, au cours d'un pique-nique avec Louis Canet, au fond avec chapeau et lunettes.

Louis Canet, né Louis Marie Joseph, (Rouen le 18 juillet 1883 - Paris, le 25 octobre 1958) est un haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Aimable Auguste Canet et Marie Denise Caulle. Pendant l'année scolaire 1900-1901, il a été, au lycée Corneille de Rouen, l'élève d'Émile Chartier (le philosophe Alain).

Agrégé de lettres et membre de l’École française de Rome (1912-1916), il fut successivement attaché au Bureau de presse et de renseignement à l’ambassade de France à Rome. Au cours de son séjour romain, il devint familier de la famille Besnard alors en résidence à la Villa Médicis, et notamment de Philippe Besnard (sculpteur)[1]. Il fut ensuite directeur adjoint des cultes à Strasbourg et conseiller du ministère des Affaires étrangères pour les Affaires religieuses de 1920 à 1946, puis maître des requêtes au Conseil d’État et conseiller d’État.De 1940 à 1944, admirateur du statut des juifs de Xavier Vallat, il se distingue, dans cette Institution comme un spécialiste zélé du « problème juif ». CF sur ce point l'article de Laurent Joly « Louis Canet, le conseil d'État et la législation antisémite de Vichy, 1940 –1944 » paru en 2008 dans le numéro 23 des « Cahiers du Judaïsme » » et du même auteur « L'État contre les juifs », Grasset, 2018.

Louis Duchesne et des élèves à l"Ecole Française de Rome, en 1917. Louis Canet, à gauche


Il publia en 1928 le livre « Saint-Siège, "Action Française" et "Catholiques intégraux» sous le pseudonyme de Nicolas Fontaine (Paris, Gamber). Pèlerinages à Cotignac et à Lourdes p. 37 et 38.

Il est commandeur de la Légion d'Honneur[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Besnard Souvenances, mémoires posthumes, éditées par l'Université d'Ottawa en 1975, (ISBN 0-7766-4254-5)
  2. « Dossier dans l'ordre de la Légion d'honneur de Louis Marie Joseph Canet », base Léonore, ministère français de la Culture