Louis Bethléem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec René Bethléem.
Louis Bethléem
Naissance
Steenwerck (Nord, France)
Décès (à 71 ans)
Perros-Guirec (Côtes-d'Armor, France)
Profession
Autres activités
Famille

Louis Bethléem, né le à Steenwerck, dans le département français du Nord, et mort le à Perros-Guirec, dans les Côtes-d'Armor, est un prêtre catholique qui s'est illustré dans la censure sous la Troisième République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille modeste de laboureurs flamands très croyants et culturellement francophones[1],[2], Louis Bethléem est bachelier à 19 ans, élève du petit puis du grand séminaire de Cambrai de 1888 à 1894, ordonné prêtre le 29 janvier 1894 et est affecté en 1898 à la paroisse Sainte-Catherine de Lille.

Il est le frère de René Bethléem, également prêtre et auteurs d'ouvrages religieux.

Il s'engage à fond dans le mouvement des congrès catholiques qui combattent la Loi de séparation des Églises et de l'État et devient un des porte-paroles de la Fédération nationale catholique.

Il est l'auteur en 1904 d'un ouvrage, Romans à lire et romans à proscrire[3], sorte d'Index personnel[4] qui atteindra 140 000 exemplaires en tirage cumulé (onze éditions successives dans le monde entier, notamment en Belgique et en Afrique) entre la date de sa parution et les années 1930. Le pape Pie X, qui le reçoit en audience privée en 1912[5], qualifiera son œuvre d'« Opus mirificum » (œuvre magnifique)[4]. Le 15 mars 1908, il lance une revue bibliographique Romans-revue, transformée en 1919 en un guide périodique au titre susceptible de lui assurer une plus grande audience, la Revue des lectures. Il est le rédacteur en chef de ce magazine culturel qui atteint 145 000 abonnés (bibliothèques paroissiales mais aussi 6 000 éditeurs, libraires et hommes du livre)[6] en 1932 et qui traite de littérature, de presse quotidienne, de radio et de cinéma. Paternaliste, il se présente en défenseur de la moralité et en pourfendeur du vice dans la littérature, notamment illustrée et destinée à la jeunesse[7]. Il dénonce alors ceux qu'il qualifie de « gredins des lettres[5] » dont Émile Zola et sa « rhétorique des égouts[5] », George Sand « la communiste[5] » ou encore Sigmund Freud[5]. Dans la littérature pour la jeunesse, les Pieds nickelés mais aussi Le Journal de Mickey[8] sont sa bête noire. Mais trouve grâce à ses yeux la Bibliothèque rose ou Charles Dickens[5]. L'abbé Béthleem est alors vu comme « le père Fouettard de la littérature » par les caricaturistes de l'époque, « le garde champêtre chargé d'y maintenir l'ordre », associant antimaçonnisme, antisémitisme et antirépublicanisme[8]. Il est plusieurs fois arrêté pour flagrant délit de destruction de magazines qu'il juge licencieux[9]. En réaction, des surréalistes comme le poète Robert Desnos briseront des statuettes de saints, place Saint-Sulpice[5] à Paris.

Avec l'arrivée du Front populaire au pouvoir et l'apparition des premiers congés payés, il lutte contre la « nudité » sur les plages, obligeant des communes à construire des cabines de bain[5].

Il meurt en août 1940 à 71 ans, juste au début de l'Occupation.

Postérité[modifier | modifier le code]

Sa pensée et son prosélytisme ont inspiré le décret-loi du 29 juillet 1939 (Code de la famille qui donne aux associations, notamment les ligues de moralité, le droit d'ester en justice) et la Commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l'enfance et à l'adolescence créée par la loi du 16 juillet 1949[10].

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Romans à lire et romans à proscrire (1905 à 1928) Lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom Bethléem, qui pourrait suggérer une ascendance juive fermement contestée par cet abbé antisémite et nationaliste, est en fait une déformation par la prononciation locale du nom Beddelem, peut être dérivé du mot flamand bedelen signifiant « mendier ».
  2. Pierre Hébert, Kenneth Landry, Yves Lever, Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma, Fides, , p. 74
  3. Sous-titré « Essai de classification au point de vue moral des principaux romans et romanciers de notre époque (1800-1914) » ; l'abbé y distingue trois catégories de livres : les romans mauvais, les romans « intermédiaires » et les bons romans.
  4. a et b Jacques de Saint Victor, « L'abbé Bethléem, ou du « bon » usage de la censure », sur Le Figaro,
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Le père Fouettard, article de L'Express, n° 3267 du 12 février 2014.
  6. Jean-Yves Mollier, op. cité, p. 27
  7. Pierre Hébert, op. cité, p. 75
  8. a et b Thierry Crépin, « Haro sur le gangster ! » : La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, CNRS Éditions, , 493 p. (ISBN 2-271-05952-6), p. 221
  9. Pascal Ory, La Censure en France à l'ère démocratique, éditions Complexe, , p. 85
  10. Julie Clarini, « L'abbé Bethléem, spectre des lettres », sur Le Monde,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Mollier, La Mise au pas des écrivains : l'impossible mission de l'abbé Bethléem au XXe siècle, Fayard, , 512 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]