Louis Bertagna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Bertagna
Naissance
Sarrebruck (Territoire de la Sarre, Allemagne)
Décès (à 86 ans)
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Médecine, psychiatrie
Diplôme Faculté de médecine de Paris
Renommé pour Travaux sur les dépressions et de troubles bipolaires

Louis Bertagna, né le à Sarrebruck alors ville du Territoire du Bassin de la Sarre en Allemagne et mort le , est un médecin psychiatre français spécialiste des traitements des dépressions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Bertagna est le fils d'Antoine Bertagna, un ingénieur civil des mines originaire de Grasse et responsable depuis 1919 à Ensdorf des mines domaniales de charbon du bassin de la Sarre administrées par la France à la suite de la défaite allemande[1], et de Marie Gaudin[2]. Il fait ses études secondaires au collège Saint-Clément à Metz chez les Jésuites avant d'entreprendre des études de médecine à la faculté de Paris. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est membre de la Jeunesse étudiante chrétienne[3] et refuse publiquement le Service du travail obligatoire[4]. Il est actif dans la Résistance française au sein du « réseau Manipule[5] » puis du « réseau Comète », chargé d'exfiltrer de la zone occupée les pilotes des avions abattus. À la fin du conflit, en 1944, son appartement devient la rédaction du journal Témoignage chrétien[6]. Il reprend ses études de médecine en 1946, finit son internat en psychiatrie en 1950, et fait son clinicat jusqu'en 1954[2].

Dans sa pratique de la médecine, Louis Bertagna sera le précurseur, dès 1969, des traitements par le lithium de certaines maladies neuropsychiatriques[7],[8] et l'un des spécialistes des problèmes de dépression et des troubles bipolaires. Il fut l'un des premiers à considérer que la dépression est une maladie également d'origine physiologique :

« La maladie dépressive [...] prend alors sa véritable physionomie de maladie authentique liée à un dérèglement physiologique et ne se séparant des autres types d'affections médicales que par son expression psychologique. »

— Louis Bertagna

Praticien attaché dans le service de psychiatrie de l'hôpital Cochin de 1955 à 1985[2], Louis Bertagna sera notamment le médecin d'André Malraux, à partir de 1966 jusqu'à sa mort[9],[10] — avec lequel il entretiendra durant de longues années un important dialogue[11] fait d'intérêts réciproques[12] et retranscrit en partie par l'écrivain dans son essai Lazare[13],[14] (1974) évoquant son hospitalisation d'un mois en 1972 à l'hôpital de la Salpêtrière[15] —, mais aussi celui de nombreux écrivains et artistes[16],[17], ainsi que de Laurence Chirac[18],[19].

Louis Bertagna, marié à Élisabeth Sidler en 1943 avec laquelle il aura cinq enfants[2], est notamment le grand-père de Valérie Pécresse qui a déclaré à plusieurs reprises l'importance que celui-ci a eu pour elle[20],[17],[21].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le traitement simplifié des aménorrhées primaires et secondaires par la Méthode de Zondek, thèse de médecine, 1945.
  • Hommage à André Malraux (1901-1976) : « Il a vécu jusqu'à sa mort », La Nouvelle Revue française no 295, p. 95-114, 1977.
  • Dépression et couple : un entretien avec Louis Bertagna par Louis Bertagna et Monique Vigy, éditions Ardix médical, 1995, (ISBN 2909705390).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Antoine Bertagna », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. a b c d et e Louis Bertagna dans le Who's Who.
  3. Paul Germain, Mémoire d'un scientifique chrétien, éditions L'Harmattan, 2006, (ISBN 9782296003057), p. 87.
  4. Les facs sous Vichy, André Gueslin, Presses de l'université Blaise-Pascal, 1994, (ISBN 9782877410687), p. 327.
  5. Marie Ducoudray, Ceux de « Manipule » : un réseau de renseignements dans la Résistance en France, éditions Tirésias, 2001, (ISBN 9782908527827), p. 99.
  6. Jean-Yves Nau et Édouard Zarifian, « Louis Bertagna », Le Monde, 4 novembre 2006.
  7. Therapeutic and prophylactic use of lithium in periodic psychiatric diseases, Bertagna L, Acquis Med. Recent, 1972:61-71.
  8. 4 years of experience with lithium carbonate therapy, Bertagna L, Psychopharmacologie, 1973 May-Jun;0(0):20-5.
  9. Charles-Louis Foulon, André Malraux et le rayonnement culturel de la France, éditions Complexe, 2004, (ISBN 9782804800055), p. 353.
  10. « Malraux par le menu », Le Magazine littéraire, 3 novembre 2011.
  11. Louis Bertagna est l'un des intervenants du documentaire Le Mystère Malraux de René-Jean Bouyer, 2006.
  12. (en) Tee L Guidotti, Andre Malraux: a medical interpretation, in Journal of the Royal Society of Medicine, vol. 78, p. 401-406, 1985.
  13. Lazare, éditions Gallimard, 1974, (ISBN 978-2-07-029148-9), p. 162-195.
  14. François de Saint-Cheron, « André Malraux 1971-1974 : la mémoire et l’occasion », Revue d'histoire littéraire de la France, 2/2004; vol. 104, p. 459-462.
  15. Biographie détaillée de Malraux sur le site www.malraux.org
  16. Peuvent être notamment rapportées des interactions et consultations avec Romain Gary (dont le roman L'Angoisse du roi Salomon (1979) emprunte à ses discussions avec lui), François Mauriac, André Dunoyer de Segonzac.
  17. a et b Pascale Kremer, « Valérie Pécresse : "L’ENA et la politique m’ont rendue viscéralement féministe" », Le Monde, 27 mars 2016.
  18. Franz-Olivier Giesbert, La Tragédie du président : scènes de la vie politique (1986-2006), éditions Flammarion, 2008, (ISBN 9782080689481), p. 49.
  19. Jérôme Pécresse, le mari de Valérie, Paris Match, 24 août 2010.
  20. Sophie de Ravinel, « Pécresse, la femme d'action aurait "voulu être une artiste" », Le Figaro, 5 août 2009.
  21. Son premier livre Être une femme politique... c'est pas si facile ! (2007) est dédié à Louis Bertagna.