Louis Andrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Andrieux
Louis Andrieux - préfet et député.jpg
Louis Andrieux vers 1880.
Fonctions
Sénateur de la Troisième République
4 -
Préfet de police de Paris
-
Député français
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Faculté de droit et des sciences économiques de Paris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Autres informations
Parti politique
Distinction
Archives conservées par

Louis Andrieux ( à Trévoux - à Paris 16e[2]) est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Andrieux en 1870.

Il est le fils de Louis Martin Joseph Antoine Andrieux et de Catherine Louise Perrot.

Avocat républicain, il fonde l'éphémère hebdomadaire, Le Travail, en 1861 avec Georges Clemenceau et d'autres jeunes du Quartier latin.

Lorsqu'éclatent les émeutes à l'annonce de la défaite de Sedan, il est incarcéré à la prison Saint-Joseph de Lyon en 1870. Il est libéré par les émeutiers et devient rapidement procureur[3].

Désormais du côté du pouvoir, il participe comme procureur de la République à la répression de l'insurrection d'avril 1871 qui secoue Lyon à la suite de la Commune de Paris.

Ce coup d'éclat et son rapport parlementaire sur l'amnistie (partielle) des Communards lui valent d'être nommé Préfet de Police de Paris en 1879, après la victoire électorale des républicains de 1877. En fonction du au , il fait preuve d'une rigueur sans faille. Par exemple dans l'affaire Hartmann : Hartmann est un nihiliste russe instruit, et particulièrement habile à faire sauter les chemins de fer. Soupçonné d'avoir pris part à un attentat contre la vie du tsar, le ler décembre 1879, il se réfugie à Paris. L'ambassade russe fait pression et Andrieux le fait arrêter. L'ambassadeur, le prince Orloff, demande aussitôt qu'il lui soit livré. Une polémique s'ouvre alors : faut-il considérer Hartmann comme un réfugié politique, et devant être à ce titre protégé, ou comme un criminel ordinaire, susceptible d'extradition ?

Les journaux radicaux combattent violemment cette deuxième option. Après de nombreux pourparlers entre Charles de Freycinet et le prince Orloff, le gouvernement français déclare que l’identité de l'accusé ne parait pas suffisamment démontrée, ainsi que sa participation à l'attentat : il relâche Hartmann, qui est dirigé vers Dieppe et laissé libre de passer en Angleterre. Le prince Orloff reçoit alors de Saint-Petersbourg l'ordre de quitter Paris et remet le la direction de l'ambassade à un chargé d'affaires. L'incident diplomatique sera clos deux mois plus tard[4].

Louis Andrieux développe une activité considérable dans la presse. Il fonde en octobre 1876 Le Petit Parisien, dont il assure la rédaction en chef. Le tirage de celui-ci explose, grâce notamment aux feuilletons qu'il publie « en rez-de-chaussée ». Les 10 000 exemplaires de 1877 deviennent 1 450 000 en 1914 : c'est le plus grand quotidien de la IIIe République[5]. Il collabore ensuite à La Justice, journal politique créé en par Georges Clemenceau au 10, rue du Faubourg-Montmartre à Paris, et dont Camille Pelletan est le rédacteur en chef. Il est encore directeur du Jour, en 1883, puis de La Ligue en 1884-1885.

Louis Andrieux est entre-temps ambassadeur de France en Espagne en mission temporaire d' à [6].

Louis Andrieux en 1913.

Élu député du Rhône en 1876, Louis Andrieux est un des signataires du manifeste des 363 lors de la crise du 16 mai 1877[7]. Il est réélu en et 1881 dans le Rhône, puis dans les Basses-Alpes, en 1885. Battu en 1889, il se présente dans plusieurs départements, sans pouvoir se faire élire. Son élection comme sénateur des Basses-Alpes, en 1903, est ensuite invalidée. Ce n'est qu'en 1910 qu'il redevient député de Forcalquier, et le restera jusqu'en 1924.

Pendant son séjour en Empire chérifien à l'époque du Protectorat français du Maroc, Louis a fondé en 1913 un club sportif omnisports dont il a donné comme nom Union Sportive Marocaine et comme logo le coq français avec les couleurs du drapeau français. Étant républicain opportuniste qui se rapproche un temps du boulangisme et de l'antidreyfusisme[8] puis finit sa carrière au sein des groupes parlementaires de l'Alliance démocratique (centre-droit), est un tenant de l'ordre. Mais comme d'autres conservateurs, il défend le droit de vote des femmes dans la « chambre bleu horizon » de 1920.

En 1927, à l'âge de 87 ans, il soutient à la Sorbonne deux thèses, l'une consacrée à Alphonse Rabbe, l'autre à Pierre Gassendi.

Louis Andrieux épouse Hélène Koechlin en 1878 ; il est le père adultérin[9] de l'écrivain et poète Louis Aragon (1897-1982), né de sa liaison avec Marguerite Toucas-Massillon, et qu'il ne reconnaîtra pas.

Hommage et distinction[modifier | modifier le code]

En son hommage, une rue porte son nom à Forcalquier.

Écrits[modifier | modifier le code]

Caricature de Louis Andrieux par Coll-Toc (1886), Les Hommes d'aujourd'hui n°272.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/UD/FRAN_IR_001514/d_36 »
  2. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 16e, n° 1656, vue 29/31.
  3. Maurice Moissonnier, La Première Internationale et la Commune à Lyon : 1865-1871, spontanéisme, complots et luttes réelles, Paris, Éditions sociales, , 402 p. (BNF 35319360) page 208
  4. J.-M. Villefranche, Histoire du général Chanzy, Bloud et Barral (Paris),Novembre 1889) sur Gallica
  5. Micheline Dupuy, Le Petit Parisien : le plus fort tirage des journaux du monde entier, éditions Plon, Paris, 1989 (ISBN 2259020976)
  6. « Notice biographique Louis Andrieux - Société française d'histoire de la police », sur sfhp.fr, Charles Diaz (consulté le ).
  7. Fiche sycomore
  8. Sur son engagement dans l'affaire Dreyfus, voir sa notice du Dictionnaire biographique et géographique de l'affaire Dreyfus {https://dicoaffairedreyfus.com/index.php/2020/02/05/louis-andrieux/}.
  9. Dominique Desanti, Les clés d'Elsa, Ramsay, 1983, p. 85 et suiv. (ISBN 9782859563318)
  10. « Recherche - Base de données Léonore », sur www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :